Cookie Consent par FreePrivacyPolicy.com
IsraëlPalestine
Actualité

Justice pour la famille Shuheibar

Dans la Bande de Gaza, le 17 juillet 2014, un missile israélien s’abat sur la maison de la famille Shuheibar. Trois enfants sont tués, deux sont gravement blessés. Ce drame, des centaines de familles l’ont vécu. Elles attendent toujours que justice soit faite.
photo famille AM juillet
Le 07 / 06 / 2017

L’histoire tragique de la famille Shuheibar

Le 17 juillet 2014, il est 17h40 quand un missile israélien frappe le toit de la maison de la famille Shuheibar alors que les enfants y sont occupés à nourrir les oiseaux. Afnan (8 ans), Wassim (9 ans) et Jihad (10 ans) sont tués. Udai (15 ans) et Bassil (9 ans) sont grièvement blessés. La vie de leurs parents bascule dans le désespoir. Pas de cible militaire, pas de sommation, seulement des victimes civiles : nul doute que l’attaque est un crime de guerre. Au cœur des ruines et des gravas, un composant de fabrication française est retrouvé parmi les débris du missile tiré sur la maison. Analysé par des experts internationaux en armement, il s’avère que cette pièce, qui porte l’inscription « Eurofarad – Paris – France » a été fabriquée par une entreprise française, Exxelia Technologie, anciennement Eurofarad.

L’opération « Bordure protectrice » : des centaines de familles détruites  

L’attaque contre la famille Shuheibar a été conduite au cours de l’Opération Bordure protectrice, menée par l’armée israélienne dans la Bande de Gaza entre le 7 juillet et le 26 août 2014. Lancée en réaction à des tirs de roquette palestiniens, l’opération aérienne, véritable escalade de violence, s’est doublée de manœuvres militaires terrestres. Selon la commission d’enquête des Nations unies créée pour enquêter sur les violations du droit international humanitaire et des droits de l’homme commis pendant l’opération, les attaques israéliennes ont tué 1462 civils dont 551 enfants. Plus de 11 000 personnes ont été blessées, tandis que 18 000 logements ont été détruits, laissant la population civile démunie et dans le désarroi le plus total.

De l’impunité totale à la plainte en France : exiger justice pour les victimes

Trois ans après le début de l’Opération Bordure protectrice, l’impunité est totale : les milliers de victimes survivent souvent dans le plus grand dénuement et peinent à se reconstruire en l’absence de justice. Les autorités israéliennes n’ont mené aucune enquête sérieuse et impartiale sur ces attaques, ne laissant aux victimes d’autres choix que de chercher justice ailleurs, notamment auprès de la Cour pénale internationale. Face à l’impunité des crimes commis, en juin 2016, l’ACAT a aidé la famille Shuheibar à porter plainte, en France, pour complicité de crime de guerre et homicide involontaire contre Exxelia Technologies.  En attendant une justice hypothétique, préalable indispensable à une paix durable, les Gazaouis vivent dans la peur d’une nouvelle attaque.

Lettre d'interpellation à télécharger.

Articles associés

Appel à mobilisation
AAM_Salah-Hamouri_Thumbnail_20220428
IsraëlPalestine

Salah Hamouri passe son anniversaire en prison

Le 28 / 04 / 2022
Placé depuis le 7 mars 2022 en détention administrative par les autorités israéliennes, le défenseur franco-palestinien Salah Hamouri vient de fêter ses 37 ans en prison. Le 6 juin prochain, une audience aura lieu sur son maintien en détention ou sa remise en liberté. Par ailleurs, Salah demeure également sous la menace d’une expulsion de sa terre natale.
Appel urgent
AAMU_Salah-Hamouri_Thumbnail_20220317
IsraëlPalestine

Salah Hamouri, à nouveau placé en détention administrative

Le 17 / 03 / 2022
Les forces de sécurité israélienne ont à nouveau placé en détention administrative Salah Hamouri pour une durée de trois mois reconductible alors qu’il est toujours sous la menace d’une expulsion de sa terre natale en raison de la révocation de sa résidence à Jérusalem.
Communiqué
standwiththe6
IsraëlPalestine

Lettre à M. Le Drian : soutenez les ONG palestiniennes

Le 02 / 11 / 2021
Vendredi 22 octobre, le ministère israélien de la Défense a désigné comme organisations terroristes six organisations non-gouvernementales (ONG) palestiniennes : Addameer Prisoner Support and Human Rights Association, Al-Haq Law in the Service of Man (Al-Haq), Bisan Center for Research and Development, Defense for Children International-Palestine (DCI-P), Union of Agricultural Work Committees (UAWC) et Union of Palestinian Women's Committees (UPWC). Nos organisations déplorent vivement cette décision et expriment leur pleine solidarité avec les six ONG palestiniennes ciblées.