Cookie Consent par FreePrivacyPolicy.com
Irak
Action

L'Europe doit agir contre les persécutions des minorités ethniques et religieuses en Irak

L'Union européenne doit se mobiliser de toute urgence pour faire cesser les violations des droits de l'homme en Irak et favoriser un dialogue politique entre les composantes de la société irakienne.
irak_yezidis
Crédits : lovers religion yezidi / Facebook

Le 14 / 08 / 2014

En Irak, les populations civiles, en particulier les minorités chrétienne, yézidie, shabak et turkmène, sont les premières victimes des avancées du groupe armé de l’État islamique , qui ont provoqué une véritable catastrophe humanitaire dans cette partie du pays. Elles se sont accompagnées de violations majeures des droits de l’homme – torture, meurtre de civils, exécutions sommaires et extrajudiciaires, prises d’otages, ou encore actes de pillage[1]  – qui, selon des récentes déclarations du Secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon et de la Haut-Commissaire aux droits de l’Homme de l’ONU Navy Pillay, sont constitutifs de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité[2]. Ces exactions s’inscrivent dans le cadre d’une conjoncture politique et sécuritaire irakienne complexe, et d’une situation humanitaire désastreuse où la garantie d’un accès de l’aide humanitaire et la préservation d’un espace humanitaire digne de ce nom constituent plus que jamais un impératif non négociable.

Nombreuses sont les communautés victimes des exactions des forces de l’État islamique en Irak. La communauté chrétienne d’Irak, qui comptait 1,5 millions de croyants en 2003, ne dénombre aujourd’hui que 400 000 membres. L’État islamique en Irak n’a fait qu’accélérer les déplacements forcés de ces populations. Le 3 août, 40 000 membres de la communauté yézidie, une minorité kurdophone adepte de croyances dérivées du zoroastrisme, ont dû fuir la ville de Sinjar et sont réfugiés dans les montagnes. Plus de 40 enfants y sont déjà morts de déshydratation. Le 7 août, la prise de Karakoch, principale ville chrétienne d’Irak, a provoqué un nouvel exode de près de 50 000 personnes.

Avec le déplacement forcé de plusieurs centaines de milliers d’Irakiens (majoritairement chrétiens et yézidis), le Kurdistan, mais également la Turquie, doivent relever un défi de taille, celui de gérer un flux de déplacés qui dépasse largement leurs capacités d’accueil déjà largement entamées par le conflit syrien.

La liberté de croyance et de religion constitue un droit fondamental de la personne humaine. En vertu du droit international, il ne peut être abrogé ou même partiellement restreint dans le cadre d’un conflit. Or, aujourd’hui, le simple fait d’appartenir à la communauté turkmène, shabak, yézidie ou chrétienne dans les zones contrôlées par les forces de l’État islamique en Irak peut être synonyme d’exécution pure et simple. Le 12 août, plusieurs Rapporteurs spéciaux des Nations unies se sont fortement alarmés de la situation de la minorité yézidie au Nord de l’Irak, en évoquant un risque imminent de génocide en l’absence de réaction concrète et significative de la communauté internationale[3]

Face à cette crise dramatique, l’Union européenne se doit d’intervenir tant sur le plan politique que sur le plan humanitaire. L’annonce le 12 août de l’octroi par la Commission européenne d’une enveloppe de cinq millions d’euros à l’Irak pour couvrir les besoins humanitaires émergents constitue certes un pas positif, mais reste insuffisante au regard du contexte sécuritaire et humanitaire. La nécessité de protéger et d’assister les personnes persécutées en raison de leur religion ou de leur appartenance ethnique constitue en effet un impératif moral de solidarité que l’Union européenne, tant sur le plan humanitaire que sur le plan politique, doit relever.

Articles associés

Communiqué
prison-2
Émirats arabes unisBahreïnAlgérieÉgypteSahara OccidentalIranIrakIsraëlJordanieKoweïtLibanLibyeMarocOmanPalestineQatarArabie SaouditeSyrieTunisieYémen

COVID-19 : Appel à protéger les prisonniers de la Région ANMO

Le 24 / 03 / 2020
À la lumière de la pandémie de COVID-19 − qualifiée « d'urgence de santé publique de portée internationale » par l'Organisation mondiale de la santé (OMS) − nous, les organisations soussignées, exprimons notre vive inquiétude quant à la situation des détenu·e·s et des prisonnier.e.s dans la région de l'Afrique du Nord et du Moyen-Orient (ANMO). Si certains États de la région ont pris des mesures positives pour protéger la population dans son ensemble, la population carcérale reste particulièrement exposée à la propagation du virus.
Communiqué
Visuel PDM
FranceIrak

Le devoir de protection de l’Etat français ne peut être à...

Le 04 / 06 / 2019
11 Français ont été condamnés à mort en Irak par le tribunal antiterroriste de Bagdad pour « appartenance au groupe État islamique ». Pour l’ACAT, l’Etat témoignerait d’une résignation coupable s’il n’œuvrait pas par tous moyens pour empêcher l’exécution de ses ressortissants à divers titres:
Communiqué
france_arrivee_chretiens_irak
FranceIrak

Asile pour les chrétiens d'Irak : gare aux effets d'annonce

Le 03 / 09 / 2014
François Hollande a annoncé le 20 août que la France allait venir en aide aux chrétiens d’Irak. 8000 demandes de réfugiés irakiens auraient été déposées, et le chef de l’État promet un traitement favorable aux personnes qui ont des liens avec la France.
Actualité
irak_monastere_chretien
Irak

Les chrétiens d'Irak en danger

Le 08 / 08 / 2014
L’Etat islamique doit immédiatement cesser ses exactions à l’encontre des minorités religieuses en Irak (chrétiens, yazidis, turcomans et shabaks). L’ACAT appelle le Conseil de Sécurité de l’ONU à agir au plus vite pour assurer la sécurité de ces minorités.