Cookie Consent par FreePrivacyPolicy.com
Actualité

Avent 2022 : la torture ne fait de cadeaux à personne

À l'approche des fêtes de Noël, souvenons-nous de celles et ceux qui sont privés d'un proche victime d'arrestations arbitraires.
visuel avent
Le 02 / 12 / 2022

Pouvez-vous vous imaginer passez les fêtes de Noël sans vos proches ?

C’est malheureusement l’histoire de Sacha et d’autres enfants dont le père, la mère, un grand frère ou une grande sœur a été arrêté, emprisonné et torturé. Dans bien des cas, ils ne sauront jamais ce qu’est devenu ce parent, ni pourquoi il a été arrêté. Ces personnes sont victimes d’arrestations arbitraires parce qu’elles étaient au mauvais endroit au mauvais moment.

La période de l’Avent est l’occasion, pour nous chrétiens qui défendons les droits humains, d’avoir une pensée pour ces personnes séparées de leur famille, emprisonnées et torturées. Elle nous permet ainsi de nous rappeler que les personnes que nous accompagnons ont toujours besoin de nous, et de nous mobiliser pour défendre leurs droits fondamentaux jusqu’à la victoire.

Cette année, ces femmes et ces hommes s’appellent Israa al-Ghomgham, Dieu Merveille Ebalenini, Germán et Abraham López Montejo, Ho Duy Hai. Nous suivons leur situation, parfois depuis plusieurs années, et en cette période de l’avent nous avons besoin de votre aide pour combattre les injustices dont ils et elles sont toujours victimes.

 


 

Israa al-Ghomgham

En Arabie Saoudite, Israa al-Ghomgham a été arrêtée pour avoir simplement manifesté en décembre 2015. Après 32 mois de détention provisoire, le Ministère public a demandé son exécution par décapitation.

Une mobilisation internationale, à laquelle nous avons participé, a permis de faire reculer le procureur, celui-ci ayant même nié d’avoir requis la peine de mort à son encontre. Mais si la jeune femme a échappé à l'exécution, elle a cependant été condamnée à une peine de 13 ans de prison, et son mari à 17 ans de prison.

Dieu Merveille Ebalenini

Au Congo, en février 2021, Dieu Merveille Ebalenini, âgé de seulement 19 ans, a été enlevé au domicile de sa tante par des hommes en uniforme appartenant à la brigade spéciale d’intervention rapide. Au moment de son arrestation, le motif invoqué a été de dire qu'il appartenait à un gang, et depuis il est porté disparu.

Les démarches effectuées par sa famille et l’association CAD (Centre d’Actions pour le Développement), pour le retrouver n’ont malheureusement rien donné, les autorités congolaises gardant le silence sur cette affaire. Et aucune enquête n’a été ouverte pour le retrouver.

Frères Lopez Montejo

Au Mexique, en janvier 2011, les frères Germán et Abraham López Montejo ont été arrêtés arbitrairement. Torturés pendant deux jours, ils ont fini par avouer être les auteurs d’un meurtre qu’ils n’avaient pas commis, et ont été condamnés en août 2019 à une peine de 75 ans de prison.

Ils ont finalement été libérés en mai 2022, sans réparation pour le préjudice subi. Même si leur libération est une première victoire, le combat continue afin qu’ils obtiennent réparation pour le préjudice subi.

Ho Duy Hai

Hai a été accusé de meurtre en 2008 alors qu’il finissait tout juste ses études, à 23 ans, et risque l’exécution à tout moment. Victime d’un procès inéquitable additionnant preuves fabriquées, obtention d’aveux sous la torture et multiples irrégularités procédurales, il a été condamné à mort.

Un espoir a émergé lorsque, en 2019, le Parquet populaire suprême a annoncé que son cas avait souffert de sérieux vices de procédure, et demandé l’annulation du verdict par la cour suprême du Vietnam.

Malgré cela,  la Cour Suprême a confirmé sa sentence en mai 2020. En juin 2021 son avocat a trouvé de nouveaux éléments pour faire réexaminer son cas, mais en attendant il est toujours condamné à mort. C’est pourquoi nous ne devons pas l’oublier à l’approche des fêtes de Noël.

Au mauvais endroit, au mauvais moment,
victimes de l'arbitraire, dans l'engrenage de l'injustice !

 

Nous qui pouvons protester, clamer nos convictions, alerter, nous avons le devoir de soutenir celles et ceux qui sont emprisonnés, séparés de leur famille, et torturés. Grâce à votre générosité, nous pourrons intensifier nos actions pour que les citoyens ordinaires ne soient plus séparés de leurs proches.

Avec vous, l’ACAT-France continuera d’œuvrer pour la dignité de chaque victime, et pour la défense de droits humains inaliénables !

 


 

Ensemble, prions et agissons pour que les libertés et les droits fondamentaux soient respectés, partout dans le monde.

                      
 

Articles associés

Actualité
Photo_Actualité 20ème Congrès PCC-redim
Chine

20ème congrès du Parti communiste chinois, dix ans de règne...

Le 12 / 10 / 2022
Le 16 octobre aura lieu le 20ème congrès du Parti Communiste Chinois (PCC), dont l’objectif est de désigner les dirigeants de la Chine pour cinq ans. Sauf évènement inattendu, Xi Jinping devrait être reconduit à son poste de secrétaire général du Parti pour un troisième mandat, après déjà presque dix ans de présidence. L'occasion de revenir sur son bilan en matière de droits humains, entre des arrestations arbitraires de la société civile et des crimes contre l’humanité commis envers les Ouïghours.
Actualité
image pdm coal - site

30 ans de correspondances pour dire non à la peine de mort

Le 10 / 10 / 2022
À l'occasion de la 20e journée mondiale contre la peine de mort consacrée à la torture, l'ACAT-France qui a mis en place une action de correspondance avec les condamnés à mort aux Etats-Unis il y a plus de 30 ans, a interrogé Paa Kofi, chargé de mobilisation et responsable de l'animation du programme. Il nous explique en quoi le lien tissé entre les correspondants et les détenus est essentiel.
Actualité
Visite-Sultana-Khaya_2022
Sahara OccidentalMaroc

Sahara occidental : Sultana Khaya, le visage des défenseures ...

Le 26 / 09 / 2022
Le 16 septembre 2022, l’ACAT-France a eu le plaisir de recevoir Sultana Khaya, défenseure des droits humains et activiste pacifique sahraouie, lors de son passage à Paris. Après un an et demi de résidence surveillée, de harcèlements, d’agressions physiques et sexuelles, elle a enfin pu quitter son domicile de Boujdour le 1er juin 2022 pour se rendre en Espagne où elle a pu recevoir des soins.