Cookie Consent par FreePrivacyPolicy.com
Actualité

Évacuation de la place de la République : réaction de l’ACAT

Dans son rapport sur le maintien de l’ordre, l’ACAT questionnait cette volonté de l’ordre à tout prix qui semble s’imposer en France, au mépris des violences, des blessures graves et des restrictions au droit de manifester qu’elle engendre. L’évacuation des occupants de la place de la République menée lundi 23 novembre en est un rappel douloureux. Un ordre qui piétine les droits des personnes étrangères, qui bafoue les règles déontologiques de l’intervention des forces de l’ordre et qui menace le droit d’informer ne peut être la réponse d’un Etat démocratique.
Maintien ordre
Le 25 / 11 / 2020

L’ACAT prend note de l’annonce faite par le parquet de Paris de l’ouverture de deux enquêtes pour des faits commis par des agents des forces de l’ordre au cours de l’évacuation de la place de la République le 23 novembre. Toutefois, le procès éventuel  de quelques faits isolés ne peut être une réponse satisfaisante au regard de la gravité des faits qui se sont déroulés en plein Paris, sur une place symbole de la République.

Les procès individuels, essentiels, ne peuvent plus suffire au regard de la gravité et de la répétition de ces incidents. L’examen, par une autorité indépendante, d’autres éléments est impératif pour déterminer les responsabilités, prononcer d’éventuelles sanctions si des manquements sont constatés et éviter que tels faits puissent se reproduire sur notre territoire.

Des réponses sont nécessaires sur ces points, sans qu’ils soient exhaustifs :

Comment s’est décidée la mobilisation des différentes unités déployées sur la place, certaines spécialisées, d’autres non ? Que contenaient les  ordres donnés par la préfecture de police, évacuation, destruction de biens, refoulement au-delà du  Paris intra-muros ? De quelle façon ont-ils été relayés par le commandement déployé sur place ? Comment ce commandement a-t-il réagi devant les premiers débordements impliquant certains de leurs subordonnés, à qui et comment ont-ils rendu compte de ce qui se passait, quelles consignes ont alors été transmises par la préfecture pour y mettre fin ? Que contiennent les rapports d’intervention soumis par le commandement à sa hiérarchie à l’issue de ces actions ? Quelles mesures ont été envisagées par la hiérarchie, notamment en termes d’établissement des faits et de sanctions potentielles ?

Il est également essentiel que le public soit informé des résultats de ces enquêtes et des mesures qui seront prises. La transparence, réclamée par l’ACAT dans son rapport, est un impératif pour restaurer la confiance et garantir la cohésion de la société.  Il ne s’agit pas de jeter l’opprobre sur une profession mais de rappeler le devoir d’exemplarité, ainsi que de questionner la responsabilité hiérarchique et une certaine conception du maintien de l’ordre.

 

 

Articles associés

Communiqué
Répression-Tchad_Communiqué-Conjoint_Visuel_20221021
Tchad

La répression systématique des manifestations doit cesser

Le 21 / 10 / 2022
Des manifestations ont eu lieu jeudi 20 octobre 2022 contre la prolongation de la période de transition au Tchad et le maintien au pouvoir de Mahamat Idriss Déby Itno. Selon les chiffres du gouvernement tchadien, il y aurait au moins « une cinquantaine de morts et plus de 300 blessés ». Les signataires de ce communiqué appellent les autorités tchadiennes à mettre immédiatement fin à la répression des manifestants, conformément à la Constitution tchadienne et aux obligations internationales auxquelles adhère le Tchad. Nous invitons les acteurs internationaux à agir fermement pour mettre fin à cette spirale de violences.
Communiqué
Déby-Itno-Macron_Thumbnail
Tchad

Répression sanglante au Tchad : la junte tue dans la rue

Le 20 / 10 / 2022
Le 20 octobre 2022 devait marquer la fin des 18 mois de transition militaire au Tchad. Mais le clan Déby Itno au pouvoir en a décidé autrement. La période de « transition » a été prolongée de deux ans à l’issue d’un dialogue national à sens unique en faveur de la Junte au pouvoir, poussant l’opposition dans la rue à N’Djamena et dans plusieurs villes de province. La mobilisation d’aujourd’hui, interdite par les autorités, a été réprimée dans le sang. Les autorités font état de 50 victimes. L’ACAT-France demande à la France d’arrêter son soutien tacite au régime tchadien et appelle à une enquête internationale.
Communiqué
RIO_Conférence-Presse_20220926
France

Nous saisissons la justice contre l'impunité policière

Le 26 / 09 / 2022
Il y a deux mois, nous avons sollicité le ministre de l’Intérieur afin de changer la réglementation sur le port du numéro « RIO » qui permet, en France, d’identifier policiers et gendarmes lors des opérations de maintien de l’ordre. Nous demandons que le non port du « RIO » soit plus souvent sanctionné et que le matricule des agents soit visible quelles que soient les circonstances. Des demandes pourtant simples pour lutter contre l'impunité qui n'a pas sa place dans un État de droit. Face à une fin de non-recevoir, nous saisissons désormais la justice pour contraindre le ministère.