Cookie Consent par FreePrivacyPolicy.com
Chine
Actualité

Les iLabour3 détenus arbitrairement depuis plus d'un an

Le 20 mars 2020 a marqué le premier anniversaire de l’arrestation des défenseurs des droits des travailleurs Wei Zhili et Ke Chengbing, tandis que leur collègue Yang Zhengjun est détenu depuis le 8 janvier 2019. Inculpés pour avoir « cherché querelle et provoqué des troubles », ceux que l’on appelle les « iLabour3 » risquent jusqu’à 10 ans de prison.
iLabour3.jpg large
De gauche à droite : Yang Zhengjun, Wei Zhili et Ke Chengbing. Illustration publiée sur la page Twitter @TheIlabour
Le 31 / 03 / 2020

 Les trois défenseurs Wei Zhili (危志立), Ke Chengbing (柯成冰) et Yang Zhengjun (杨郑君), originaires du sud de la Chine, seraient détenus ensemble au centre de détention municipal n°2 de Shenzhen. Mais en l’espace d’un an, ils n’ont été autorisés à recevoir aucune visite de leur famille et n’ont pas eu accès à un avocat de leur choix. L’épouse de Wei Zhili, l’activiste féministe Zheng Churan (郑楚然), a indiqué à l’ACAT que selon la police, leur procès n’aurait pas lieu tant que l’épidémie du coronavirus serait encore active.

Les défenseurs avaient dans un premier temps été placés en « résidence surveillée à un endroit désigné », un procédé légal en Chine permettant de détenir quelqu’un au secret pendant six mois sans aucune supervision sur son état. Depuis, nous n’avons aucun moyen de savoir s’ils ont subi des mauvais traitements ou de la torture, ni de connaître leur état de santé actuel.

Wei Zhili, Ke Chengbing et Yang Zhengjun, jeunes trentenaires, écrivaient pour « Nouvelle Génération » (新生代), aussi appelé iLabour, un site d’information sur le droit du travail rendant notamment compte de la situation des travailleurs migrants internes venus des régions rurales de Chine. Tous trois étaient également actifs dans la défense des ouvriers ayant contracté des maladies pulmonaires dues à l’inhalation de particules sur des chantiers, particulièrement nombreux dans les environs de Shenzhen, cœur économique industriel et manufacturier du sud de la Chine.

En juillet 2019, plusieurs experts des Nations unies ont exprimé auprès de la Chine leurs inquiétudes quant à la détention arbitraire et la disparition forcée des trois défenseurs. Dans sa réponse, le gouvernement chinois a catégoriquement rejeté leurs préoccupations.

Wei Zhili, Ke Chengbing et Yang Zhengjun n’auraient jamais dû être arrêtés pour avoir fait usage de leur liberté d’expression. L’ACAT appelle à leur libération immédiate et inconditionnelle ainsi qu’à la levée des charges qui pèsent à leur encontre.

 

> Soutenez vous aussi Wei Zhili, Ke Chengbing et Yang Zhengjun en appelant à leur libération sur les réseaux sociaux, à l’aide du hashtag #FreeiLabour3 !

Articles associés

Bonne nouvelle
Libération-Lee-Ming-Cheh_Thumbnail
ChineTaïwan

Lee Ming-Che enfin à Taïwan après 5 ans de détention

Le 16 / 05 / 2022
Défenseur des droits humains à Taïwan, Lee Ming-Che avait été reconnu coupable de « subversion de l’État » en novembre 2017. Après avoir été détenu au secret pendant plus de huit mois, puis condamné à cinq ans de prison, il est enfin rentré libre à Taïwan.
Appel à mobilisation
AAM_Li-Qiaochu_Thumbnail_20220505
Chine

L’état de santé de Li Qiaochu est incompatible avec sa d...

Le 05 / 05 / 2022
Li Qiaochu est une défenseuse des droits humains qui a milité pour les droits des femmes et des travailleurs, ainsi que pour les campagnes #MeToo en Chine. Elle a été arrêtée en février 2020 et de nouveau un an plus tard, quelques jours après avoir révélé sur Internet la torture dont les défenseurs des droits humains Ding Jiaxi et Xu Zhiyong, son compagnon, faisaient l’objet en détention.
Appel à mobilisation
AAM_Fang-Bin_Thumbnail_20220407
Chine

Je demande la libération immédiate de Fang Bin

Le 07 / 04 / 2022
Après deux ans sans nouvelles, on dispose enfin d’informations quant à la situation de l’homme d’affaires Fang Bin, résident de Wuhan. Dès le 25 janvier 2020, il a été l’un des premiers lanceurs d’alerte à diffuser sur internet des images montrant la réalité de l’ampleur de la situation sanitaire due à la Covid-19 sur place, après avoir été témoin du transport de plusieurs corps de victimes de la maladie. Par la suite, il a continué à exercer son droit à la liberté d’expression tout en faisant régulièrement l’objet de menaces de la part des autorités chinoises jusqu’à son arrestation, le 9 février 2020.