Cookie Consent par FreePrivacyPolicy.com
Mexique
Actualité

J'agis pour Verónica

Victime de nombreuses tortures, y compris sexuelles, Verónica Razo Casales a été contrainte de signer des aveux qui l'ont conduite en prison ces six dernières années. Ensemble, restons mobilisés pour qu'elle soit enfin libérée et obtienne justice !
amavril2
Le 15 / 03 / 2017

Emprisonnée sur la base d'aveux extorqués sous la contrainte

Accusée d'enlèvements crapuleux, Verónica est en détention préventive depuis l'été 2011. Ses aveux ont été obtenus sous la torture au commissariat, où elle a subi menaces, coups, décharges électriques et simulacre de noyade. Elle a également été violée. Verónica s'est rétractée devant le juge, et elle a plusieurs fois dénoncé ses bourreaux. Cependant, aucune de ses plaintes n'a été prise au sérieux. Pire, en décembre 2015, à l'occasion d’un transfert vers une autre prison, plus éloignée encore de sa famille, Verónica a subi de nouvelles tortures et violences sexuelles.

Dénoncer les tortures sexuelles faites aux femmes

En 2012, le Comité pour l’élimination de la discrimination à l’égard des femmes s'est alarmé de « la stratégie employée pour lutter contre la criminalité organisée [au Mexique], [qui] combinée à une impunité et une corruption persistante, a contribué à l’intensification de modèles préexistants de discrimination et de violence répandus auprès des femmes. ».  Plus de 3 500 femmes ont allégué des tortures et mauvais traitements en 2013. Et combien n’ont pas osé les dénoncer ? Outre les pratiques « habituelles » (insultes, coups), un grand nombre d'entre elles ont vraisemblablement été soumises à des tortures sexuelles, précisément en raison de leur genre. Ces tortures vont des menaces de viol à l’acte lui-même (y compris l’introduction d’objets) et englobent aussi des attouchements et le déclenchement de décharges électriques dans les parties génitales. Par ces pratiques, les forces de sécurité rappellent et maintiennent un schéma sociétal, basé sur la domination patriarcale et le contrôle du corps des femmes.

Faire reconnaître et condamner ces tortures spécifiques

Ces sévices ont un impact psychologique très profond et difficile à surmonter. Il est d’autant plus difficile pour les victimes de se reconstruire après ces traumatismes que l’impunité prévaut. En effet, les autorités semblent ne pas vouloir prendre la mesure réelle du problème. Il n'y a eu pratiquement aucune condamnation pour ce type de crime à ce jour au Mexique. Et bien qu'un organisme de suivi des cas de torture sexuelle commis à l’encontre des femmes ait été créé en septembre 2015, il n'a donné lieu à aucune enquête ni recommandation jusqu'à présent.

Lettre d'intervention à télécharger

Articles associés

Bonne nouvelle
Libération-Frères-López
Mexique

Les frères Montejo López sont libres !

Le 18 / 05 / 2022
Après la libération, il y a quelques jours, de Marcelino Ruiz, l'ACAT-France apprend avec beaucoup de satisfaction la libération d'Abraham et German López Montejo. Membres eux aussi de la communauté indigène tzotzil, ils avaient été arrêtés arbitrairement et soumis à la torture pour avouer sous la contrainte un meurtre qu'ils n'avaient pas commis.
Bonne nouvelle
Libération-Marcelino-Ruiz
Mexique

Marcelino Ruiz a été libéré !

Le 09 / 05 / 2022
Membre de la communauté indigène tzotzil, Marcelino Ruiz était victime d'une procédure inique lancée à son encontre par les autorités du Chiapas, au Mexique. Un groupe d'experts des Nations unies avait qualifié sa détention d'arbitraire.
Appel à mobilisation
AAM_Ruiz-Lopez_Thumbnail_20220323
Mexique

Le Mexique doit libérer Marcelino Ruiz et les frères López

Le 24 / 03 / 2022
Au Chiapas, trois détenus de la communauté indigène tzotzil sont victimes depuis des années d’une procédure inique. Malgré la demande de libération immédiate émise par le groupe de travail sur la détention arbitraire des Nations Unies, les autorités mexicaines continuent de les maintenir en détention. Ils doivent être libérés.