Cookie Consent par FreePrivacyPolicy.com
ChineVietnam
Actualité

Les défenseures, sentinelles des droits humains

Chaque année, la journée internationale des droits des femmes est l’occasion pour l’ACAT-France de mettre à l’honneur celles qui se battent au péril de leur liberté, voire de leur vie, pour défendre et promouvoir les droits et les libertés fondamentales. Dans le combat qu’elles mènent contre les violations des droits humains, les femmes sont soumises à davantage de risques du fait de leur genre. Leur militantisme dérange. En les mettant en lumière, l’ACAT rend à la fois justice et hommage à ces femmes qui luttent pour un monde plus juste pour toutes et tous.
PHOTO 8 mars sentinelles des DH -800px- version actu
© Fachrul Reza / NurPhoto via AFP
Le 05 / 03 / 2021

Journalistes engagées contre la répression, l’ACAT les soutient
 

Dans un contexte de forte répression, Pham Doan Trang  est une journaliste vietnamienne, engagée corps et âme sur tous les fronts pour défendre les droits fondamentaux de ses concitoyens. Elle a écrit plusieurs ouvrages sur la politique, la démocratie et les droits humains qu’elle doit publier en dehors des circuits traditionnels pour éviter la censure. Extrêmement solidaire des autres défenseurs des droits vietnamiens, elle apporte régulièrement son soutien aux familles des prisonniers de conscience, malgré les risques que cela implique au Vietnam. Sa détermination, son courage et ses sacrifices font de Pham Doan Trang l'une des figures les plus reconnues de la dissidence vietnamienne. Arrêtée à une trentaine de reprises depuis 2015, elle a subi de nombreuses violences de la part de la police dont elle garde les séquelles physiques. Elle est aujourd’hui détenue depuis plusieurs mois et risque jusqu’à 20 ans de prison pour avoir « produit, conservé et diffusé des informations, des contenus, des objets hostiles à la république socialiste du Vietnam ». L’ACAT milite auprès des autorités vietnamiennes pour sa libération immédiate.

En Chine, Zhang  Zhan subit un sort équivalent. En décembre dernier, l’avocate devenue journaliste a été condamnée à une peine de quatre ans de prison ferme. En cause, ses écrits sur la gestion de la crise sanitaire à Wuhan, épicentre de l’épidémie, au début de l’année 2020. Malgré les risques, elle ne craint pas de s’exprimer sur la situation des droits humains dans le pays. Déjà en 2019, après avoir publiquement soutenu les manifestants hongkongais en lutte pour leurs libertés, elle avait été brièvement détenue par la police et forcée de se soumettre à deux évaluations psychiatriques.

L’ACAT-France dénonce les traitements actuellement subis par Zhan en détention qui constituent une violation des textes internationaux, notamment de la Convention contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants dont la Chine est partie depuis 1988. Nous demandons également sa libération immédiate, en vertu de son droit à la liberté d’expression et d’information, garanti par les articles 35 et 41 de la Constitution chinoise.

Femmes défenseures, un engagement à haut risque

Selon Front Line Defenders, au moins 331 défenseurs ont été assassinés en 2020, dont 44 femmes. Non seulement les défenseures des droits humains encourent les mêmes risques que leurs homologues masculins mais elles doivent également faire face à d’autres obstacles découlant de stéréotypes profondément ancrés dans les mentalités, au prétexte qu’elles ne devraient pas s’investir dans ce domaine. Selon Michel Forst, rapporteur spécial des Nations unies sur la situation des défenseurs des droits humains de 2014 à 2020, « les menaces de violence, y compris sexuelles, sont souvent utilisées pour réduire les défenseures au silence. Elles font l’objet de harcèlement moral et d’attaques en ligne, et sont exposées au risque de féminicide, de viol, d’attaque à l’acide, d’arrestation arbitraire, de détention et de disparition forcée.

Combattre le sexisme pour plus d’égalité et de sécurité

Le sexisme se retrouve à tous les niveaux de la société y compris au sein même des organisations internationales, des mouvements de défense des droits humains. Il est essentiel d’en prendre la mesure et de favoriser un environnement propice pour plus d’égalité. Ce qui passe par le soutien des défenseures et la garantie globale de leur sécurité physique, mais aussi sur internet, contre le harcèlement et les attaques en ligne, tout comme le respect de la liberté de manifester ses convictions culturelles et religieuses et leur bien-être mental et affectif. Un combat pour lequel l’ACAT-France est résolument engagée.

 

Articles associés

Appel à mobilisation
Zhang-Zhan_Thumbnail
Chine

L’état de santé de Zhang Zhan est toujours inquiétant

Le 02 / 11 / 2022
Zhang Zhan est une journaliste indépendante, avocate et défenseuse des droits humains, détenue arbitrairement depuis mai 2020, pour le seul fait d’avoir exercé sa liberté d’expression en informant ses concitoyens de la réalité de la situation à Wuhan, lors du pic de la pandémie de Covid-19. D’abord portée disparue, elle a été officiellement inculpée en septembre 2020 et condamnée quelques mois plus tard à une peine de quatre ans de détention. Il y a un an, l’ACAT-France se mobilisait pour obtenir sa libération immédiate, d’autant que sa vie était en danger en raison de ses conditions de détention. Aujourd’hui, son état de santé reste inquiétant. Ne l’oublions pas.
Article
ThisIsXinjiang_Thumbnail
Chine

Ouïghours : l’effacement institutionnalisé d’une identité

Le 31 / 10 / 2022
Installés dans la région du Xinjiang, les Ouïghours sont l'une 56 ethnies officiellement reconnues par la République populaire de Chine. Pourtant, malgré cette officialisation, ils font l’objet de répressions de la part des autorités, fondées sur cette seule appartenance ethnique. Des crimes contre l’humanité, continuellement niés par les autorités chinoises.
Appel du mois
AM 2022-11-WEB-Sendinblue-ThisIsXynjang-BD2
Chine

Les Ouïghours, victimes de crimes contre l’humanité

Le 20 / 10 / 2022
Selon l’ONU, les Ouïghours sont victimes de violations massives de leurs droits fondamentaux, de crimes contre l’humanité. Toutefois, les autorités chinoises n’ont cessé de nier les répressions systémiques dont ils font l’objet.