Cookie Consent par FreePrivacyPolicy.com
IsraëlPalestine
Actualité

L’ACAT soutient le documentaire « Palestine : la case prison »

L’ACAT, en partenariat avec la Plateforme des ONG françaises pour la Palestine, soutient le documentaire du réalisateur Franck Salomé : « Palestine : la case prison ». Ce documentaire revient sur les conditions de détention des détenus politiques palestiniens, enfermés dans les prisons israéliennes dans le déni le plus grave des droits de l’homme.
palestine_la_case_prison jpg
Le 10 / 05 / 2017

Sur la base de témoignages de juristes palestiniens, d’anciens détenus et d’anciens soldats israéliens, ce documentaire met en lumière les obscurs rouages du système carcéral israélien, huilé pour faire taire le combat des palestiniens pour l’indépendance.

Les prisons israéliennes : des enfermements massifs en violation du droit international

Depuis 1967, plus de 850 000 Palestiniens (20% de la population totale et 40% de la population masculine) ont été emprisonnés par les autorités israéliennes.

Les prisonniers palestiniens sont le plus souvent détenus en Israël même, en violation de la IVe Convention de Genève. Leur procès, devant un tribunal militaire d’exception, se déroule en hébreu - une langue qu’ils ne comprennent généralement pas- et aboutit dans 99% des cas à une condamnation à une peine de prison.

On comptait au 1er janvier 2014, plus de 5000 prisonniers palestiniens dont 181 avaient moins de 18 ans, 14  étaient membres du Conseil législatif (parlement) palestinien, et 12 femmes.

Les prisons israéliennes : mettre les droits de l’homme derrière les barreaux 

Lors de leur arrestation et pendant toute leur détention, les prisonniers palestiniens sont soumis à des mauvais traitements, à la torture et à la négligence médicale.

Selon l’Unicef, chaque année, ce sont environ 700 enfants palestiniens de 12 à 17 ans qui sont en détention. A partir de 14 ans, ils peuvent être condamnés jusqu’à dix ou vingt ans de prison pour jet de pierres.

145 détenus le sont sous le régime de la détention administrative

Cette procédure permet à l’armée israélienne de détenir une personne pour une période de six mois renouvelables indéfiniment. Le détenu administratif est emprisonné sans accusation ni jugement, le plus souvent sur la base de preuves qualifiées de « secrètes » par l’armée et qui ne sont donc accessibles ni au détenu ni à son avocat.

En savoir plus sur la détention administrative 

Retrouvez le kit de sensibilisation du film !

*Le livret d'accompagnement

Articles associés

Communiqué
Salah-Hamouri_Thumbnail
IsraëlPalestine

La France doit dénoncer l’expulsion de Salah Hamouri

Le 02 / 12 / 2022
Plusieurs ONG appellent Emmanuel Macron à agir immédiatement contre l’expulsion de l’avocat franco-palestinien Salah Hamouri. Les autorités israéliennes ont décidé d’expulser M. Hamouri de sa ville natale, Jérusalem, en violation du droit international. Salah Hamouri vit dans Jérusalem Est occupée et a donc droit aux protections du droit international humanitaire, y compris l'interdiction fondamentale d'expulsion du territoire occupé.
Communiqué
Prix2022_Main
IsraëlPalestine

Salah Hamouri, Prix des droits humains Engel-du Tertre 2022

Le 28 / 11 / 2022
L’avocat franco-palestinien Salah Hamouri reçoit, ce 1er décembre 2022, le Prix Engel-du Tertre des droits humains, remis par la Fondation ACAT pour la dignité humaine. Placé en détention administrative par les autorités israéliennes depuis le 10 mars, notre compatriote paye le prix fort pour son activité de défenseur des droits humains. Un tribut auquel Israël le contraint en violation de sa liberté, de son droit à vivre sur sa terre natale, de sa dignité et celle de sa famille.
Appel à mobilisation
Salah-Hamouri_Thumbnail
IsraëlPalestine

Salah Hamouri sous la menace d’un nouveau maintien en déten...

Le 23 / 11 / 2022
Le 4 décembre prochain, une nouvelle audience aura lieu sur son maintien ou non en détention administrative. Quelques jours avant cette date, il recevra le 1er décembre 2022 le Prix Engel-du Tertre pour les droits humains 2022, remis par la Fondation ACAT pour la dignité humaine.