Cookie Consent par FreePrivacyPolicy.com
Cameroun
Actualité

Mettre le Cameroun à l’ordre du jour du Conseil de sécurité des Nations unies

A l’occasion de la séance d’information des représentants du Bureau régional des Nations unies pour l’Afrique centrale, qui se tient le 4 juin 2019 devant le Conseil de sécurité des Nations unies, neuf organisations camerounaises et internationales de défense des droits humains – dont l’ACAT-France – demandent conjointement dans une lettre ouverte adressée aux membres du Conseil de porter une attention particulière à la détérioration des droits humains au Cameroun.
Cameroun_drapeau
Le 04 / 06 / 2019

Les crises au Cameroun devraient être officiellement inscrites à l’ordre du jour du Conseil de sécurité des Nations unies.

A l’occasion de la séance d’information des représentants du Bureau régional des Nations unies pour l’Afrique centrale, qui se tient le 4 juin 2019 devant le Conseil de sécurité des Nations unies, neuf organisations camerounaises et internationales de défense des droits humains – dont l’ACAT-France – demandent conjointement dans une lettre ouverte adressée aux membres du Conseil de porter une attention particulière à la détérioration des droits humains au Cameroun.

Lettre ouverte disponible en PDF

Les régions anglophones du Cameroun sont en crise depuis fin 2016, lorsque des avocats, des étudiants et des enseignants anglophones ont commencé à protester contre leur marginalisation par le gouvernement central. En réponse, les forces de sécurité ont réprimé les manifestations pacifiques et emprisonné les principaux leaders. Fin 2017, des séparatistes anglophones ont pris les armes et ont commencé à s’attaquer aux symboles de l’Etat et aux forces de sécurité, engendrant encore davantage de violences de la part de ces derniers.

Des forces de sécurité ont tué des civils, recouru à des exécutions sommaires et à la torture, incendié des villages, etc. Des séparatistes armés ont également tué, torturé et enlevé des dizaines de personnes. Cette violence, en particulier les abus commis par les forces de sécurité, se déroule dans une atmosphère d’impunité quasi totale.

La réunion d’information des représentants du Bureau régional de l’ONU pour l’Afrique centrale au Conseil de sécurité est une opportunité pour demander aux autorités camerounaises d’enquêter et de poursuivre en justice les membres des forces de sécurité qui se seraient rendus coupables de violations des droits humains. C’est également l’occasion de dire publiquement aux groupes séparatistes armés que leurs dirigeants seront tenus pour responsables des crimes graves commis par leurs combattants.

Le gouvernement camerounais devrait permettre l’accès sans entrave aux organisations internationales et nationales de défense des droits humains, notamment au Haut-commissariat aux droits de l’homme des Nations unies qui est jusqu’à ce jour interdit d’entrée dans les régions anglophones du Cameroun.

ONG signataires de la lettre ouverte : Action des chrétiens pour l'abolition de la torture (ACAT-France), Amnesty International (AI), Human Rights Watch (HRW), Centre mondial pour la responsabilité de protéger, Comité pour la protection des journalistes (CPJ), Nouveaux Droits de l’Homme Cameroun (NDH – Cameroon), l’Organisation mondiale contre la torture (OMCT), Presbyterian Church (USA), et le Réseau des Défenseurs des Droits Humains en Afrique Centrale (REDHAC).

 

 

Articles associés

Appel du mois
AM 2022-05-Awasum Mispa-COVER
Cameroun

Je soutiens Awasum et les autres prisonniers politiques

Le 26 / 04 / 2022
Au cours du mois de décembre 2021, Awasum Mispa Fri, présidente des Femmes du Mouvement pour la renaissance du Cameroun (MRC), et plus de 80 autres cadres et militants de ce parti, ont été condamnés à des peines allant de six mois à sept ans de prison ferme pour avoir manifesté pacifiquement.
Appel à mobilisation
AAM_Paul-Chouta_Thumbnail_20220331
Cameroun

Paul Chouta à nouveau agressé !

Le 31 / 03 / 2022
Dans la soirée du 9 au 10 mars 2022, Paul Chouta – journaliste et membre de Tournons la Page (TLP) – a été enlevé à Yaoundé en pleine rue par trois hommes en tenue civile. Conduit dans une camionnette en périphérie de la ville, le journaliste a été frappé avec divers objets jusqu’à ce qu’il perde connaissance. Ce journaliste critique à l’égard des autorités camerounaises a déjà fait l’objet de violences physiques et d’une détention arbitraire pendant presque deux années. Une enquête sur son agression récente est en cours.
Article
Article_Cameroun-Guerre-Qui-Ne-Dit-Pas-Son-Nom_Thumbnail
Cameroun

Au Cameroun, une guerre qui ne dit pas son nom

Le 16 / 03 / 2022
Depuis plus de cinq ans, les régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest du Cameroun connaissent une crise politique et sécuritaire majeure dont la nature juridique est encore incertaine. A-t-on affaire à des « troubles intérieurs » ou à un « conflit armé non international » ? L’enjeu est important, alors que la répression du régime est féroce. Retour sur une « crise oubliée » qui a fait plus de 6 000 morts.