Cookie Consent par FreePrivacyPolicy.com
Mexique
Action

Le calvaire des migrants

Les milliers de migrants sans papiers, qui transitent par le Mexique chaque année, subissent la violence et les tortures de bandes criminelles et des autorités.
mexique_migrants_violence jpg
Crédits : Peter Haden / Flickr Creative Commons

Le 01 / 06 / 2014

Chaque année, un peu plus de 400 000 migrants centraméricains sans papiers transitent par le Mexique afin d’atteindre les États-Unis pour de meilleures conditions de vie. Ils voyagent de façon très précaire, sur le toit des trains de marchandises, en suivant les principales routes qui traversent le pays. Dans l’indifférence quasi totale, ils entreprennent entre quinze et vingt jours d’un très dangereux périple.

Tortures, exécutions sommaires et disparitions forcées

Les migrants représentent une manne financière lucrative pour les bandes criminelles qui les séquestrent, torturent, rançonnent et exploitent (dans des réseaux de prostitution ou de travail forcé), le plus souvent grâce à des complicités au sein de l’armée, des forces de police municipales, des États fédérés et fédéraux et de l’Institut national de migration.

Les migrants sont également victimes de l’usage excessif de la force, d’agressions sexuelles, de mauvais traitements, d’extorsions, d’arrestations violentes, de détentions arbitraires et de tortures de la part de représentants de l’État. Les tortures servent souvent à leur extorquer des aveux pour les rendre coupables d’infractions graves ou à les expulser rapidement.

Dans un grand nombre de cas, ces tortures se soldent par une disparition forcée ou une exécution sommaire. Sur les 26 121 cas de disparitions officiellement reconnues entre 2006 et 2012, une grande partie concerne des migrants. Des charniers de dizaines de migrants portant des stigmates de tortures sont régulièrement découverts. Dans la seule commune de San Fernando à Tamaulipas, 49 fosses ont été recensées entre août 2010 et août 2013, contenant les cadavres d’au moins 301 migrants.

La plupart du temps, les victimes ou leurs familles ne portent pas plainte par manque de moyens ou par crainte de représailles. Lorsqu’elles osent le faire, elles sont en butte à des menaces tandis que les autorités ne procèdent que très rarement à des enquêtes et pratiquement jamais à des poursuites pénales.

Leurs défenseurs également en danger

Dans de nombreux États fédérés, face à l’inaction des autorités, des défenseurs des droits de l’homme ont créé des refuges et des associations pour fournir un abri, de la nourriture et des habits, ainsi qu’une aide juridique aux migrants. Ils dénoncent publiquement cette crise humanitaire et ces atteintes graves aux droits de l’homme, notamment à l’encontre des migrants les plus vulnérables comme les femmes et les mineurs isolés. En guise de rétorsion, les employés et les bénévoles de ces organisations sont menacés, intimidés et agressés. Parfois, les élus locaux cherchent à les discréditer et alimentent l'hostilité à leur égard. Les enquêtes n’aboutissent jamais si bien que les responsables de ces attaques criminelles jouissent d’une impunité totale.

La torture des migrants à Coahuila

À Saltillo, dans l’État de Coahuila, au premier semestre 2013, l’ONG Maison du migrant a recensé 35 migrants torturés par des policiers municipaux. Suivant un schéma récurrent, les tortures obligeaient les migrants à se déclarer coupables d’une infraction, à verser une caution et à rentrer dans leur pays.

Le 15 mai 2013, des policiers ont arrêté arbitrairement six jeunes centraméricains dans une chambre d’hôtel. Ils les ont torturés pendant vingt heures (coups, décharges électriques, waterboarding, tentatives d’asphyxie et simulacres d’exécution). Sous la contrainte, les migrants se sont déclarés coupables de vente de drogue. Ils ont été placés en liberté conditionnelle sous caution et attendent de rentrer chez eux. Menacés de représailles, ils n’ont pas porté plainte.

Les membres de la Maison du migrant ont été la cible répétée de menaces, vols et agressions en 2012 et 2013. 

Articles associés

Bonne nouvelle
Libération-Frères-López
Mexique

Les frères Montejo López sont libres !

Le 18 / 05 / 2022
Après la libération, il y a quelques jours, de Marcelino Ruiz, l'ACAT-France apprend avec beaucoup de satisfaction la libération d'Abraham et German López Montejo. Membres eux aussi de la communauté indigène tzotzil, ils avaient été arrêtés arbitrairement et soumis à la torture pour avouer sous la contrainte un meurtre qu'ils n'avaient pas commis.
Bonne nouvelle
Libération-Marcelino-Ruiz
Mexique

Marcelino Ruiz a été libéré !

Le 09 / 05 / 2022
Membre de la communauté indigène tzotzil, Marcelino Ruiz était victime d'une procédure inique lancée à son encontre par les autorités du Chiapas, au Mexique. Un groupe d'experts des Nations unies avait qualifié sa détention d'arbitraire.
Appel à mobilisation
AAM_Ruiz-Lopez_Thumbnail_20220323
Mexique

Le Mexique doit libérer Marcelino Ruiz et les frères López

Le 24 / 03 / 2022
Au Chiapas, trois détenus de la communauté indigène tzotzil sont victimes depuis des années d’une procédure inique. Malgré la demande de libération immédiate émise par le groupe de travail sur la détention arbitraire des Nations Unies, les autorités mexicaines continuent de les maintenir en détention. Ils doivent être libérés.
Appel à mobilisation
AAM_Erick-Veronica_Thumbnail_20220217
Mexique

Erick Iván et Verónica doivent être libérés immédiatement

Le 17 / 02 / 2022
Cela fait maintenant près de 11 ans que Erick Ivan et Verónica Razo Casales sont incarcérés sans procès, sur la seule base d’aveux arrachés sous la torture. Au début du mois de février 2022, un de leur bourreau qui travaillait alors pour la police fédérale de Mexico, Porfirio Javier Sánchez, aujourd’hui chef de la Sécurité de l’État de Aguascalientes, a été arrêté pour torture. Malgré cette nouvelle, Erick et Verónica restent emprisonnés. Cela doit cesser.