Cookie Consent par FreePrivacyPolicy.com
Actualité

Rencontre de Macron et Netanyahu à Paris

Dimanche, c’est un Benjamin Netanyahu conforté par la décision américaine de reconnaître Jérusalem comme capitale d’Israël que le président Emmanuel Macron doit recevoir à Paris. Un contexte qui rend d’autant plus indispensable la condamnation par la France des crimes de guerre commis par Israël et le refus de toute coopération militaire et économique qui encouragerait ces crimes.
israel_netanyahoujpg
Crédits : Downing Street / Flickr Creative Commons
Le 09 / 12 / 2017

Est-il nécessaire de le rappeler ? L’hôte reçu dimanche par Emmanuel Macron est un criminel de guerre et le représentant d’un Etat qui bafoue les droits de l’homme et le droit international humanitaire de façon quotidienne, sous de multiples formes.

C’est un Etat qui colonise le territoire palestinien depuis des décennies, un crime de guerre massif timidement réprouvé publiquement par les partenaires diplomatiques d’Israël qui s’emploient dans les faits à en tirer profit en développant des activités commerciales avec lui.

C’est un Etat où, comme l’indique le rapport « Enfances brisées » publié l’an dernier par l’ACAT (conjointement avec la Plateforme des ONG françaises pour la Palestine, l’AFPS, la Ligue des droits de l’homme et le Yes Theater www.acatfrance.fr/public/rapport_enfances_brisees.pdf ), des centaines de mineurs palestiniens sont exposés chaque année aux  mauvais traitements et la torture, aux mains des forces armées et de police israéliennes, en toute impunité. Un Etat qui, depuis 1967, a emprisonné plus de 850 000 Palestiniens, soit 20% de la population totale et 40% de la population masculine. Certains d’entre eux le sont sur le fondement de la détention administrative qui, telle que pratiquée par Israël, est une détention arbitraire. C’est le cas de notre compatriote Salah Hamouri, détenu illégalement sur le territoire israélien. Il est ainsi actuellement victime de crimes de guerre, en tout impunité.

Israël est aussi un Etat qui, faisant fi des principes du droit international humanitaire de distinction, proportionnalité et de précaution, pilonne régulièrement les civils dans la bande de Gaza. Un rappel ? Lancée par Israël en 7 juillet 2014 alors que Benjamin Netanyahu était premier ministre,  l’opération Bordure protectrice avait fait à elle seule en un mois et demi, 2 251 morts palestiniens dont 1 462 civils. Parmi eux, 551 enfants. Des crimes à certains égards facilités par la vente par des fabricants français de composants de missiles retrouvés sur des scènes de crimes de guerre qui ont fait des victimes civiles, surtout des enfants (www.acatfrance.fr/actualite/justice-pour-la-famille-shuheibar). Plus de trois ans après l’opération, l’impunité est totale.

Peu après les bombardements de l’opération « Bordure protectrice », le Haut Commissaire aux droits de l’homme des Nations Unies affirmait que « la justice et la reconnaissance publique des violations que les victimes ont subies sont primordiales pour que les crimes ne soient pas répétés.»

En attendant que la CPI juge ces crimes, il revient à la communauté internationale – et dès ce dimanche, à Emmanuel Macron – de procéder à cette reconnaissance en condamnant fermement les crimes commis.

Cette condamnation est sans doute d’autant plus essentielle que débute d’ici peu l’année 2018 « France-Israël ».

Articles associés

Communiqué
Lettre-Ouverte_Sommet-USA-ASEAN_20220511
BirmanieÉtats-UnisVietnam

Lettre ouverte à Joe Biden en amont du sommet États-Unis-ASEAN

Le 12 / 05 / 2022
Peu avant le sommet spécial États-Unis-ASEAN qui se tiendra à Washington DC les 12 et 13 mai 2022, plusieurs ONG de défense des droits de l’homme écrivent au président Joseph Biden pour l’alerter sur l’escalade des atteintes aux droits numériques et suppression de la liberté d’expression en Asie du Sud-Est.
Communiqué
Ensemble-Pour-La-Paix
Colombie

Soutien à la Comisión Intereclesial de Justicia y Paz

Le 05 / 05 / 2022
Les organisations qui composent le programme franco-colombien Ensemble pour la Paix - Vamos por la paz, ainsi que les autres organisations signataires, rejettent catégoriquement les accusations par lesquelles on a tenté de diffamer et de discréditer le précieux travail de la Comisión Intereclesial de Justicia y Paz et, plus particulièrement, de son secrétaire exécutif et représentant légal Danilo Rueda.
Appel à mobilisation
AAM_Lucha_Thumbnail_20220421
République Dém. du Congo

Condamnation inique de 13 militants de la Lucha

Le 21 / 04 / 2022
Treize jeunes membres du mouvement citoyen Lutte pour le changement (Lucha) ont été condamnés, le 1er avril 2022, à un an de prison ferme par le Tribunal militaire de Béni en violation de leurs droits à la liberté de manifestation et d’expression. Ils avaient manifesté pacifiquement contre l’insécurité dans leur province, le 11 novembre 2021.