Cookie Consent par FreePrivacyPolicy.com
Mexique
Actualité

J'agis pour Adrián et Adriel, disparus au Mexique

Adrián Favela Márquez et Adriel Ávila Barrios ont disparu. La dernière fois qu’ils ont été vus, ils étaient pieds nus, leurs chemises sur la tête, poussés violemment dans un véhicule à l’aube par des agents de la police judiciaire en civil. C’était il y a presque 4 ans. Aujourd’hui, les familles, bien décidées à réclamer justice, sont toujours confrontées à la partialité des autorités locales.
Capture
Le 20 / 07 / 2016

Disparitions forcées d’Adrián et Adriel

Le 2 octobre 2012 à l’aube, en plein cœur de Ciudad Juarez, des hommes armés en civil ont forcé l’entrée du domicile d’Adrián, où celui-ci dormait avec son ami Adriel. Sans mandat d’arrêt, ils les ont contraints à monter dans une voiture... Depuis, les jeunes gens n’ont plus donné signe de vie. À la tante et voisine d’Adrián, les hommes du commando se sont présentés comme des agents de la police judiciaire de l’État de Chihuahua. Pourtant, les autorités locales n’ont jamais reconnu détenir les deux hommes, et mènent une parodie d’enquête concernant une simple disparition. Mais les proches des disparus ne renoncent pas à retrouver Adrián et Adriel : ils demandent à présent au Parquet fédéral de se saisir de l’affaire.

Des milliers de « disparus » dans la guerre contre le crime

Arrivé au pouvoir en 2006, le président Felipe Calderón a lancé la guerre à la délinquance organisée. Cette guerre a non seulement entrainé des milliers d’exécutions et de disparitions ; mais les forces de l’ordre mexicaines ont également eu recours à des techniques illicites pour extorquer les aveux des personnes arrêtées. Le président Enrique Pena Nieto, élu en décembre 2012, n’a pas amélioré la situation critique du pays. L’État mexicain refuse toujours de s’impliquer dans les recherches des victimes, n’apportant aucun soutien aux familles des disparus. Aucune enquête sérieuse n’a été menée, notamment pour établir qui sont réellement les auteurs des enlèvements, et pour déterminer si les agents de l’État sont impliqués dans ceux-ci.

Des situations familiales critiques

On parle de disparition forcée lorsqu’une personne est arrêtée, détenue ou enlevée avec le consentement - tacite ou explicite - des autorités, et que celles-ci refusent de reconnaître leur arrestation ou dissimulent leur sort. Les victimes de disparitions forcées sont généralement arrêtées par des agents du gouvernement en place, et sont bien souvent torturées et retenues dans des lieux tenus secrets. Broyées dans le processus de recherche et dans une machine judiciaire partiale, les familles vivent elles aussi de véritables situations de torture psychologique : elles n’ont en effet aucune information sur leurs proches disparus, et sont dans l’incapacité de faire le deuil.

Lettre d'intervention à télécharger

Articles associés

Bonne nouvelle
Libération-Frères-López
Mexique

Les frères Montejo López sont libres !

Le 18 / 05 / 2022
Après la libération, il y a quelques jours, de Marcelino Ruiz, l'ACAT-France apprend avec beaucoup de satisfaction la libération d'Abraham et German López Montejo. Membres eux aussi de la communauté indigène tzotzil, ils avaient été arrêtés arbitrairement et soumis à la torture pour avouer sous la contrainte un meurtre qu'ils n'avaient pas commis.
Bonne nouvelle
Libération-Marcelino-Ruiz
Mexique

Marcelino Ruiz a été libéré !

Le 09 / 05 / 2022
Membre de la communauté indigène tzotzil, Marcelino Ruiz était victime d'une procédure inique lancée à son encontre par les autorités du Chiapas, au Mexique. Un groupe d'experts des Nations unies avait qualifié sa détention d'arbitraire.
Appel à mobilisation
AAM_Ruiz-Lopez_Thumbnail_20220323
Mexique

Le Mexique doit libérer Marcelino Ruiz et les frères López

Le 24 / 03 / 2022
Au Chiapas, trois détenus de la communauté indigène tzotzil sont victimes depuis des années d’une procédure inique. Malgré la demande de libération immédiate émise par le groupe de travail sur la détention arbitraire des Nations Unies, les autorités mexicaines continuent de les maintenir en détention. Ils doivent être libérés.