Cookie Consent par FreePrivacyPolicy.com
Sri Lanka
Action

Protéger des défenseurs des droits de l’homme

Trois éminents défenseurs des droits de l’homme sri-lankais ont été arrêtés, placés en détention et menacés.
action sri lanka jpg

Le 31 / 03 / 2014

Trois éminents défenseurs des droits de l’homme ont été arrêtés, placés en détention et menacés dans le nord du Sri Lanka, au moment où le Conseil des droits de l’Homme des Nations unies à Genève étudiait une résolution appelant à une enquête internationale sur les crimes de guerre commis dans ce pays.

Jeyakumari Balendran, une militante tamoule, a été arrêtée le 13 mars avec sa fille de 13 ans, Vibushika Balendran. Elles sont en première ligne dans la lutte contre les disparitions forcées depuis que leur fils et frère de 15 ans a disparu en 2009. Jeyakumari est détenue en vertu de la loi relative à la prévention du terrorisme par le Service d’enquête sur le terrorisme (TID) au centre de détention de Boosa, un lieu notoirement connu pour son recours à la torture. Il existe d’importants risques pour cette militante tamoule. Sa fille a été transférée au département de la probation et des services de protection de l'enfance.

Le 16 mars, Ruki Fernando et le père Praveen Mahesan ont été arrêtés à leur tour à Kilinochchi alors qu’ils enquêtaient sur l’arrestation de Jeyakumari et de sa fille. Ils ont été détenus en vertu de la Loi relative à la prévention du terrorisme et interrogés trois jours sans avoir accès à un avocat. A la suite d’une campagne de pression internationale, ils ont été libérés, le 18 mars, sans être inculpés. La division antiterroriste leur a confisqué leur passeport, leurs ordinateurs et Ipad. Ils ont interdiction de parler à qui que ce soit, y compris leurs proches, de leur arrestation et leur détention ainsi que de toute violation des droits de l’homme dans le nord du pays. Cette mesure a été adoptée à la suite d’une interview de Ruki Fernando par la BBC et CNN. Toutes ces mesures visent à intimider et faire taire les défenseurs sri lankais des droits de l’homme.

Articles associés

Appel à mobilisation
AAM_SriLanka_TWITER_20221011
Sri Lanka

Détention de deux militants d’une organisation étudiante :...

Le 12 / 10 / 2022
L’Inter-University Student Federation (IUSF) est la plus grande organisation étudiante du Sri Lanka, grâce à une confédération de près de 70 syndicats. Le 18 et août 2022, trois de ses membres ont été arrêtés pour avoir simplement et pacifiquement participé à des manifestations. La police a fait un usage disproportionné de la force à leur encontre, en utilisant notamment du gaz lacrymogène, des canons à eau et des matraques. Depuis, deux d’entre eux sont toujours détenus, en application de la loi de Prévention contre le terrorisme (Prevention of Terrorism Act (PTA), en anglais).
Actualité
Journée-Internationale-Disparitions-Forcées_Sri-Lanka_20220830
Sri Lanka

Journée des personnes disparues au Sri Lanka

Le 30 / 08 / 2022
Le 30 août marque la Journée internationale des victimes de disparition forcée. Protection contre la torture ou les traitements cruels, inhumains ou dégradants, droit à un procès équitable, libertés d’opinion, d’expression ou de manifestation : derrière chaque disparition, ce sont autant de graves atteintes aux droits humains qui mettent en péril l’État de droit. L’ACAT‑France décide cette année de mettre en lumière le cas du Sri Lanka, où jusqu’à 100 000 personnes seraient toujours portées disparues. Retour sur un fléau qui mine la société sri lankaise d’après-guerre civile.
Appel du mois
AM 2022-09-Eknaligoda COVER
Sri Lanka

Je soutiens la famille de Prageeth Eknaligoda, porté disparu

Le 24 / 08 / 2022
Prageeth Eknaligoda, journaliste et caricaturiste sri lankais, a critiqué et dénoncé le gouvernement du président Mahinda Rajapaksa au cours de son premier mandat. Il a été enlevé le 24 janvier 2010. Douze ans après, sa famille demeure sans nouvelles de lui.
Actualité
Sri-Lanka_Lutte-Impunité-2022
Sri Lanka

Sri Lanka : vers la fin de l'impunité ?

Le 28 / 07 / 2022
Le Sri Lanka connaît actuellement d’importants changements politiques à la suite des manifestations massives de la société civile qui ont débuté en mars 2022. La population, victime d’une crise économique sans précédent, a poussé le clan Rajapaksa, à la tête du pays depuis les élections de 2019, à la démission.