Cookie Consent par FreePrivacyPolicy.com
Tchad
Actualité

Huit ans ont passé, nous pensons à Ibni et sa famille

. Il y a huit ans de cela, le 3 février 2008, Ibni Oumar Mahamat Saleh, opposant politique tchadien, était enlevé à son domicile de N’Djamena par des militaires de la garde présidentielle. Nous ne l'oublions pas.
tchad_ibni_portrait_2
Le 03 / 02 / 2015

Nous sommes aujourd’hui le 3 février 2015. Il y a huit ans de cela, le 3 février 2008, Ibni Oumar Mahamat Saleh, opposant politique tchadien, était enlevé à son domicile de N’Djamena par des militaires de la garde présidentielle. Depuis lors plus rien. Plus aucune nouvelle. Depuis huit ans, l’ACAT se mobilise inlassablement au côté de la famille d’Ibni pour qu’elle obtienne vérité et justice. Le 3 avril 2014, l’ACAT s’est constituée partie civile dans la plainte déposée à Paris en février 2012 par deux des enfants d’Ibni. Cette plainte pour « enlèvement, séquestration et torture » a été déclarée recevable par la justice française en juin 2013 et une enquête est en cours.

Le 18 juillet 2014, à l’occasion d’une visite à N’Djamena du président français, l’ACAT avait publié un communiqué de presse rappelant l’Affaire Ibni et faisant part de notre inquiétude : « la coopération militaire plus importante que les droits de l’homme ? ». L’apport crucial de l’armée tchadienne dans la lutte contre le terrorisme en Afrique, que ce soit au Mali, au Cameroun et au Nigeria, ne doit pas occulter les violations graves des droits de l’homme que cette armée a commis. Le vraisemblable assassinat d’Ibni Oumar Mahamat Saleh au Tchad lui est imputable. Ne l’oublions pas.

Articles associés

Appel urgent
Manifestation Tchad
Tchad

Non à l'impunité !

Le 07 / 07 / 2021
Au moins 16 personnes ont été tuées par balles à N’Djamena et Moundou lors de la répression de plusieurs manifestations interdites par les autorités entre le 27 avril et le 19 mai 2021. Le 27 avril, le Président Emmanuel Macron a condamné "avec la plus grande fermeté la répression". Face à l’absence d’enquêtes indépendantes et impartiales sur ces événements au Tchad, la France doit se mobiliser pour que vérité et justice soient apportées aux victimes.
Communiqué
rencontre_macron_mahamat
Tchad

L’Elysée silencieuse sur l'État de droit au Tchad

Le 07 / 07 / 2021
La rencontre officielle, le 5 juillet 2021, entre Emmanuel Macron et Mahamat Idriss Déby, président du Conseil militaire de transition (CMT) depuis le coup d’État du 20 avril dernier, a-t-elle été l’occasion d’une discussion franche quant aux violences subies par les manifestants pro-démocratie ? La communication évasive de l’Elysée à ce sujet relègue la protection des libertés fondamentales dans une parenthèse, quand 16 personnes, au moins, sont mortes par balles au cours des manifestations, entre fin avril et début mai. Alors qu’Emmanuel Macron les avait publiquement condamnées le 27 avril, l’ACAT-France regrette le manque de suivi actif.
Appel urgent
Tchad 27 avril 2021
Tchad

Répression de manifestations au Tchad

Le 20 / 05 / 2021
Au moins neuf personnes ont été tuées par balles à Ndjamena, la capitale du Tchad, et dans le sud du pays, à Moundou, le 27 avril 2021 lorsque les forces de défense et de sécurité tchadiennes ont réprimé, faisant un usage excessif de la force létale, les manifestations pacifiques du mouvement Wakit Tama (« l’heure est venue en arabe »). Les autorités tchadiennes doivent enquêter puis traduire en justice les responsables de ces homicides et veiller à ce que cela ne se reproduise plus.