Cookie Consent par FreePrivacyPolicy.com
Cameroun
Actualité

J'agis pour Franklin Mowha

Franklin Mowha est porté disparu depuis août 2018. Il documentait des cas de violations des droits humains dans une région anglophone du Cameroun. L’ACAT agit pour que sa famille obtienne vérité et justice.
couv-am-août-2019
Le 19 / 07 / 2019

Franklin Mowha, président de l’association de défense des droits humains Front des défenseurs pour l’intérêt citoyen (Frontline Fighters for Citizen Interest) et membre du Réseau de défense des droits humains en Afrique centrale (REDHAC), avec lequel l’ACAT-France travaille régulièrement, est porté disparu depuis le 6 août 2018. Aux dernières nouvelles, il documentait des violations des droits humains dans la région anglophone du Sud-Ouest.

Après avoir tenté de l’appeler pendant une semaine, ses proches ont fini par se résigner à le joindre, son téléphone n’émettant plus aucun signal. Depuis, associés à d’autres ONG locales, ils se sont tournés vers les autorités camerounaises et ont porté plainte pour disparition. Ces dernières restent silencieuses. M. Mowha se sentait menacé depuis quelques temps. Il avait déjà été arrêté et détenu à plusieurs reprises. 

Les autorités camerounaises, respectueuses du droit international, ont des obligations en ce qui concerne la protection des défenseurs des droits humains. Elles doivent impérativement entreprendre les enquêtes nécessaires en vue de retrouver Franklin Mowha et informer sa famille et ses proches de l’endroit où il pourrait être détenu, de ses conditions de détention et de sa situation judiciaire.

 

Des régions anglophones en guerre

Depuis le mois d’octobre 2016, un vent de protestation souffle sur les régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest du pays. Au départ, portée par des avocats, des enseignants et des étudiants contre la « francophonisation » du système législatif et éducatif camerounais, la contestation s’est transformée, depuis septembre 2017, en véritable conflit armé opposant séparatistes anglophones et autorités camerounaises. Face à la répression sanglante des manifestations pacifiques durant plus d’une année et l’emprisonnement de plusieurs leaders modérés, des anglophones camerounais ont décidé de prendre les armes et de combattre l’État central pour obtenir une sécession avec le Cameroun. Depuis, séparatistes et forces de défense et de sécurité s’affrontent et commettent chacun des exactions sur les populations civiles : exécutions sommaires, tortures, violences sexuelles, pillages, villages brûlés… Les habitants des régions anglophones, terrorisés et pris en otage par les parties au conflit, fuient en nombre. Quant à la société civile locale, elle fait face à la peur des représailles en cas de dénonciation des exactions commises. La disparition forcée de Franklin Mowha a vraisemblablement découragé de nombreux militants à faire leur travail sur le terrain…

N’oublions pas Franklin Mowha ! Agissons pour que sa famille reçoive enfin de ses nouvelles.

Agissez : Téléchargez notre lettre d'intervention !

Articles associés

Appel du mois
AM 2022-05-Awasum Mispa-COVER
Cameroun

Je soutiens Awasum et les autres prisonniers politiques

Le 26 / 04 / 2022
Au cours du mois de décembre 2021, Awasum Mispa Fri, présidente des Femmes du Mouvement pour la renaissance du Cameroun (MRC), et plus de 80 autres cadres et militants de ce parti, ont été condamnés à des peines allant de six mois à sept ans de prison ferme pour avoir manifesté pacifiquement.
Appel à mobilisation
AAM_Paul-Chouta_Thumbnail_20220331
Cameroun

Paul Chouta à nouveau agressé !

Le 31 / 03 / 2022
Dans la soirée du 9 au 10 mars 2022, Paul Chouta – journaliste et membre de Tournons la Page (TLP) – a été enlevé à Yaoundé en pleine rue par trois hommes en tenue civile. Conduit dans une camionnette en périphérie de la ville, le journaliste a été frappé avec divers objets jusqu’à ce qu’il perde connaissance. Ce journaliste critique à l’égard des autorités camerounaises a déjà fait l’objet de violences physiques et d’une détention arbitraire pendant presque deux années. Une enquête sur son agression récente est en cours.
Article
Article_Cameroun-Guerre-Qui-Ne-Dit-Pas-Son-Nom_Thumbnail
Cameroun

Au Cameroun, une guerre qui ne dit pas son nom

Le 16 / 03 / 2022
Depuis plus de cinq ans, les régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest du Cameroun connaissent une crise politique et sécuritaire majeure dont la nature juridique est encore incertaine. A-t-on affaire à des « troubles intérieurs » ou à un « conflit armé non international » ? L’enjeu est important, alors que la répression du régime est féroce. Retour sur une « crise oubliée » qui a fait plus de 6 000 morts.