Cookie Consent par FreePrivacyPolicy.com
Mexique
Actualité

La famille Figueroa menacée parce qu’elle maintient sa plainte pour torture

Les frères Figueroa Gómez et Misael Sánchez Frausto ont été libérés après que la justice a reconnu leur torture. Pourtant, l’enquête pour faire condamner leurs bourreaux n’avance pas. Pire, les victimes continuent à être menacées.
Luis Adrian et Diana
CRÉDITS : CDHPN / LUIS ADRIÁN FIGUEROA GÓMEZ ET L'AVOCATE
Le 17 / 09 / 2015

Il y a plus d’un an les frères Juan Antonio, Jésus Iván et Luis Adrián Figueroa Gómez et Misael Sánchez Frausto ont été libérés. La justice a reconnu que les preuves retenues à leur encontre avaient été obtenues sous la torture. Pourtant, l’enquête faisant suite à leur plainte déposée en décembre 2014 n’avance pas. Pire, ils continuent à être menacés.

Le 18 janvier 2012, les quatre jeunes hommes (Luis Adrián était mineur) ont été embarqués, sans mandat d’arrêt, par la police judiciaire du ministère public de Chihuahua. Les agents les ont détenus au secret et torturés pendant deux jours, puis les ont présentés aux médias comme des membres d’un gang responsable de rackets.

Finalement, le 30 août 2013, le plus jeune a été libéré, les trois autres ne l’ont été qu’un an plus tard, le 9 juin 2014. Dans tous les cas, les tortures ont été clairement établies.

Le 2 décembre 2014, les victimes ont déposé une plainte auprès du ministère public de Chihuahua mettant en cause quatre agents.

Tout au long de leur détention et depuis leur libération, les victimes et leurs proches ont subi maintes menaces et intimidations visant à les dissuader de dénoncer les tortures.

Encore récemment, le 20 juillet 2015 vers 15h, l’aîné des frères, Juan Antonio, a été menacé sur son lieu de travail, une station service, par deux agents du ministère public en camionnette : « on sait où te trouver, continue comme ça et on va te détruire ! » Depuis, des fourgons du ministère public restent postés devant le domicile de Juan Antonio afin de l’intimider. Les 2 et 8 septembre tôt le matin, Juan Antonio a même été suivi par ces véhicules.

Pendant ce temps, l’enquête pour torture reste au point mort.

Les ravages de la « guerre contre le crime »

À son arrivée au pouvoir en décembre 2006, le président Felipe Calderón a déclaré la guerre à la délinquance organisée. D’une manière générale, les forces de l’ordre et l’appareil judiciaire ont procédé à des arrestations et condamnations massives en recourant à l’extorsion d’aveux et aux preuves illicites. Le bilan de la guerre de Calderón est estimé à au moins 60 000 morts, 26 000 victimes de disparition forcée, 250 000 déplacés internes et des milliers de personnes torturées au cours de leur garde à vue et de leur détention.

Le président Enrique Peña Nieto, en place depuis décembre 2012, n’a pas changé la donne.

Chihuahua compte parmi les États les plus touchés par cette situation.

La torture comme première méthode d’enquête

La Commission nationale des droits de l’homme (CNDH) a enregistré 1 505 plaintes pour torture et mauvais traitements en 2013 contre 219 en 2003, soit une augmentation de 600 % en dix ans.

En avril 2014, le rapporteur spécial de l’ONU sur la torture, Juan E. Méndez, s’est rendu au Mexique. Il a qualifié le recours à la torture d’« endémie inquiétante » au sein de « tous les corps de sécurité publique, policiers ou militaires. » Dans la plupart des cas, le mode opératoire est similaire : les individus sont arrêtés avant même le début de l’enquête et font l’objet de coups et de menaces dès le transfert vers le lieu de détention. Les personnes arrêtées ne sont remises aux autorités judiciaires qu’au bout de 6 à 18 heures alors que, selon les termes de la loi, cette présentation doit avoir lieu immédiatement et en présence d’un avocat. Très souvent, les juges acceptent les confessions obtenues sous la torture, violant le droit des accusés à un procès équitable. Selon Juan E. Méndez : « La plupart des coupables ne sont jamais identifiés. Et lorsqu’ils le sont, ils ne sont pas arrêtés. »

Depuis 2012, l’ACAT a mené plusieurs actions en faveur des quatre victimes, de leurs parents et de leur avocate. La dernière était en décembre 2014.

Vous voulez agir en faveur des frères Figueroa Gómez, de Misael Sánchez Frausto et de leurs proches, envoyez cette lettre aux autorités mexicaines.

 

Articles associés

Bonne nouvelle
Libération-Frères-López
Mexique

Les frères Montejo López sont libres !

Le 18 / 05 / 2022
Après la libération, il y a quelques jours, de Marcelino Ruiz, l'ACAT-France apprend avec beaucoup de satisfaction la libération d'Abraham et German López Montejo. Membres eux aussi de la communauté indigène tzotzil, ils avaient été arrêtés arbitrairement et soumis à la torture pour avouer sous la contrainte un meurtre qu'ils n'avaient pas commis.
Bonne nouvelle
Libération-Marcelino-Ruiz
Mexique

Marcelino Ruiz a été libéré !

Le 09 / 05 / 2022
Membre de la communauté indigène tzotzil, Marcelino Ruiz était victime d'une procédure inique lancée à son encontre par les autorités du Chiapas, au Mexique. Un groupe d'experts des Nations unies avait qualifié sa détention d'arbitraire.
Appel à mobilisation
AAM_Ruiz-Lopez_Thumbnail_20220323
Mexique

Le Mexique doit libérer Marcelino Ruiz et les frères López

Le 24 / 03 / 2022
Au Chiapas, trois détenus de la communauté indigène tzotzil sont victimes depuis des années d’une procédure inique. Malgré la demande de libération immédiate émise par le groupe de travail sur la détention arbitraire des Nations Unies, les autorités mexicaines continuent de les maintenir en détention. Ils doivent être libérés.