Cookie Consent par FreePrivacyPolicy.com
Actualité

Dossier "Disparus"

Malgré les succès d’une lutte mondialisée contre le crime de disparition forcée, qualifié de « continu » car il laisse les familles dans « la peur de ne jamais savoir », plusieurs États n’ont toujours pas ratifié la Convention internationale sur les disparitions forcées. La communauté internationale doit donc redoubler d’efforts pour lutter contre les disparitions, qui, au XXIe siècle, sont devenues des armes de guerre contre le crime et contre le terrorisme.
C344-cover-web
Le 28 / 06 / 2017

« C’est impossible d’arrêter de chercher. » Comme Nassera Dutour, ils sont des dizaines de milliers à rechercher un proche enlevé. Ces disparus sont « ni morts, ni vivants ». « Ni morts » car sans corps et sans preuve, il est impossible de constater leur décès. « Ni vivants » car leurs proches pleurent chaque jour leur absence.

La Convention internationale adoptée en 2006 définit la disparition forcée comme l’arrestation, la détention, l’enlèvement ou la privation de liberté par des agents de l’État ou par des acteurs qui agissent avec son autorisation, son appui ou son acquiescement, suivi du déni de la reconnaissance de la disparition. Malgré les succès d’une lutte mondialisée contre ce crime, qualifié de « continu » car il laisse les familles dans « la peur de ne jamais savoir », plusieurs États n’ont toujours pas ratifié la Convention. Parmi eux, le Bangladesh et l’Egypte, où l’impunité perdure. La communauté internationale doit donc redoubler d’efforts pour lutter contre les disparitions, qui, au XXIe siècle, sont devenues des armes de guerre contre le crime et contre le terrorisme.

Sommaire du dossier "Disparus"

En 2006, les Nations Unies adoptaient la Convention internationale pour la protection de toutes les personnes contre les disparitions forcées. Retour sur l'histoire d'une mobilisation inédite, qui a abouti à une convention novatrice et portée par la société civile.

Présidente du Collectif des familles de disparus d'Algérie (CFDA), Nassera Dutour cherche son fils depuis 20 ans. Elle parle de son combat contre l'injustice, la peur et le mépris des autorités.

Depuis le lancement de la  «  guerre contre le crime » fin 2006, les disparitions se sont multipliées au Mexique. Les familles mènent le combat pour enquêter et rechercher les disparus, tandis que les autorités tardent à se montrer à la hauteur.

Le 24 février 2017, plusieurs experts des Nations Unies ont exhorté le Bangladesh à mettre un terme aux disparitions forcées dans le pays. Un phénomène préoccupant dans un pays toujours plus autoritaire, qui n'est pas partie à la Convention pour la protection de toutes les personnes contre les disparitions forcées.

En mars 2016, la Commission égyptienne des droits et libertés lançait une application permettant  de signaler les disparitions forcées. Une nécessité alors que l'Égypte connait une recrudescence de ce phénomène.

Le 17 septembre 2001, le président américain Georges W. Bush accordait la possibilité à la CIA d'ouvrir des centres de rétention à l'étranger pour y transférer des personnes soupçonnées de terrorisme. C'est le début d'un vaste programme qui a mis la disparition forcée au coeur de la lutte antiterroriste.

Télécharger le dossier "Disparus" (Courrier de l'ACAT n°344)

Articles associés

Communiqué
Denis-Sassou-Nguesso
Congo

Ratifier la Convention contre les disparitions forcées

Le 28 / 02 / 2022
Il y a 15 ans, en février 2007, la Convention internationale pour la protection de toutes les personnes contre les disparitions forcées était ouverte aux signatures avant d’entrer en vigueur trois ans plus tard. Alors que des disparitions forcées continuent d’affecter des familles en République du Congo (Congo), nous, organisations de défense des droits humains, appelons les autorités congolaises à ratifier la Convention.
Appel à mobilisation
20211202_aam_lutte_criminalite_congo_brazzaville_thumbnail
Congo

La criminalité se combat par le droit

Le 02 / 12 / 2021
En République du Congo, la lutte contre la criminalité et le banditisme menée par les autorités se fait au détriment du droit par des violations : exécutions sommaires, disparitions forcées, tortures, arrestations arbitraires… Des associations congolaises alertent depuis des mois sur la dérive répressive des forces de l’ordre avec la responsabilité des autorités publiques. Des vidéos postées sur les réseaux sociaux montrent certaines de ces exactions.
Actualité
journee_internationale_disparitions_forcees_v1

Disparitions forcées : l'impunité n'a que trop duré

Le 27 / 08 / 2021
Le 30 août commémore la Journée internationale des victimes de disparition forcée*, en soutien aux personnes victimes de disparitions commises par des agents de l’État. Violation flagrante de plusieurs libertés fondamentales, l’ACAT-France rappelle à cette occasion le droit pour toute personne de ne craindre aucune persécution.