Cookie Consent par FreePrivacyPolicy.com
France
Actualité

Enfermement des étrangers : une procédure en trompe-l'oeil

L’Observatoire de l’enfermement des étrangers, dont l’ACAT est membre, publie un rapport sur les conditions d’accès au juge pour les étrangers privés de liberté sur notre territoire.
france_centre_retention
Crédits : Ernest Morales / Flickr Creative Commons
Le 13 / 08 / 2014

L’Observatoire de l’enfermement des étrangers, dont l’ACAT est membre, publie un rapport sur les conditions d’accès au juge pour les étrangers privés de liberté sur notre territoire.

En France, les ressortissants étrangers peuvent être enfermés dans un centre de rétention administrative (CRA) pendant le temps nécessaire pour organiser leur éloignement et pour une durée maximale de 45 jours. Ils peuvent également l'être dans une zone d’attente (ZA) pour une durée maximale de 26 jours, s’ils ne remplissent pas les conditions d’entrée en France à leur arrivée dans un port, une gare ou un aéroport international ou si ils déposent une demande d’entrée au titre de l’asile.

Afin d’empêcher toute décision d’enfermement arbitraire, différents types de recours devant un juge indépendant et impartial sont prévus. Deux juges sont pour cela compétents. Le juge administratif contrôle la légalité des mesures d’éloignement prises contre des étrangers, ainsi que des mesures de privation de liberté qui en découlent, toutes deux prononcées par les préfets. Le juge des libertés et de la détention (JLD) contrôle quant à lui la légalité de l’interpellation et des conditions dans lesquelles se déroule cette privation de liberté.

Pourtant, dans leur pratique quotidienne, les associations membres de l’OEE ont constaté de nombreuses atteintes à l’exercice de ces droits. La nécessité d’identifier et répertorier les obstacles à l’accès au juge pour les étrangers privés de liberté s’est alors imposée.

Grâce au financement de la Fondation Open Society, l’OEE a pu réaliser une enquête et publier ses observations et conclusions. Pendant plusieurs mois, une chargée de mission recrutée spécifiquement sur ce projet a rencontré de nombreux acteurs dans plusieurs régions de France. Des entretiens ont ainsi été conduits avec des professionnels du droit, des associations, personnels de l’administration, représentants des autorités publiques, syndicats, étrangers privés de liberté etc.

Le rapport de l’OEE, intitulé « Une procédure en trompe l'œil : les entraves à l'accès au recours effectif pour les étrangers privés de liberté en France », est le fruit de cette enquête. Il expose successivement les limites à l’accès au juge imposées dans la loi, puis les obstacles découlant de la pratique. Il s’attarde tout particulièrement sur la situation prévalant en Outre-mer, où des procédures dérogatoires sont toujours de mise.

Le rapport "Enfermement des étrangers : une procédure en trompe-l'oeil" est disponible en suivant ce lien.

Articles associés

Communiqué
Darmanin_Thumbnail
France

Le ministre de l'Intérieur méconnaît la réalité des perso...

Le 28 / 11 / 2022
Gérald Darmanin, ministre de l'Intérieur, a demandé que soient appliquées les mêmes mesures de suivi aux étrangers faisant l'objet d'une OQTF que ceux ayant commis une infraction. Une atteinte sévère à l'état de droit qui assimile les personnes étrangères à des personnes délinquantes.
Communiqué
Darmanin_Thumbnail
France

Péril sur le droit d'asile !

Le 23 / 11 / 2022
Le 23 novembre, Gérald Darmanin a invité plusieurs organisations de la société civile à une concertation portant sur le droit d'asile, excluant une partie importante des acteurs de la Coordination française pour le droit d'asile dont l'ACAT-France est membre. Alors que le gouvernement français prépare un nouveau projet de loi pour réformer le droit d'asile, les mesures annoncées mettent en grand danger l'exercice du droit d'asile, pourtant droit fondamental et socle de notre solidarité.
Article
cfda_logo
France

Conditions minimales pour que l’asile soit un droit réel

Le 22 / 11 / 2022
Alors que le gouvernement annonce une nouvelle loi sur l’asile et l’immigration, la Coordination française pour le droit d’asile (CFDA) pose les 15 conditions minimales pour que l’asile soit un droit réel.