Cookie Consent par FreePrivacyPolicy.com
Actualité

Je corresponds avec un condamné à mort

Depuis plus de vingt ans, l’ACAT accompagne près de deux cents personnes dans leur correspondance avec des condamnés à mort. Expérience enrichissante et très forte, écrire à un détenu, c’est construire un échange plein d’humanité.
AM oct 2017
Le 19 / 09 / 2017

S’opposer à la peine de mort et briser l’isolement

L’ACAT met en lien des condamnés qui en font la demande et des personnes désireuses de s’engager dans une action concrète de solidarité. Pour les prisonniers, les lettres reçues sont « des bouffées d’oxygène et une fenêtre sur l’extérieur » témoigne une correspondante. Au-delà d’un précieux soutien moral, la correspondance leur redonne souvent le courage de poursuivre les procédures judiciaires pour faire appel de leur condamnation. Pour les correspondants, écrire c’est « apporter de l’amour, de la joie et du temps à une personne enfermée » et c’est tisser des « liens forts » dans la construction « d’une relation sur le long-terme et d’une belle amitié ».

Lutter contre la déshumanisation des détenus

Les États-Unis figurent encore sur la courte liste des démocraties qui pratiquent la peine de mort. En 2016, trente détenus ont été condamnés à mort et vingt détenus ont été exécutés. Bien que ces chiffres soient en constante baisse, environ 3 000 personnes attendent toujours la date de leur exécution dans les sinistres couloirs de la mort. Les conditions de détention y demeurent particulièrement inhumaines. Une grande partie des condamnés sont enfermés 23 heures sur 24 dans leur cellule de moins de 5 m2, ne peuvent interagir avec leurs codétenus et pour certains sont privés de tout contact physique y compris lors des visites de leurs proches.

Correspondre avec un condamné à mort, un engagement réfléchi

Aucune compétence particulière n’est requise pour correspondre avec un condamné à mort, hormis que les échanges se font en anglais ou en espagnol et à raison d’au moins une lettre par mois. Mais si la correspondance représente une expérience humaine riche, elle est aussi une grande responsabilité. Elle implique un engagement de longue durée vis-à-vis d’une personne pour qui les courriers représentent souvent l’unique lien avec l’extérieur. Il faut être conscient que les échanges écrits peuvent se conclure par l’exécution du détenu avec lequel se sont noués des liens affectifs forts.

Inscrivez vous au parrainage

Articles associés

Communiqué
wcadp_19wdadp_2021

19ème Journée mondiale contre la peine de mort

Le 10 / 10 / 2021
Alors que nous célébrons la 19ème Journée mondiale contre la peine de mort consacrée aux femmes qui risquent la peine capitale, qui ont été condamnées à mort, qui ont été exécutées ainsi qu’à celles qui ont été graciées ou reconnues non-coupables, les membres de la Coalition mondiale et alliés des femmes condamnées à mort se saisissent cette occasion pour signer cette déclaration conjointe sur la peine de mort et les droits des femmes.
Communiqué
1tw2
France

La place de la République accueille le Village de l’abolition

Le 09 / 10 / 2021
Le 9 octobre 1981, la peine de mort était abolie en toutes circonstances. À l’occasion des 40 ans d’une justice qui a fait le pari de la dignité, le Village de l’abolition, installé place de la République (Paris), rappelle le chemin parcouru, autant que celui qui reste à parcourir, vers l’abolition universelle.
Notre magazine
h21_actu

HUMAINS N°21 - ABOLITION DE LA PEINE DE MORT, 40 ANS APRÈS ?

Le 04 / 10 / 2021
Il y a 40 ans, le 9 octobre 1981, la France abolissait la peine de mort mais, dans notre pays, ils sont encore 55% à estimer qu’il faudrait la rétablir. Ce numéro met en lumière l’inhumanité de ce châtiment que seuls 107* pays ont aboli pour tous les crimes. Concernant la France, les exécutions extrajudiciaires, notamment dans le cadre de la lutte contre le terrorisme, posent question. L’honneur d’un pouvoir n’est-il pas aussi de s’affranchir de la vox populi ? La 19e Journée mondiale contre la peine de mort, commémorée le 10 octobre et dédiée aux femmes condamnées à mort, nous rappelle que le combat pour l’abolition est également adossé à la lutte contre les discriminations.