Cookie Consent par FreePrivacyPolicy.com
Chine
Actualité

Justice pour Yu Wensheng, détenu arbitrairement depuis deux ans !

Le 19 janvier 2018, l’avocat Yu Wensheng était enlevé par une dizaine de policiers alors qu’il emmenait son fils à l’école. Depuis, tout contact avec ses avocats et sa famille est coupé. Il reste dans l’attente du verdict de son procès pour « subversion » et aurait subi des mauvais traitements.
yu wensheng-xu yan-twitter
Xu Yan, épouse de l’avocat Yu Wensheng détenu depuis deux ans. Source : page Twitter de Xu Yan
Le 20 / 01 / 2020

Cela fait désormais deux ans que Yu Wensheng 余文生 a perdu la liberté. Avocat à Pékin, il représentait des pétitionnaires, des militants pour les droits civils, des adeptes de Falun Gong et, plus récemment, ses confrères avocats victimes de la répression en Chine, dont Wang Quanzhang.

Quelques jours après son arrestation le 19 janvier 2018, Yu Wensheng avait été placé en « résidence surveillée à un endroit désigné », une spécificité chinoise permettant de maintenir un détenu au secret de manière légale au nom de la sécurité nationale. Durant cette période, ses avocats et sa famille n’avaient pas été autorisés à le voir. Les autorités en avaient profité pour le radier du barreau de Pékin. Trois mois plus tard, les autorités confirmaient sa détention à Xuzhou. 

En février 2019, il était formellement inculpé pour « subversion », une charge pouvant lui valoir 15 ans de prison. Son procès s’est tenu au secret le 9 mai dernier, sans que sa famille et ses avocats n’aient été prévenus. Depuis, aucun verdict n’a été rendu public. Sa famille craint que Wensheng ne soit victime de mauvais traitements, voire de torture derrière les barreaux.

En avril 2019, le groupe de travail des Nations unies sur la détention arbitraire adoptait l’avis n°15/2019 concernant Yu Wensheng. Les experts internationaux de ce groupe, estimant que « la privation de liberté de Yu Wensheng [était] arbitraire », ont demandé à la Chine de libérer ce dernier et de lui accorder des réparations pour les préjudices subis. Le groupe de travail a également reconnu que l’avocat avait été ciblé spécifiquement à cause de ses activités de défenseur des droits humains, et a requis qu’une enquête soit ouverte sur les circonstances de sa détention.

 

Vous voulez soutenir Yu Wensheng ?

► Téléchargez ce modèle de lettre, personnalisez-la avec vos coordonnées et adressez-la aux autorités chinoises pour demander sa libération immédiate.

► Partagez : Twittez, postez sur Facebook, faites le savoir autour de vous !

 

CONTEXTE

Xu Yan, militante inébranlable

L’épouse de Yu Wensheng, Xu Yan 许艳, se bat depuis son arrestation pour obtenir des informations sur le sort de son mari et réclamer justice. Pour cela, elle a fait l’objet d’une surveillance intense, d’interrogatoires de la police et a même été menacée de poursuites pénales. Malgré les risques, Xu Yan persiste. En novembre 2019, elle interpellait les participants internationaux du Forum mondial des avocats organisé par la Chine. En deux ans, elle a envoyé plus de 200 réclamations auprès de diverses institutions chargées de la sécurité publique.

En juillet 2019, elle écrivait : « Lorsque les avocats sont privés de leur liberté, il n’est plus possible de garantir les droits de qui que ce soit. »

Pour en savoir plus sur les épouses des avocats emprisonnés, retrouvez notre article paru dans le magazine Humains n°12 (juillet/août 2019) : « De victimes collatérales à militantes inébranlables ».

Répression contre les avocats des droits humains

Si la plupart des avocats des droits humains ciblés par la « répression 709 » de 2015 ont été libérés sous caution après des mois de détention illégale et restent sous surveillance, d’autres, à l’image de Wang Quanzhang ou de Wu Gan, purgent toujours leurs peines de prison.

Par ailleurs, les autorités chinoises ont procédé durant la période de Noël 2019 à une nouvelle vague de répression à l’encontre des avocats, par le biais d’interrogatoires, de détentions administratives, de harcèlement et d’interdictions de voyager. Certains avocats ont été inculpés pour « subversion du pouvoir d’Etat ». Ces évènements récents ont pris le nom de « répression 12-26 [26 décembre] ».

Articles associés

Bonne nouvelle
Libération-Lee-Ming-Cheh_Thumbnail
ChineTaïwan

Lee Ming-Che enfin à Taïwan après cinq ans de détention

Le 16 / 05 / 2022
Défenseur des droits humains à Taïwan, Lee Ming-Che avait été reconnu coupable de « subversion de l’État » en novembre 2017. Après avoir été détenu au secret pendant plus de huit mois, puis condamné à cinq ans de prison, il est enfin rentré libre à Taïwan.
Appel à mobilisation
AAM_Li-Qiaochu_Thumbnail_20220505
Chine

L’état de santé de Li Qiaochu est incompatible avec sa d...

Le 05 / 05 / 2022
Li Qiaochu est une défenseuse des droits humains qui a milité pour les droits des femmes et des travailleurs, ainsi que pour les campagnes #MeToo en Chine. Elle a été arrêtée en février 2020 et de nouveau un an plus tard, quelques jours après avoir révélé sur Internet la torture dont les défenseurs des droits humains Ding Jiaxi et Xu Zhiyong, son compagnon, faisaient l’objet en détention.
Appel à mobilisation
AAM_Fang-Bin_Thumbnail_20220407
Chine

Je demande la libération immédiate de Fang Bin

Le 07 / 04 / 2022
Après deux ans sans nouvelles, on dispose enfin d’informations quant à la situation de l’homme d’affaires Fang Bin, résident de Wuhan. Dès le 25 janvier 2020, il a été l’un des premiers lanceurs d’alerte à diffuser sur internet des images montrant la réalité de l’ampleur de la situation sanitaire due à la Covid-19 sur place, après avoir été témoin du transport de plusieurs corps de victimes de la maladie. Par la suite, il a continué à exercer son droit à la liberté d’expression tout en faisant régulièrement l’objet de menaces de la part des autorités chinoises jusqu’à son arrestation, le 9 février 2020.