Cookie Consent par FreePrivacyPolicy.com
Action

Les migrants doivent pouvoir demander l'asile dans le pays de leur choix

L’ACAT dénonce « Dublin », un règlement injuste qui contraint les migrants à déposer leur demande d’asile dans le premier pays européen où ils arrivent, c’est-à-dire, majoritairement en Grèce, en Italie et plus récemment en Hongrie, qui doivent faire face à un afflux massif de migrants.
photopubli-REFUGIES-web
Crédits : AFP PHOTO / ANGELOS TZORTZINIS

Le 16 / 09 / 2015

Bassel a fui l’oppression et la guerre. Il veut vivre libre en Suède. A la frontière entre la Hongrie et l’Allemagne, Bassel regarde ses doigts avec angoisse. Il sait que son destin et celui de toute sa famille va se jouer à peu de choses : l’endroit où il donnera ses empreintes. Si elles sont prises en Suède, le pays où il aspire à s’installer, il sera logé, nourri, et pourra chercher un travail pendant que les autorités suédoises examineront sa demande d’asile. Si en revanche, c’est la police hongroise qui les prélève, son rêve s’arrêtera là : même s’il parvient à gagner la Suède, il ne pourra y rester. Il sera renvoyé en Hongrie où ses chances d’obtenir l’asile sont bien moindres.

Telle est la dure réalité du règlement de « Dublin » : un système kafkaïen qui interdit aux exilés de décider dans quel pays ils vont demander l’asile.

Le sort de Samir, Syrien soutenu par l’ACAT, est tout aussi kafkaïen. La France et la Suède jouent au ping pong avec lui, et se renvoient la responsabilité de l’accueillir. La France lui a accordé un visa, mais le hasard a fait qu’il a atterri en Suède, où on lui a pris ses empreintes. La Suède a refusé d’examiner sa demande puisque son visa est français. Arrivé en France, la « logique » de Dublin lui imposerait de retourner à Stockholm. Absurde. Inhumain.

L’ACAT dénonce « Dublin », un règlement injuste qui contraint les migrants à déposer leur demande d’asile dans le premier pays européen où ils arrivent, c’est-à-dire, majoritairement en Grèce, en Italie et plus récemment en Hongrie, qui doivent faire face à un afflux massif de migrants. En septembre 2015, sur plus de 350 000 exilés qui ont atteint les rives de l’Union européennes, 244 000 sont arrivées en Grèce.

Comme toute réponse sécuritaire au désespoir des migrants, le règlement de Dublin peut s’avérer mortifère : pour contourner ces règles, et passer les frontières, ils sont obligés de prendre des risques énormes.

Mais il n’y a pas que les ONG : aux Nations unies, certaines voix font le constat de l’échec systémique de ce règlement, et appellent les États européens à permettre aux demandeurs d’asile de déposer leur demande dans le pays de leur choix. De son côté, le Commissaire aux droits de l’homme du Conseil de l’Europe s’est exprimé début septembre en faveur de la révision des règles de Dublin.

Synonyme d’errance, de renvois entre différents pays, et de délais d’attente extrêmement longs, Dublin impose des parcours d’exil absurdes pour des personnes déjà fragilisées. Jusqu’à quand l’Europe compte-t-elle pérenniser ce mécanisme injuste et défaillant ? Les demandeurs d’asile ont fui l’oppression pour être libres, libres de choisir leur pays d’accueil.

Signez la pétition

Frans Timmermans
Premier Vice-Président de la Commission européenne,
Chargé de l'amélioration de la législation, des relations interinstitutionnelles, de l'État de droit et de la Charte des droits fondamentaux

Monsieur le Premier Vice-Président,

L’Europe continue d’appliquer le règlement de Dublin, un mécanisme injuste et défaillant qui presse les migrants et les futurs demandeurs d’asile dans les États des frontières extérieures de l’Union européenne, en particulier la Grèce et l’Italie. L’application de ce mécanisme réduit fortement les droits des demandeurs d’asile, la qualité des conditions d’accueil dans ces pays, et sape les droits fondamentaux des demandeurs d’asile. Terre d’accueil, l’Europe et ses États membres doivent montrer davantage de solidarité et prendre acte de l’échec du mécanisme de Dublin. Le Parlement européen s’est engagé à réviser le règlement de Dublin. Il faut aller plus loin, et supprimer ce système injuste.

Nous vous demandons donc la suppression du mécanisme de Dublin pour tous les demandeurs d’asile, quelle que soit leur nationalité, pour que les migrants ne soient plus contraints à demander l’asile dans le premier pays  européen où ils arrivent.

Articles associés

Communiqué
Darmanin_Thumbnail
France

Péril sur le droit d'asile !

Le 23 / 11 / 2022
Le 23 novembre, Gérald Darmanin a invité plusieurs organisations de la société civile à une concertation portant sur le droit d'asile, excluant une partie importante des acteurs de la Coordination française pour le droit d'asile dont l'ACAT-France est membre. Alors que le gouvernement français prépare un nouveau projet de loi pour réformer le droit d'asile, les mesures annoncées mettent en grand danger l'exercice du droit d'asile, pourtant droit fondamental et socle de notre solidarité.
Article
cfda_logo
France

Conditions minimales pour que l’asile soit un droit réel

Le 22 / 11 / 2022
Alors que le gouvernement annonce une nouvelle loi sur l’asile et l’immigration, la Coordination française pour le droit d’asile (CFDA) pose les 15 conditions minimales pour que l’asile soit un droit réel.
Communiqué
RAE2022_Note-Asile_Main
BelgiqueAllemagneFranceGrèceHongrieItaliePays-BasSuède

Porté disparu : le droit d'asile en Europe

Le 27 / 06 / 2022
Allemagne, Belgique, France, Grèce, Hongrie, Italie, Pays-Bas et Suède. L'état du droit d'asile en Europe est désormais en grand danger. Une dernière note de l'ACAT-France tire la sonnette d'alarme avant qu'il ne soit trop tard. Car c'est tout un droit fondamental qui pourrait disparaitre du continent.
Communiqué
Communiqué-Presse_Asile-Ukraine_20220607
Ukraine

Pas de répit en France pour les étranger.es d’Ukraine

Le 07 / 06 / 2022
Près de 5 millions de personnes ont fui l’Ukraine pour l’Europe en trois mois, dont une centaine de milliers sont arrivées en France, suscitant un mouvement de solidarité exceptionnel et une mobilisation inédite de l’État et des collectivités. Mais alors que certaines d’entre elles sont accueillies à bras ouverts, d’autres sont désormais sommées de quitter la France.