Cookie Consent par FreePrivacyPolicy.com
Cameroun
Actualité

Patrice Nganang, écrivain, accusé de menaces de mort contre le président Paul Biya

Les autorités camerounaises reprochent à l'écrivain - de nationalité camerounaise et étasunienne - d'avoir menacé de mort le Président Paul Biya sur Facebook. Patrice Nganang est actuellement détenu dans les locaux de la Police judiciaire à Yaoundé. Il a accès à un avocat, mais pas à ses proches.
Patrice_Nganang_20100328_Salon_du_livre_de_Paris_2
Le 12 / 12 / 2017

 

Le mercredi 6 décembre 2017, Patrice Nganang -  écrivain et enseignant à l’Université de Stony Brook (New-York) - est arrêté, sans mandat d'arrêt, à l'aéroport de Douala alors qu'il s'apprêtait à prendre un avion pour se rendre au Zimbabwe. Il est dans la foulée transféré à Yaoundé, la capitale, dans les locaux de la Police judiciaire.

Le jeudi 7 décembre, la police lui notifie le motif de son arrestation : "Outrage au Président de la République, immigration clandestine, menaces de mort et faux et usage de faux" pour un post virulent publié sur sa page Facebook, le 3 décembre, et lui autorise un accès à un avocat, en l'occurence Maître emmanuel Simh. Il n'a toutefois pas accès à sa famille ni à ses proches.

Alors qu'il était prévu que Patrice Nganang soit déféré, lundi 11 décembre, devant le procureur de la République, sa garde à vue est prolongée de 48 heures et l'infraction d'"outrage au Président de la République" est retirée. Dans le même temps, son avocat dépose une demande de remise en liberté.

Selon l'écrivain Abdourahman Waberi, interviewé sur RFI : "Patrice n'a fait que son travail d'écrivain, même s'il avait une plume féroce et un ton un peu souvent emporté, enthousiaste, véhément, propos qui peuvent être maladroits, blessants, emportés. Mais ce ne sont que des propos. On peut à la limite entendre l'argument de l'offense, mais l'argument de la mise en danger du président, il est très clair que cela ne tient pas la route. Patrice Nganang est un écrivain, il utilise des mots, il n'utilise jamais des balles".

Pour Issa Tchiroma, Ministre de la Communication : "Lorsqu'un individu se permet et promet d'utiliser des armes pour attenter à la vie d'un chef d'Etat, de notre chef d'Etat, il va sans dire que c'est toute la nation qui est interpellée : Est-il seul ? A t-il déjà introduit l'arme qui lui servira pour son acte criminel ?"

Dans un Etat comme le Cameroun, où la justice fait preuve de peu d'indépendance vis à vis du pouvoir exécutif, il est envisageable, comme le craint Abdourahman Waberi que Patrice Nganang "prenne une sanction désastreuse et dispropotionnée" par rapport à un texte écrit à chaud à l'issue d'un long séjour dans les régions anglophones de l'Ouest du Cameroun, en proie à une crise politique et sécuritaire majeure, et où la répression est continue depuis novembre 2016.

 

Articles associés

Appel du mois
AM 2022-05-Awasum Mispa-COVER
Cameroun

Je soutiens Awasum et les autres prisonniers politiques

Le 26 / 04 / 2022
Au cours du mois de décembre 2021, Awasum Mispa Fri, présidente des Femmes du Mouvement pour la renaissance du Cameroun (MRC), et plus de 80 autres cadres et militants de ce parti, ont été condamnés à des peines allant de six mois à sept ans de prison ferme pour avoir manifesté pacifiquement.
Appel à mobilisation
AAM_Paul-Chouta_Thumbnail_20220331
Cameroun

Paul Chouta à nouveau agressé !

Le 31 / 03 / 2022
Dans la soirée du 9 au 10 mars 2022, Paul Chouta – journaliste et membre de Tournons la Page (TLP) – a été enlevé à Yaoundé en pleine rue par trois hommes en tenue civile. Conduit dans une camionnette en périphérie de la ville, le journaliste a été frappé avec divers objets jusqu’à ce qu’il perde connaissance. Ce journaliste critique à l’égard des autorités camerounaises a déjà fait l’objet de violences physiques et d’une détention arbitraire pendant presque deux années. Une enquête sur son agression récente est en cours.
Article
Article_Cameroun-Guerre-Qui-Ne-Dit-Pas-Son-Nom_Thumbnail
Cameroun

Au Cameroun, une guerre qui ne dit pas son nom

Le 16 / 03 / 2022
Depuis plus de cinq ans, les régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest du Cameroun connaissent une crise politique et sécuritaire majeure dont la nature juridique est encore incertaine. A-t-on affaire à des « troubles intérieurs » ou à un « conflit armé non international » ? L’enjeu est important, alors que la répression du régime est féroce. Retour sur une « crise oubliée » qui a fait plus de 6 000 morts.