Cookie Consent par FreePrivacyPolicy.com
Angola
Actualité

Répression contre des jeunes activistes politiques

Quinze hommes ont été arrêtés arbitrairement pour avoir simplement participé à un atelier de réflexion.
Movimento revolucionario angolano
Le 29 / 06 / 2015

Le 20 juin 2015, quatorze jeunes hommes, Luaty da Silva Beirão, Nuno Alvares Dala, Manuel Nito Alves, Nelson Dibango, Alfonso Matias (alias Mbanza Hanza), Sedrick de Carvalho, Nicolas o Radical, Hitler Samussuko, Arantes Kivuvu, Valdemiro, Albano Bingo, Sheik Hata, Inocêncio Drux, Osvaldo Caholo, membres de Central Angola 7311 ou de Movimento Revolucionario Angolano - mouvements de jeunes prônant l’alternance politique démocratique - ont été arrêtés alors qu’ils participaient, à Luanda, à un atelier de réflexion autour du livre de Gene Sharp : « De la dictature à la démocratie : un cadre conceptuel pour une libération » qui décrit des moyens de résistance non violente pour faire face aux régimes répressifs. Les jeunes hommes étaient alors réunis pour réfléchir aux stratégies pacifiques de protestation contre le régime du Président José Eduardo dos Santos, au pouvoir depuis 1979.

Les arrestations ont été menées, sans mandat, par des policiers du Serviço de Investigaçao Criminal. Des perquisitions et des saisies ont ensuite été effectuées dans les domiciles de ces activistes.

Le lendemain, M. Domingos da Cruz, journaliste et universitaire, a été arrêté dans la ville de Santa Clara. La veille, il avait discuté avec  ces jeunes de son livre « Outils pour détruire une dictature et empêcher une nouvelle dictature » dans lequel il explique le principe de la désobéissance civile.

Le 24 juin 2015, le général João Maria de Sousa, procureur de la République, a confirmé la détention de ces quinze personnes, écrouées pour avoir préparé des actes de désobéissance civile et pour avoir tenté de destituer le Président de la République. « Ces actes constituent des crimes contre la sécurité de l’État, en tant que crimes de rébellion » a déclaré João Maria de Sousa.

Se réunir pacifiquement afin de discuter d’un moyen pacifique pour favoriser l’alternance démocratique dans un pays ne constitue pas un crime selon le droit angolais et international.

Ces quinze personnes doivent être libérées immédiatement et sans conditions !

Un régime autocratique au pouvoir depuis 1979

Depuis la fin de la guerre civile en 2002, l’Angola est en pleine reconstruction. Sa croissance économique impressionnante, et sa domination politique voire militaire sur ses voisins congolais (RD Congo et Congo-Brazzaville) lui ont permis de redevenir une puissance géostratégique majeure dans la sous-région. Mais sur le plan interne, peu d’efforts ont été consentis par le régime en place pour améliorer la situation des droits de l’homme et œuvrer en faveur de l’ouverture démocratique et de la bonne gouvernance dans le pays. Il faut dire que le président, José Eduardo dos Santos est au pouvoir depuis 1979 et que sa famille, son clan, et les généraux, ont amassé une grande fortune après plus de 30 ans de mainmise sur le pays.

Une frange de la jeunesse contestataire

Les mouvements d’opposition politique au sein de la jeunesse - Central Angola 7311 et Movimento Revolucionario Angolano (Mouvement révolutionnaire d’Angola) - qui manifestent contre le pouvoir et la corruption font l’objet d’une répression continue. Depuis mars 2011, plusieurs manifestations pacifiques organisées à Luanda pour réclamer une alternance politique ont été réprimées avec un usage  excessif de la force par des policiers et des personnes non identifiées. Un nombre important de jeunes ayant participé à l’organisation de ces manifestations ou ayant assisté à de tels événements ont été intimidés, enlevés, frappés et torturés par des hommes armés en tenue civile, vraisemblablement des membres des services de sécurité de l’État. Les membres du collectif Central Angola 7311 et Movimento Revolucionario Angolano ont particulièrement été la cible d’agressions en marge de ces manifestations.

Une police autorisée à user de la violence

Le règlement disciplinaire actuellement en vigueur au sein de la police nationale autorise l’usage de la violence et des mauvais traitements en cas de résistance, de fuite ou de tentative de fuite. Il autorise également l’usage des armes à feu lorsqu’un supérieur le demande en vue de maintenir l’ordre public ou en vue de procéder à des arrestations.

 

 

Vous pouvez agir en faveur de ces prisonniers d'opinion en envoyant cette lettre.

Articles associés

Rapport
actu-rt-1160x600
AngolaCongoFranceMexiqueMauritaniePhilippinesÉtats-UnisVietnam

12 éclairages pays pour comprendre le recours à la torture

Le 01 / 09 / 2021
Le 26 juin 2021, à l’occasion de la Journée internationale des Nations unies pour le soutien aux victimes de la torture, l’ACAT-France a publié la 6ème édition de son rapport Un monde tortionnaire. Douze États font l’objet d’un éclairage sur les pratiques tortionnaires et sur ce que leur acceptation, leur légitimation et leur banalisation disent des sociétés.
Appel urgent
Angola Cafunfo
Angola

Répression d’une manifestation à Cafunfo : au moins 10 morts

Le 04 / 03 / 2021
Le 30 janvier 2021, des incidents graves ont eu lieu à Cafunfo, village minier de la commune de Cuango dans le Lunda Norte. Selon les premiers témoignages, informations et vidéos récoltés par la société civile, des éléments des forces de défense et de sécurité angolaises auraient tiré à balles réelles sur des manifestants non armés et tué plusieurs d’entre eux. Particulièrement marquante, une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux montre plusieurs civils ensanglantés au sol. Certains bougent, d’autres non. Un policier angolais donne alors des coups de pied et marche sur la tête d’une victime grièvement blessée.
Actualité
AM 2020-04 MonteSume COVER
Angola

Je demande justice pour les victimes de Monté Sumé

Le 23 / 03 / 2020
En avril 2015, la Police d’intervention rapide débarque au campement de l’église évangélique du pasteur José Julino Kalupeteka, accusé de pratiques sectaires. Son interpellation tourne au massacre de fidèles. Cinq ans plus tard, les forces de l’ordre impliquées dans ces graves violations des droits humains n’ont toujours pas été jugées.