Cookie Consent par FreePrivacyPolicy.com
États-Unis
Actualité

Exécution de Daniel Lewis Lee : scandaleux !

Le mardi 14 juillet 2020, à 8 h 07 du matin, heure locale, Daniel Lewis Lee a été déclaré mort dans la chambre d’exécution du pénitencier fédéral de Terre Haute en Indiana, marquant ainsi la fin d’un moratoire de 17 ans sur les exécutions fédérales.
DANIEL-LEWIS-LEE
Le 16 / 07 / 2020

Toute exécution est inacceptable pour l’ACAT mais les conditions dans lesquelles cette mascarade s’est jouée la rendent encore plus ignoble, cruelle, inhumaine et dégradante (art. 5 de la DUDH).

Nous ne pouvons qu’être choqués et indignés par la façon dont s’est déroulé ce sinistre feuilleton. Une juge fédérale accorde un sursis le 13 juillet, le procureur général se précipite alors pour requérir un avis de la Cour Suprême, Cour Suprême qui vote la levée du sursis par 5 voix contre 4 à 2 h du matin ! Les autorités pénitentiaires reprennent donc les préparatifs à 4 h du matin mais l’ordre d’exécution n’est valable que le 13 juillet jusqu’à minuit. Qu’à cela ne tienne, le ministre de la justice va obtenir l’autorisation d’un autre juge pour lever toute forme de sursis. Daniel Lee est donc resté, des heures durant, sanglé sur la table d’exécution pendant qu’on allait réveiller en pleine nuit un juge et les témoins.

La volonté affichée par le président Trump et l’attorney général Barr de faire procéder à cette exécution, au mépris des règles judiciaires, n’est qu’une manière grossière de mener  leur campagne électorale.

Nous sommes révoltés par l’ignorance affichée pour les familles de victimes qui réclamaient une commutation de peine, par le dédain manifesté face aux déclarations de près de 1200 responsables religieux – pas uniquement chrétiens – et l’indifférence assumée vis-à-vis des demandes de l’Union Européenne.

Daniel Lee était âgé de 47 ans, il aura passé 24 ans en prison. Il avait été condamné pour le meurtre d’un couple et de leur petite fille de 8 ans, meurtre commis en 1996 !

Quel danger pouvait-il représenter pour la société après avoir passé plus de la moitié de sa vie derrière des barreaux ?

Et le scénario semble vouloir se répéter avec l’exécution programmée de Wesley Ira Purkey, 68 ans, atteint de troubles psychiatriques et ayant développé la maladie d’Alzheimer !

Jamais aucun crime, aussi horrible fut-il, ne peut justifier un tel meurtre, meurtre étatique, avec si longue préméditation !

 

Mercredi 15 juillet 2020

Bernadette FORHAN – Présidente de l’ACAT-France

Articles associés

Communiqué
Lettre-Ouverte_Sommet-USA-ASEAN_20220511
BirmanieÉtats-UnisVietnam

Lettre ouverte à Joe Biden en amont du sommet États-Unis-ASEAN

Le 12 / 05 / 2022
Peu avant le sommet spécial États-Unis-ASEAN qui se tiendra à Washington DC les 12 et 13 mai 2022, plusieurs ONG de défense des droits de l’homme écrivent au président Joseph Biden pour l’alerter sur l’escalade des atteintes aux droits numériques et suppression de la liberté d’expression en Asie du Sud-Est.
Rapport
actu-rt-1160x600
AngolaCongoFranceMexiqueMauritaniePhilippinesÉtats-UnisVietnam

12 éclairages pays pour comprendre le recours à la torture

Le 01 / 09 / 2021
Le 26 juin 2021, à l’occasion de la Journée internationale des Nations unies pour le soutien aux victimes de la torture, l’ACAT-France a publié la 6ème édition de son rapport Un monde tortionnaire. Douze États font l’objet d’un éclairage sur les pratiques tortionnaires et sur ce que leur acceptation, leur légitimation et leur banalisation disent des sociétés.
Actualité
Charles Flores_ aout 2015 - copie
États-Unis

Une avocate de la dernière chance pour Charles Flores

Le 07 / 10 / 2020
Gretchen Sween, avocate spécialisée dans la défense des condamnés à mort indigents au Texas, tente par tous les moyens de casser la condamnation à mort de Charles Flores. Elle pointe les nombreux obstacles pour défendre des accusés encourant la peine capitale et les condamnés à mort aux États-Unis.