Cookie Consent par FreePrivacyPolicy.com
États-Unis
Actualité

Rencontre des membres du réseau de correspondances avec les condamnés à mort aux États-Unis

Le 17 mai dernier, les membres du réseau de correspondance avec des condamnés à mort aux Etats-Unis étaient invités à se rencontrer dans les locaux de l'ACAT pour échanger autour de leurs expériences.
peine_de_mort_journee_correspondants_2 jpg
Crédits : ACAT
Le 22 / 05 / 2014

Depuis 1992, l’ACAT propose à ses adhérents de correspondre avec des condamnés à mort aux États-Unis afin, principalement, de leur apporter un soutien moral. Environ 160 entretiennent ainsi des échanges épistolaires réguliers avec des détenus des couloirs de la mort provenant de 18 États (principalement le Texas et la Floride).

Le 17 mai dernier, ces parrains et marraines de toute la France étaient invités à se rencontrer dans les locaux de l’ACAT pour échanger autour de leurs expériences uniques, approfondir leurs connaissances, réfléchir à de nouveaux outils susceptibles de faciliter leurs courriers. 50 personnes ont fait le déplacement vers Paris.

La matinée était réservée à la présentation du système accusatoire de justice pénale, des cinq niveaux d’appels pour les condamnés, de la jurisprudence, des recours en grâce et des actions les plus pertinentes à développer au plan international. La conférence était menée par Sandrine Ageorges-Skinner, administratrice d’Ensemble contre la peine de mort (ECPM) et épouse du condamné à mort Hank Skinner au Texas, et par Bernadette Forhan, militante ACAT responsable de la lutte contre la peine de mort. Ces informations ont permis aux adhérents de mieux comprendre la réalité des détenus avec lesquels ils correspondent et, dans certains, leurs démarches pour faire reconnaître leur innocence ou obtenir une commutation de leur condamnation.

L’après-midi, les participants ont travaillé en ateliers sur les problèmes pratiques (sollicitations financières, acheminement des courriers, traductions, etc.) et les difficultés psychologiques (annonce de dates d’exécution, appels rejetés, désespoir des détenus, etc.) susceptibles de se présenter dans le cadre des correspondances. Cela a permis de mettre en évidence les solutions empiriques trouvées par les correspondants au fil du temps et la pertinence de ce type de rencontres pour redynamiser les échanges et « former » les nouveaux membres du réseau.

Á l’issue de la journée, plusieurs pistes de développement du réseau et de création de documents d’information, en support des correspondances ont été évoquées. Elles seront étudiées de manière approfondie et mises en place par le secrétariat national de l’ACAT au cours des prochains mois.

Chaque semaine l’ACAT reçoit des courriers de condamnés à mort demandant à être mis en relation avec des correspondants. Ils sont environ 60 sur liste d’attente en permanence. Rejoignez-nous !

Articles associés

Communiqué
Lettre-Ouverte_Sommet-USA-ASEAN_20220511
BirmanieÉtats-UnisVietnam

Lettre ouverte à Joe Biden en amont du sommet États-Unis-ASEAN

Le 12 / 05 / 2022
Peu avant le sommet spécial États-Unis-ASEAN qui se tiendra à Washington DC les 12 et 13 mai 2022, plusieurs ONG de défense des droits de l’homme écrivent au président Joseph Biden pour l’alerter sur l’escalade des atteintes aux droits numériques et suppression de la liberté d’expression en Asie du Sud-Est.
Rapport
actu-rt-1160x600
AngolaCongoFranceMexiqueMauritaniePhilippinesÉtats-UnisVietnam

12 éclairages pays pour comprendre le recours à la torture

Le 01 / 09 / 2021
Le 26 juin 2021, à l’occasion de la Journée internationale des Nations unies pour le soutien aux victimes de la torture, l’ACAT-France a publié la 6ème édition de son rapport Un monde tortionnaire. Douze États font l’objet d’un éclairage sur les pratiques tortionnaires et sur ce que leur acceptation, leur légitimation et leur banalisation disent des sociétés.
Actualité
Charles Flores_ aout 2015 - copie
États-Unis

Une avocate de la dernière chance pour Charles Flores

Le 07 / 10 / 2020
Gretchen Sween, avocate spécialisée dans la défense des condamnés à mort indigents au Texas, tente par tous les moyens de casser la condamnation à mort de Charles Flores. Elle pointe les nombreux obstacles pour défendre des accusés encourant la peine capitale et les condamnés à mort aux États-Unis.