Cookie Consent par FreePrivacyPolicy.com
Sahara Occidental
Actualité

L'ACAT soutient « Dis-leur que j’existe », un film inédit sur le Sahara occidental

« Dis leur que j’existe – Une histoire sahraouie » retrace le combat du militant indépendantiste Naâma Asfari, prisonnier politique soutenu par l’ACAT depuis son arrestation en marge du démantèlement du camp de Gdeim Izik, en octobre 2010.
aff_DisLeurQueJ'existeA3
Le 01 / 02 / 2017

Paroles d’un prisonnier politique et d’opinion pour porter la cause sahraouie

La volonté de l’ACAT de croiser la culture et les droits de l’homme, dans l’optique de sensibiliser et de mobiliser, ne pouvait trouver meilleure expression cinématographique que « Dis leur que j’existe – Une histoire sahraouie », film accompagné par notre association depuis sa conception.

Basé sur les témoignages écrits par Naâma Asfari depuis sa cellule de prison, le film donne une voix, mêlant images d’archives, dessin et animation, à la cause sahraouie. Il retrace aussi la mobilisation de sa femme, Claude Mangin, entre la France et la Maroc, qui tente inlassablement d’interpeller sur l’injustice du verdict rendu lors du procès. De visite carcérale en réunion diplomatique, de plaintes déposées pour torture en manifestation de soutien, Claude n’a cessé de mobiliser et de sensibiliser à la situation du Sahara Occidental, et au sort de son mari, dans l’espoir d’une libération ou au moins d’un juste procès. Ce documentaire retrace cette histoire et leur combat.

Un portrait au cœur du mandat de l’ACAT

Naâma Asfari est soutenu par l’ACAT depuis novembre 2010, date à laquelle le camp pacifique de Gdeim Izik, au Sahara occidental, a été violemment démantelé par la police marocaine. Interpellé en tant que défenseur des droits des sahraouis, Naâma a été arrêté et torturé, puis forcé à signé des aveux sous la torture. Ces aveux sont les seuls fondements de sa condamnation dictée par un tribunal militaire : 30 ans de prison. L’ACAT a déposé plainte en son nom, devant le Comité contre la torture des Nations Unies et devant la justice française au nom de l’épouse française du militant sahraoui, Claude Mangin. L’ACAT continue de se mobiliser car un procès a repris – civil cette fois – suite à l’invalidation de la condamnation par la Cour de cassation de Rabat, en décembre 2016…

Organiser une projection-débat du film « Dis-leur que j’existe », c’est contribuer à faire connaître l’histoire du Sahara occidental, dernière colonie d’Afrique.

*Téléchargez le livret d’accompagnement produit par l’ACAT !

*Retrouvez le dossier de presse du film

 

Si vous souhaitez organiser une projection dans votre ville, obtenir des informations sur les droits de diffusion, contacter les producteurs ou proposer un partenariat, envoyez un mail à disleurquejexiste.lefilm@gmail.com.

Si vous avez des questions sur l'action de l'ACAT au Sahara occidental, vous pouvez également contacter Hélène Legeay, Responsable des programmes Maghreb / Moyen-Orient  : helene.legeay@acatfrance.fr

 

Articles associés

Appel à mobilisation
AAM_Mohamed-Lamine-Hadi_Thumbnail_20220407
Sahara OccidentalMaroc

Mohamed Lamine Haddi torturé à la prison de Tiflet 2

Le 14 / 04 / 2022
Le 15 mars 2022, le journaliste et défenseur sahraoui des droits humains Mohamed Lamine Haddi a été victime de torture au sein de la prison de Tiflet 2. Il est détenu depuis douze ans comme d’autres prisonniers de Gdeim Izik et a mené en 2021 deux longues grèves de la faim pour protester contre ses conditions de détention.
Appel à mobilisation
20220127_aam_sultana_khaya_thumbnail
Sahara OccidentalMaroc

Sultana Khaya une nouvelle fois agressée

Le 27 / 01 / 2022
La défenseuse Sultana Khaya ainsi que sa sœur Luara ont une nouvelle fois été victimes de violences et d’agressions sexuelles dans un contexte de multiplication d’attaques visant des défenseurs et défenseuses sahraouies.
Actualité
AM 2021-10-N-CARROUSEL-Mohamed Lamine Haddi2
Sahara Occidental

J’agis pour que Mohamed Lamine Haddi soit libéré

Le 21 / 09 / 2021
Journaliste et défenseur sahraoui des droits humains, Mohamed Lamine Haddi est arrêté en 2010 comme d’autres prisonniers de Gdeim Izik. Depuis juillet 2017, il est à l’isolement. Début 2021, en signe de protestation, il a mené une grève de la faim de 69 jours.