Cookie Consent par FreePrivacyPolicy.com
Actualité

La peine de mort ne tue pas le trafic de drogue

En 1863, le Venezuela était le premier Etat moderne à formellement abolir la peine de mort. Ils sont 140 aujourd’hui. Pourtant, le nombre de pays qui a prévu la peine de mort pour trafic de drogue dans son arsenal juridique s’est, lui, accru de manière significative, en raison de la « guerre contre la drogue ».
drogue
Crédits : Lee Morley / Flickr Creative Commons
Le 05 / 10 / 2015

En 1863, le Venezuela était le premier Etat moderne à formellement abolir la peine de mort. Ils sont 140 aujourd’hui. Pourtant, le nombre de pays qui a prévu la peine de mort pour trafic de drogue dans son arsenal juridique s’est, lui, accru de manière significative, en raison de la « guerre contre la drogue ». En 1979, environ 10 pays maintenaient la peine de mort pour trafic de drogue dans leur législation. Ce nombre est passé à 33 aujourd’hui.

Le procès très médiatisé de Serge Atlaoui l’a tristement rappelé : de nombreux pays appliquent la peine de mort pour trafic de drogue. Ils sont même trois fois plus nombreux aujourd’hui qu’à la fin des années 70. Comment expliquer ce phénomène ?

Cette tendance coïncide avec l’élaboration, l’adoption et la ratification de la Convention internationale contre le trafic illicite de stupéfiants et de substances psychotropes de 1988, un  traité des Nations Unies qui oblige les Etats à adopter des dispositions pénales sévères pour les infractions liées aux drogues.

Le Vietnam fait partie des 33 États et territoires qui appliquent la peine de mort pour trafic de drogue. Toute personne trouvée en possession de plus de 100 grammes d’héroïne ou de cocaïne, ou de plus de 5 kilos d’opium, est passible d’une peine de prison à perpétuité ou de la peine de mort. Il s’agit d’une pratique régulière dans le système pénal vietnamien : les autorités voient erronément le recours à la peine capitale comme un moyen de dissuasion efficace pour contrer les risques sociaux (criminalité, délinquance, marginalisation) liés à la consommation de drogues. Chaque année, entre 70 et 80 nouveaux condamnés rejoignent ainsi le couloir de la mort, principalement pour trafic de drogue et meurtre.

Le recours à la peine de mort inefficace pour combattre le trafic de drogue

Le recours à la peine de mort depuis les années 2000 n’a nullement permis de réduire la consommation de drogue. Singapour en est un exemple frappant : même avec des lois extrêmement répressives, les statistiques de la criminalité liée à la drogue restent élevées. Singapour a, depuis 1973, des lois draconiennes pour trafic de drogue, et il a été l’un des pays leaders dans le monde en matière de peine de mort pour de tels crimes. Cependant, selon l’Institut européen pour la prévention et la lutte contre le crime, en 2010, le taux de criminalité lié à la drogue de Singapour était bien plus élevé que dans d’autres pays comme le Costa Rica et la Turquie.

Selon l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC), au cours de la période 2003-2012, le nombre estimé de consommateurs de drogues (en pourcentage de la population dans la tranche d’âge 15-64 ans) est restée relativement stable. Bien que les dérivés d’opium soient responsables de la quasi-totalité des décès, ce sont les trafiquants de marijuana qui constituent la grande majorité des condamnés à mort dans certains pays. Par exemple, en Malaisie, la plupart des personnes condamnées à mort ont été reconnues coupables d’infractions liées à la marijuana ou au haschich.

Bon nombre de personnes exécutées et condamnées à mort sont loin d’être des acteurs majeurs dans le trafic de drogue. Il s’agit surtout de personnes pauvres, vulnérables et qui sont des proies faciles pour de plus « gros bonnets » plus haut placées dans l’organisation du trafic. Dans de nombreux pays qui appliquent la peine de mort pour les crimes liés au trafic de drogue, les normes garantissant un procès équitable ne sont pas respectées. Des allégations d’aveux extorqués sous la torture ont été documentées en Arabie saoudite, Chine, Egypte, Indonésie, Thaïlande, Soudan et d’autres pays.

Articles associés

Communiqué
wcadp_19wdadp_2021

19ème Journée mondiale contre la peine de mort

Le 10 / 10 / 2021
Alors que nous célébrons la 19ème Journée mondiale contre la peine de mort consacrée aux femmes qui risquent la peine capitale, qui ont été condamnées à mort, qui ont été exécutées ainsi qu’à celles qui ont été graciées ou reconnues non-coupables, les membres de la Coalition mondiale et alliés des femmes condamnées à mort se saisissent cette occasion pour signer cette déclaration conjointe sur la peine de mort et les droits des femmes.
Communiqué
1tw2
France

La place de la République accueille le Village de l’abolition

Le 09 / 10 / 2021
Le 9 octobre 1981, la peine de mort était abolie en toutes circonstances. À l’occasion des 40 ans d’une justice qui a fait le pari de la dignité, le Village de l’abolition, installé place de la République (Paris), rappelle le chemin parcouru, autant que celui qui reste à parcourir, vers l’abolition universelle.
Notre magazine
h21_actu

HUMAINS N°21 - ABOLITION DE LA PEINE DE MORT, 40 ANS APRÈS ?

Le 04 / 10 / 2021
Il y a 40 ans, le 9 octobre 1981, la France abolissait la peine de mort mais, dans notre pays, ils sont encore 55% à estimer qu’il faudrait la rétablir. Ce numéro met en lumière l’inhumanité de ce châtiment que seuls 107* pays ont aboli pour tous les crimes. Concernant la France, les exécutions extrajudiciaires, notamment dans le cadre de la lutte contre le terrorisme, posent question. L’honneur d’un pouvoir n’est-il pas aussi de s’affranchir de la vox populi ? La 19e Journée mondiale contre la peine de mort, commémorée le 10 octobre et dédiée aux femmes condamnées à mort, nous rappelle que le combat pour l’abolition est également adossé à la lutte contre les discriminations.