Cookie Consent par FreePrivacyPolicy.com
Sri Lanka
Actualité

Je soutiens la quête de justice des victimes du conflit

En mai 2016, le Sri Lanka célébrera le 7ème anniversaire de la fin de la guerre civile. Pourtant, les autorités sri lankaises n’ont toujours pas traduit en justice les responsables présumés des crimes de guerre et des atteintes aux droits de l’homme perpétrés pendant le conflit – suspendant tout espoir de réconciliation.
srilanka
Le 15 / 04 / 2016

La quête de vérité et de justice comme prérequis à la réconciliation nationale

En 2009, Mahindan a 15 ans. Enrôlé de force durant la guerre civile par le mouvement des Tigres de libération de l'Îlam Tamoul, il se rend volontairement à l’armée sri lankaise dès la fin du conflit. Depuis, il a disparu. Sa famille n’a plus aucune nouvelle de lui, et se heurte sans cesse au silence de l’armée. Sa mère, Jeyakumari Balendra, a tenté en vain d’obtenir des informations, mais elle ne sait toujours pas s’il est mort ou vivant, s’il a été tué ou s’il est détenu. Arrêtée à plusieurs reprises par le passé pour avoir demandé des nouvelles de son fils, elle est désormais en liberté sous caution. Comme de nombreux proches de disparus ou de victimes du conflit, elle exige la vérité.

7 ans de paix, mais l’impunité des criminels de guerre demeure

Le 18 mai 2016, cela fera 7 ans que la guerre civile opposant les forces gouvernementales du Sri Lanka au groupe armé des Tigres tamouls a pris fin, après avoir mis le pays à feu et à sang pendant plus de 25 ans. 7 ans également que les victimes du conflit et leurs proches réclament justice pour les 100 000 morts et 80 000 victimes de disparitions forcées… 7 ans, enfin, que le Sri Lanka vit dans l’attente d’une réconciliation nationale. Après de nombreuses alertes des organisations de la société civiles et des ONG internationales, le Haut-Commissaire aux droits de l’homme des Nations Unies s’est rendu au Sri Lanka en février 2016. Son constat est sans appel : de nombreuses avancées demeurent à accomplir dans la lutte contre l’impunité et pour le respect des droits de l’homme.

Les espoirs déçus du changement de gouvernement

En janvier 2015, les élections présidentielles ont été remportées par l’opposition, suscitant un espoir nouveau parmi la population. Le président sortant s’est engagé dans un dialogue avec la société civile et la communauté internationale. Il a notamment favorisé l’adoption d’une Résolution sur le Sri Lanka par le Conseil des droits de l’homme, et accepté le principe d’une enquête nationale sur les crimes commis durant la dernière phase du conflit, dont certains n’ont encore jamais été reconnus officiellement. Néanmoins, depuis le début de l’année 2016, le Sri Lanka a multiplié les signes d’un recul, rejetant par exemple la proposition du Haut-Commissaire aux droits de l’homme que soient établis des tribunaux hybrides composés de magistrats nationaux et étrangers. Or, l’impunité des auteurs de violations graves des droits de l’homme  constitue un défi majeur pour la réconciliation et la reconstruction du Sri Lanka.

Pour agir, envoyez ce modèle de lettre par courrier

Articles associés

Actualité
Munoz disparitions forcées
ChineSri LankaMexiqueCorée du NordSyrieTchad

POURSUIVRE LE COMBAT CONTRE LES DISPARITIONS FORCEES

Le 16 / 12 / 2020
Le 23 décembre marque le 10ème anniversaire de l’entrée en vigueur de la Convention internationale pour la protection de toutes les personnes contre les disparitions forcées. En ce jour, l’ACAT alerte sur l’étendue de ce crime, quotidiennement perpétré dans de nombreux pays. Un crime qui touche non seulement le /la disparu.e, mais également les proches, en proie à une insoutenable incertitude.
Actualité
Article Humains
Sri Lanka

Sri Lanka : La présidence de l'impunité

Le 24 / 02 / 2020
En échouant à rendre justice aux victimes, le processus de lutte contre l’impunité n’a pas réussi à initier une réconciliation nationale. La preuve en est l’élection d’un ancien bourreau, Gotabaya Rajapaksa, en novembre 2019.
Communiqué
2017WorldDayPosterFR-1080x675
Sri Lanka

Non à la reprise imminente des exécutions !

Le 02 / 07 / 2019
Au nom de la Coalition mondiale contre la peine de mort et de 52 organisations signataires, je vous écris pour exprimer notre profonde inquiétude face à l'annonce de quatre exécutions imminentes au Sri Lanka. Nous vous demandons respectueusement d'arrêter les projets de reprise de l'application de la peine de mort dans le pays pour la première fois depuis plus de 40 ans et d'instaurer un moratoire officiel sur toutes les exécutions en tant que première étape vers l'abolition.