Cookie Consent par FreePrivacyPolicy.com
France
Actualité

J’agis pour les enfants isolés étrangers

A leur arrivée en France, des enfants étrangers se retrouvent seuls, sans aucun adulte pour les protéger et sans prise en charge adaptée de leurs besoins. Nous exigeons qu’ils soient accompagnés de manière inconditionnelle !
Capture d’écran 2017-11-23 à 10.45.55
Le 23 / 11 / 2017

La suspicion au détriment de l’accueil

Ils sont quelques milliers, originaires du Mali, de Guinée, du Cameroun, d’Afghanistan, du Soudan ou encore de Syrie. Ils ont fui la guerre, les persécutions, la pauvreté ou encore les violences familiales dans l’espoir d’une vie meilleure. Ce sont des enfants, ils ont moins de dix-huit ans et ils sont sans famille. Aucun adulte ne s’occupe d’eux quand ils arrivent sur le territoire français. Tous n’ont pas vocation à demander l’asile. Toutefois, leur minorité les rend vulnérables et justifie qu'ils bénéficient d'un accompagnement adapté dès leur arrivée en France.

Alors que le système français apparaît comme l’un des plus protecteurs vis-à-vis des mineurs isolés étrangers, la réalité de sa mise en œuvre n’est pas satisfaisante. En effet, à la violence des épreuves que ces enfants ont subies pour arriver dans notre pays, s’ajoute la violence institutionnelle qui leur est opposée. La logique de suspicion des autorités prime sur leur accueil. Or, la protection de l’enfant ne devrait jamais être envisagée sous le prisme du contrôle des flux migratoires.

Une prise en charge largement insuffisante

Si la loi prévoit que ces jeunes doivent bénéficier d’une prise en charge dès leur arrivée en France, en réalité nombreux sont ceux qui sont contraints de vivre à la rue ou sans protection adaptée dans l’attente de l’évaluation de leur minorité. Pire encore, ceux confiés aux services de la protection de l’enfance vivent parfois dans des conditions inadmissibles.

Ce premier accueil, qui devrait avoir vocation à leur donner un répit et à les rassurer, ne fait que fragiliser encore davantage ces enfants. En effet, livrés à la rue, placés dans des hôtels à bas coût et insalubres, sans suivi éducatif adapté ou d'accès approprié aux soins, ils sont exposés à l'errance, la prostitution, l'exploitation, les addictions, etc. Ils devraient pourtant pouvoir bénéficier des droits garantis par la convention internationale relative aux droits de l’enfant qui s’impose à la France, indispensables pour leur permettre de se reconstruire et de s’intégrer.

Agissez : téléchargez la lettre d'interpellation!

Articles associés

Communiqué
Darmanin_Thumbnail
France

Le ministre de l'Intérieur méconnaît la réalité des perso...

Le 28 / 11 / 2022
Gérald Darmanin, ministre de l'Intérieur, a demandé que soient appliquées les mêmes mesures de suivi aux étrangers faisant l'objet d'une OQTF que ceux ayant commis une infraction. Une atteinte sévère à l'état de droit qui assimile les personnes étrangères à des personnes délinquantes.
Communiqué
Darmanin_Thumbnail
France

Péril sur le droit d'asile !

Le 23 / 11 / 2022
Le 23 novembre, Gérald Darmanin a invité plusieurs organisations de la société civile à une concertation portant sur le droit d'asile, excluant une partie importante des acteurs de la Coordination française pour le droit d'asile dont l'ACAT-France est membre. Alors que le gouvernement français prépare un nouveau projet de loi pour réformer le droit d'asile, les mesures annoncées mettent en grand danger l'exercice du droit d'asile, pourtant droit fondamental et socle de notre solidarité.
Article
cfda_logo
France

Conditions minimales pour que l’asile soit un droit réel

Le 22 / 11 / 2022
Alors que le gouvernement annonce une nouvelle loi sur l’asile et l’immigration, la Coordination française pour le droit d’asile (CFDA) pose les 15 conditions minimales pour que l’asile soit un droit réel.