Cookie Consent par FreePrivacyPolicy.com
Mexique
Actualité

Pour une vraie loi de tolérance zéro contre la torture et les mauvais traitements

L’ACAT, avec 9 autres ONG internationales, s'adresse au Sénat méxicain concernant huit points de préoccupation pour la future loi générale contre la torture.
senado_mexicano_t670x470
CREDITS : ©DR
Le 11 / 04 / 2016

11 254 plaintes pour torture ont été enregistrées par la Commission nationale des droits de l’homme entre 2005 et 2013. La torture est une pratique généralisée et en nette recrudescence depuis le lancement de la politique gouvernementale de « guerre contre le crime » en 2008. Elle est utilisée comme première, voire seule méthode d’enquête pour obtenir les aveux qui seront retenus à titre de preuves par les juges. D’après le Conseil fédéral de la magistrature, seules quatre condamnations pour torture ont été prononcées entre 2005 et 2013.

Un peu d’espoir est né en juillet 2015 quand, à la faveur d’une réforme constitutionnelle, la Chambre des députés et le Sénat ont été chargés de formuler une loi générale contre la torture, c’est-à-dire une loi unique mettant fin aux lois inadaptées et toutes différentes au niveau fédéral et des états fédérés. C’est une opportunité historique pour la mise en place d’un cadre légal efficace, sans équivoque et conforme aux standards internationaux.

Cependant, le 10 décembre 2015, le président Peña Nieto a soumis son propre projet de loi aux parlementaires, un projet qui comporte plusieurs dispositions inquiétantes qui ne tiennent pas compte des normes internationales ni des recommandations faites par les ONG mexicaines.

C’est pourquoi l’ACAT, avec 9 autres ONG internationales, adresse ses huit principaux points de préoccupation dans une lettre ouverte au président du Sénat où le projet est actuellement en discussion. Nous voulons œuvrer à l’approbation d’un projet de loi de tolérance zéro contre la torture et les peines ou traitements cruels, inhumains et dégradants avant sa transmission à la Chambre des députés.

L’ACAT demande notamment à ce que la loi générale contre la torture :

  • adopte une qualification pénale unique concernant les crimes de torture et de peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants, avec les mêmes obligations d’enquête, de protection et de réparation intégrale des victimes. Ce n’est pas le cas dans le projet de loi présidentiel ce qui nous fait redouter que les victimes de mauvais traitements soient lésées et que des actes de torture soient qualifiés en mauvais traitements afin de contourner les sanctions ;
  • exclue, sans aucune exception possible, toute preuve obtenue, directement ou indirectement, sous la torture et les mauvais traitements. En ce sens, l’article 47 de l’initiative présidentielle est particulièrement problématique. Il prévoit la possibilité de poursuivre une procédure dès lors que « la même information [preuve] aurait pu être obtenue indépendamment des faits dénoncés ». C’est ouvrir la voie à la fabrication de preuves sous la contrainte et rendre ces preuves admissibles en inventant un autre scénario par lequel elles auraient pu être obtenues ;
  • stipule que chaque examen médico-psychologique des personnes arrêtées et détenues doit être conforme aux dispositions prévues par le Protocole d’Istanbul, en l’espèce la norme reconnue au niveau international pour enquêter efficacement sur la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants. Le projet présidentiel n’y fait aucune référence. Or actuellement les examens effectués ne respectent que rarement les règles (déroulé des entretiens, indépendance des médecins, etc.) ;
  • prévoie la participation permanente de la société civile au Mécanisme national de prévention (MNPT) afin de garantir le suivi effectif de la torture et des mauvais traitements dans tous les lieux de détention.

 

Lettre ouverte au président du Sénat méxicain

Carta abierta al Presidente de la Mesa Directiva del Senado de la República

Articles associés

Bonne nouvelle
Libération-Frères-López
Mexique

Les frères Montejo López sont libres !

Le 18 / 05 / 2022
Après la libération, il y a quelques jours, de Marcelino Ruiz, l'ACAT-France apprend avec beaucoup de satisfaction la libération d'Abraham et German López Montejo. Membres eux aussi de la communauté indigène tzotzil, ils avaient été arrêtés arbitrairement et soumis à la torture pour avouer sous la contrainte un meurtre qu'ils n'avaient pas commis.
Bonne nouvelle
Libération-Marcelino-Ruiz
Mexique

Marcelino Ruiz a été libéré !

Le 09 / 05 / 2022
Membre de la communauté indigène tzotzil, Marcelino Ruiz était victime d'une procédure inique lancée à son encontre par les autorités du Chiapas, au Mexique. Un groupe d'experts des Nations unies avait qualifié sa détention d'arbitraire.
Appel à mobilisation
AAM_Ruiz-Lopez_Thumbnail_20220323
Mexique

Le Mexique doit libérer Marcelino Ruiz et les frères López

Le 24 / 03 / 2022
Au Chiapas, trois détenus de la communauté indigène tzotzil sont victimes depuis des années d’une procédure inique. Malgré la demande de libération immédiate émise par le groupe de travail sur la détention arbitraire des Nations Unies, les autorités mexicaines continuent de les maintenir en détention. Ils doivent être libérés.