Cookie Consent par FreePrivacyPolicy.com
Vietnam
Actualité

Le 10 décembre, écrivez à Le Dinh Luong !

Le 10 décembre 2019, Le Dinh Luong célèbrera ses 54 ans derrière les barreaux. Ce défenseur des droits humains a été condamné en août 2018 à 20 ans de prison, en représailles de ses activités pacifiques en faveur de la démocratie et la justice. Il s’agit de la peine la plus lourde prononcée à l’encontre d’un militant des droits au Vietnam. En cette journée internationale des droits de l’homme, témoignez votre solidarité à Luong et sa famille !
Le dinh luong
(c) Illustration Léa Taillefert pour l'ACAT.
Le 02 / 12 / 2019

L’an dernier, alors que le monde célébrait le 70ème anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l’homme, Le Dinh Luong passait son premier anniversaire en prison. Ce militant pro-démocratie et fervent défenseur des populations affectées par la catastrophe de Formosa a écopé le 16 août 2018 d’une peine-bâillon de 20 ans de réclusion pour « activités visant à renverser l’administration populaire » (article 79 du Code pénal vietnamien), suivis de cinq ans d’assignation à résidence. Le jour de l’audience, il déclarait au tribunal de Nghe An : « L’Histoire jugera mes actes. Je suis heureux d’aller en prison si cela permet à mon peuple de connaître la liberté et la démocratie. »

Le Dinh Luong ne recouvrera sa liberté totale qu’en 2042.

Le 11 septembre dernier, le groupe de travail des Nations unies sur la détention arbitraire adoptait l’avis n°45/2019 concernant Le Dinh Luong. Les experts internationaux de ce groupe estiment que « la privation de liberté de Le Dinh Luong est arbitraire ».

Quelques jours plus tard, les autorités de la prison de Ba Sao ont empêché Le Dinh Luong de se rendre au parloir pour la visite mensuelle de sa famille. Cette dernière, qui voyageait depuis la province de Nghe An à plusieurs centaines de kilomètres de là, s’est vue refuser l’accès à la prison sans qu’aucune explication ne soit donnée, et ce malgré un droit de visite mensuel garanti par la loi vietnamienne.

Ensemble, rappelons à Le Dinh Luong qu’il n’est pas seul, soutenons-le !

Faites-nous parvenir vos lettres, dessins ou poèmes de soutien à l’adresse suivante, et nous nous chargerons de les faire passer à sa famille de façon sécurisée :

 

Soutien à Le Dinh Luong

ACAT-France

7, rue George Lardennois

75019 Paris

 

 


 

Le Dinh Luong, journaliste citoyen et activiste, a toujours porté la voix des plus vulnérables. Défenseur des droits humains et militant pro-démocratie, il a milité pour la libération de prisonniers d’opinion et soutenu leurs familles contre le harcèlement dont elles faisaient l’objet. A partir de 2016, il est venu en aide aux pêcheurs de la province de Nghe An, victimes directes de la pollution marine causée par l’aciérie taïwanaise Formosa. Cette compagnie a rejeté dans la mer des tonnes de produits toxiques, causant la mort de millions de poissons et coquillages sur deux cents kilomètres de côtes vietnamiennes. La pire catastrophe écologique de toute l’histoire du pays. Luong a soutenu ces pêcheurs dans leurs demandes de réparations auprès du tribunal de Nghe An. En retour, les autorités vietnamiennes ont rejeté les plaintes et tabassé les plaignants. Le Dinh Luong était malheureusement familier de ce type de mauvais traitements… Déjà en 2015, avec d’autres défenseurs, il avait été violemment attaqué par des policiers en civil alors qu’ils célébraient la libération de l’un d’entre eux. Malgré les menaces et les représailles, Le Dinh Luong n’a jamais abandonné son combat pour la justice sociale.

Les actions de Luong sont stoppées net le 24 juillet 2017 lorsqu’il est arrêté dans la province de Nghe An pour avoir « mené des activités visant à renverser l’administration populaire » (article 79 du Code pénal vietnamien). Le 16 août 2018, le verdict tombe comme un couperet : le tribunal populaire de la province de Nghe An le condamne à vingt ans de prison, la peine maximale, et à cinq ans d’assignation à résidence lors d’un procès inique qui n’a duré que quelques heures.
C’est la peine la plus longue prononcée à l’encontre d’un défenseur. Ses avocats n’ont pu le
rencontrer que quelques semaines avant pour préparer leur plaidoirie.  Lors de son procès, l’accusation s’est basée uniquement sur le témoignage du défenseur Nguyen Van Hoa, obtenu sous la torture, pour condamner Luong. Sa peine a par la suite été confirmée en appel.

Articles associés

Communiqué
Lettre-Ouverte_Sommet-USA-ASEAN_20220511
BirmanieÉtats-UnisVietnam

Lettre ouverte à Joe Biden en amont du sommet États-Unis-ASEAN

Le 12 / 05 / 2022
Peu avant le sommet spécial États-Unis-ASEAN qui se tiendra à Washington DC les 12 et 13 mai 2022, plusieurs ONG de défense des droits de l’homme écrivent au président Joseph Biden pour l’alerter sur l’escalade des atteintes aux droits numériques et suppression de la liberté d’expression en Asie du Sud-Est.
Appel du mois
AM 2022-04-Pham Doan-COVER
Vietnam

J'agis pour que Pham Doan Trang soit libérée

Le 24 / 03 / 2022
La journaliste indépendante et défenseure des droits humains Pham Doan Trang a été condamnée à neuf ans de prison par le tribunal populaire de Hanoï, pour « crimes » d’écriture et de « propagande anti-État ».
Rapport
actu-rt-1160x600
AngolaCongoFranceMexiqueMauritaniePhilippinesÉtats-UnisVietnam

12 éclairages pays pour comprendre le recours à la torture

Le 01 / 09 / 2021
Le 26 juin 2021, à l’occasion de la Journée internationale des Nations unies pour le soutien aux victimes de la torture, l’ACAT-France a publié la 6ème édition de son rapport Un monde tortionnaire. Douze États font l’objet d’un éclairage sur les pratiques tortionnaires et sur ce que leur acceptation, leur légitimation et leur banalisation disent des sociétés.