Cookie Consent par FreePrivacyPolicy.com
IsraëlPalestine
Action

Meurtre d'un enfant palestinien

Depuis le 12 juin dernier, les forces de sécurité israéliennes se livrent à une vague de répression qui a déjà fait de nombreuses victimes palestiniennes parmi lesquelles Mahmoud Jihad Muhammad Dudeen, un enfant de 14 ans.
action_2014_israel_img_Mohamed_Dudeen

Le 08 / 07 / 2014

Cette pétition est désormais fermée. Merci à tous les signataires de la pétition, nous vous informerons en cas de nouvelles évolutions

À la suite de l’enlèvement de trois jeunes israéliens le 12 juin dernier, les forces de sécurité israéliennes se livrent à une vague de répression qui a déjà fait de nombreuses victimes palestiniennes parmi lesquelles Mahmoud Jihad Muhammad Dudeen, un enfant de 14 ans.

Le 20 juin 2014, à l’aube, l’armée israélienne a effectué un raid dans le village de Dura, au sud de la Cisjordanie, fouillant les maisons à la recherche de « terroristes », selon le porte-parole de l’armée. Des jeunes palestiniens ont jeté des pierres sur les soldats qui ont riposté de façon disproportionnée en tirant des balles en caoutchouc, mais aussi des balles réelles. Le jeune Mahmoud Dudeen a été touché à la poitrine et a été déclaré mort à son arrivée à l’hôpital. Le même jour, Mustafa Aslan, 21 ans, a été tué par balle alors qu’il regardait, du toit de son immeuble, l’arrivée des soldats israéliens dans le camp de réfugiés de Qalandia. Trois jours plus tôt, dans le camp de réfugiés de Jalazon, un autre jeune palestinien de 20 ans, Ahmed Samada, est mort d’une balle reçue dans la poitrine.

Contexte

Depuis le début de l’opération « Gardiens de nos frères », lancée par l’armée israélienne, 12 Palestiniens ont été tués, dont neuf civils. Environ 120 Palestiniens ont été blessés. Au moins 640 personnes ont été arrêtées à travers toute la Cisjordanie, dont 250 membres du Hamas, ainsi que 23 parlementaires et de très nombreux enfants. Plus de 1 200 maisons et bureaux ont été saccagés lors de raids et les terrains agricoles ont délibérément été ravagés lors des parachutages. Les maisons des familles de deux Palestiniens, « déclarés coupables » de l’enlèvement ‑ sans aucune preuve ‑, ont été immédiatement démolies.

De nombreux responsables politiques israéliens ont formulé des appels à la vengeance, dont le Premier ministre Benjamin Netanyahou qui a déclaré, lundi 30 juin, que « la vengeance pour le sang d’un adolescent ou d’un jeune homme n’est pas un travail du diable ». Le ministre du Logement, Uri Ariel, a appelé à « commencer une vague de constructions dans les colonies en réponse au meurtre des kidnappés ». Le ministre de l’Économie, Naftali Bennett, a déclaré que « les assassins d’enfants et ceux qui les dirigent ne peuvent être pardonnés. Il est temps de passer à l’action, pas aux mots ». Cet appel à la vengeance semble avoir été entendu. Ainsi, mercredi 2 juillet, à l’aube, un jeune palestinien a été enlevé et tué à Jérusalem-Est, par des colons israéliens.

L’opération « Gardiens de nos frères », lancée par l’armée israélienne pour retrouver les trois jeunes israéliens enlevés par des personnes non identifiées, a rapidement dégénéré en violente vague de répression dénoncée notamment par la Haut-Commissaire aux droits de l’homme des Nations unies, Navi Pillay. La découverte des corps des trois disparus, le 30 juin, risque d’engendrer une intensification du recours à la violence, non seulement par l’armée, mais aussi par les civils israéliens parmi lesquels circulent de plus en plus d’appels à la vengeance.

Les attaques disproportionnées de civils, les arrestations arbitraires, les saccages de maisons et de terrains par l’armée israélienne sont constitutifs d’un châtiment collectif qui peut être qualifié de crime de guerre, tout comme peut l’être l’assassinat des trois jeunes israéliens s’il s’avère qu’il a été effectué par un groupe armé.

Articles associés

Communiqué
Prix2022_Main
IsraëlPalestine

Salah Hamouri, Prix des droits humains Engel-du Tertre 2022

Le 28 / 11 / 2022
L’avocat franco-palestinien Salah Hamouri reçoit, ce 1er décembre 2022, le Prix Engel-du Tertre des droits humains, remis par la Fondation ACAT pour la dignité humaine. Placé en détention administrative par les autorités israéliennes depuis le 10 mars, notre compatriote paye le prix fort pour son activité de défenseur des droits humains. Un tribut auquel Israël le contraint en violation de sa liberté, de son droit à vivre sur sa terre natale, de sa dignité et celle de sa famille.
Appel à mobilisation
Salah-Hamouri_Thumbnail
IsraëlPalestine

Salah Hamouri sous la menace d’un nouveau maintien en déten...

Le 23 / 11 / 2022
Le 4 décembre prochain, une nouvelle audience aura lieu sur son maintien ou non en détention administrative. Quelques jours avant cette date, il recevra le 1er décembre 2022 le Prix Engel-du Tertre pour les droits humains 2022, remis par la Fondation ACAT pour la dignité humaine.
Actualité
Salah-Hamouri_Audience-5-Septembre_Maintien-Détention_Thumbnail
IsraëlPalestine

Salah Hamouri maintenu en détention administrative

Le 05 / 09 / 2022
L’ACAT-France regrette la récente décision des autorités israéliennes de maintenir l’avocat franco-palestinien Salah Hamouri en détention administrative, à laquelle notre compatriote est soumis depuis le 10 mars 2022. Contre cette injustice, le combat continue.
Actualité
Salah-Hamouri_Audience-5-Septembre_Thumbnail
IsraëlPalestine

La situation de Salah Hamouri en suspens

Le 31 / 08 / 2022
Placé en détention administration depuis le 10 mars dernier, l'avocat franco-palestinien Salah Hamouri voit son destin suspendu à une nouvelle audience prévue le 5 septembre. En solidarité pour notre compatriote dans cette campagne d'harcèlement administratif et judiciaire que notre compatriote subit, l'ACAT-France se mobilise.