Cookie Consent par FreePrivacyPolicy.com
Angola
Actualité

Luaty Beirao, lauréat du prix Engel-Du Tertre de la Fondation ACAT pour la dignité humaine

La fondation ACAT a décerné samedi 21 janvier le prix Engel-Dutertre au rappeur Luaty Beirao, engagé pour le respect de la démocratie et des libertés fondamentales en Angola.
210117©EDAGUIN_Acat_Luaty182 BD
Crédits : Elodie Daguin / ACAT
Le 23 / 01 / 2017

Un musicien engagé pour la démocratie et les libertés

Luaty Beirao, 35 ans, est un rappeur angolo-portugais connu sous le nom de « Ikonoklasta », très engagé en faveur de la démocratie et de la lutte contre la corruption en Angola. Luaty a été à l’origine des grandes manifestations de 2011 contre la volonté du président de se maintenir au pouvoir. A ce titre, il a été pris pour cible à de nombreuses reprises par des militants pro-régime et par les autorités elles-mêmes. Au cours des quatre dernières années, son engagement et ses convictions lui ont ainsi valu diverses attaques à son domicile, agressions en pleine rue, menaces auprès de sa famille, passages à tabac, arrestations… Luaty Beirao paye cher le prix de son combat pour la liberté et la justice.

Détenu pour avoir organisé une lecture à son domicile

En juin 2015, il avait été arrêté sans mandat pour avoir organisé à son domicile un atelier de réflexion sur l’alternance politique en Angola – le président José Eduardo Dos Santos est au pouvoir depuis 1979 – puis condamné pour « rébellion contre le président de la république, association de malfaiteurs et falsification de documents ». En septembre et octobre 2015, il avait effectué une grève de la faim afin de dénoncer l’illégalité de sa détention. En juin dernier, la cour suprême angolaise a ordonné sa libération. En septembre, il a été amnistié.

Un pays répressif mais courtisé de toute part.

Depuis les révolutions du printemps arabe en 2011, le régime en place en Angola – avec un président au pouvoir depuis 1979 – s’est lancé dans une politique de répression tous azimuts contre les voix contestataires au sein de la société civile. Les manifestations sont systématiquement interdites dans le pays et réprimées par la police. Bien que la liberté d’expression et de réunion pacifique soit clairement inscrite dans la constitution angolaise et dans plusieurs traités internationaux auxquels l’Angola est partie, ce droit est bafoué de manière continue. La communauté internationale, bien que consciente de ces dérives, détourne le regard. Le géant pétrolier d’Afrique australe est courtisé de toute part, par ceux qui veulent profiter des vastes marchés liés à la reconstruction du pays, encore largement dévasté par la guerre civile qui a pris fin en 2002. La France obéit à la même règle : business, business, business…

Depuis 2004, l’ACAT se mobilise de manière continue sur l’Angola et notamment en faveur de la protection et du respect des droits fondamentaux des défenseurs des droits de l’homme angolais et des mouvements citoyens et de leurs membres qui font l’objet d’une répression continue de la part des autorités et des forces de l’ordre. Dans ce cadre, l’ACAT-France s’est mobilisé à plusieurs reprises depuis mars 2011 pour soutenir les droits et les libertés menacés, voire bafoués, des jeunes militants pro-démocratie, comme Luaty Beirão.

En remettant le prix Engel-Du Tertre à Luaty Beirao, la Fondation ACAT entend l'encourager à poursuivre son investissement civique et pacifique en faveur de l'Etat de droit en Angola.

La Fondation ACAT exprime en outre par ce prix son soutien à la jeunesse angolaise, et plus généralement africaine qui, de Dakar à Khartoum, en passant par Kinshasa et Ouagadougou, se mobiliser pour mettre la bonne gouvernance et la gouvernie au coeur de l'action publique, consciente jour après jour la population sur ses droits et interpelle les autorités sur ses obligations et devoirs.

A l'occasion de son passage à Paris Luaty Beirao a pu rencontrer plusieurs médias et décideurs politiques. Il a notamment donné une interview au Monde Afrique :

 

Lors de la remise du prix, Luaty Beirao a chanté en duo avec Sentinel Diego, artiste qui avait chanté lors d'un concert de soutien en faveur de la libération de Luaty en juin 2016.

 

Articles associés

Rapport
actu-rt-1160x600
AngolaCongoFranceMexiqueMauritaniePhilippinesÉtats-UnisVietnam

12 éclairages pays pour comprendre le recours à la torture

Le 01 / 09 / 2021
Le 26 juin 2021, à l’occasion de la Journée internationale des Nations unies pour le soutien aux victimes de la torture, l’ACAT-France a publié la 6ème édition de son rapport Un monde tortionnaire. Douze États font l’objet d’un éclairage sur les pratiques tortionnaires et sur ce que leur acceptation, leur légitimation et leur banalisation disent des sociétés.
Appel urgent
Angola Cafunfo
Angola

Répression d’une manifestation à Cafunfo : au moins 10 morts

Le 04 / 03 / 2021
Le 30 janvier 2021, des incidents graves ont eu lieu à Cafunfo, village minier de la commune de Cuango dans le Lunda Norte. Selon les premiers témoignages, informations et vidéos récoltés par la société civile, des éléments des forces de défense et de sécurité angolaises auraient tiré à balles réelles sur des manifestants non armés et tué plusieurs d’entre eux. Particulièrement marquante, une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux montre plusieurs civils ensanglantés au sol. Certains bougent, d’autres non. Un policier angolais donne alors des coups de pied et marche sur la tête d’une victime grièvement blessée.
Actualité
AM 2020-04 MonteSume COVER
Angola

Je demande justice pour les victimes de Monté Sumé

Le 23 / 03 / 2020
En avril 2015, la Police d’intervention rapide débarque au campement de l’église évangélique du pasteur José Julino Kalupeteka, accusé de pratiques sectaires. Son interpellation tourne au massacre de fidèles. Cinq ans plus tard, les forces de l’ordre impliquées dans ces graves violations des droits humains n’ont toujours pas été jugées.