Cookie Consent par FreePrivacyPolicy.com
Tunisie
Action

Il faut libérer Taoufik Elaïba, victime de torture détenue depuis plus de cinq ans

Les Tunisiens viennent de fêter le 4e anniversaire de leur nouvelle démocratie. Taoufik Elaïba, en prison depuis plus de cinq ans, est parmi ceux, trop nombreux, qui n’ont pas goûté les fruits de la révolution.
tunisie_ahlem_chebbi_elaiba
Ahlem Chebbi Elaiba, la femme de Taoufik Elaiba, feuillette un album de famille. Crédits : ACAT / Augustin Le Gall

Le 13 / 01 / 2015

Cette pétition est désormais fermée.

En juin 2013, l'ACAT et TRIAL ont saisi le Comité contre la torture des Nations Unies d'une communication individuelle pour le compte de Taoufik Elaiba demandant au Comité contre la Torture de reconnaitre qu'il avait été victime d ela torture et que la Tunisie avait violé des dispositions de la Conventions contre la Torture. La procédure est actuellement en cours.

Merci à tous les signataires de la pétition, nous vous informerons en cas de nouvelles évolutions. 

 

Les Tunisiens viennent de fêter le 4e anniversaire de leur nouvelle démocratie. Taoufik Elaïba, en prison depuis plus de cinq ans, est parmi ceux, trop nombreux, qui n’ont pas goûté les fruits de la révolution.

Tuniso-Canadien, père de quatre enfants, Taoufik Elaïba a été arrêté le 1er septembre 2009 par la garde nationale de Laaouina (banlieue de Tunis). Il a été torturé dans ses locaux pendant les six premiers jours de sa garde à vue, jusqu’à ce qu’il signe des aveux.

Onze jours après son arrestation, Taoufik Elaiba a été présenté devant un juge d’instruction auprès duquel il a dénoncé les tortures subies. Ce dernier n’a pas pris acte de ses allégations. Le 31 octobre 2011, il a été condamné à 22 ans d’emprisonnement pour trafic de voitures sur la base d’aveux obtenus sous la torture, peine réduite à sept ans en appel.

Après plusieurs plaintes pour torture déposées par ses avocats, une enquête a finalement été ouverte plus de 32 mois après ces sévices. Le juge d’instruction a entendu la victime et quelques témoins de l’arrestation, sans ordonner d’expertise médicale ni entendre les témoins de la garde à vue et encore moins les agents suspectés de l’avoir torturé. L’enquête a de facto été abandonnée trois mois après avoir commencé.

Les autorités tunisiennes lui refusent la grâce et la libération conditionnelle, dans un acharnement incompréhensible.

La torture, un fléau persistant

Le cauchemar subi par Taoufik Elaïba est emblématique du phénomène tortionnaire tunisien qui perdure aujourd’hui encore. Des dizaines, voire des centaines de Tunisiens ont déjà été torturés dans le cadre de la lutte antiterroriste qui a repris début 2012. Des personnes sont aussi torturées lors de répression de manifestations, après avoir eu une altercation avec un policier ou encore en prison, après une dispute avec un gardien.

L’une des principales raisons de la survivance de la torture pendant la garde à vue réside dans le fait que le détenu est isolé, sans droit à l’assistance d’un avocat. Une autre raison est la persistance de l’impunité.

L’impunité, encore et toujours

La lenteur de la justice et le manque de diligence dont a fait preuve le juge ayant enquêté sur la torture subie par Taoufik Elaïba sont caractéristiques des nombreuses entraves à la lutte contre l’impunité. Les plaintes pour torture demeurent souvent sans suite. Si une enquête est finalement diligentée, elle l’est la plupart du temps tardivement, ce qui laisse aux traces de coups le temps de s’estomper. De plus, elle est généralement insuffisante et ne se matérialise qu’à travers deux ou trois actes d’enquête suivis d’un abandon de facto. Les victimes sont parfois harcelées par des policiers pour les forcer à retirer leur plainte et les agents mis en cause sont souvent protégés par leur hiérarchie.

Télécharger le rapport Tunisie - Justice : année zéro

TWEETS À DIFFUSER

#Tunisie - Il faut libérer Taoufik Elaïba, victime de torture détenue depuis plus de cinq ans http://t.co/3eU4a5Eg8O http://t.co/b3ca6oobWt
#Tunisie - les tortionnaires de Taoufik Elaïba doivent être poursuivis http://t.co/3eU4a5Eg8O http://t.co/b3ca6oobWt via @ACAT_France

Articles associés

Communiqué
prison-2
Émirats arabes unisBahreïnAlgérieÉgypteSahara OccidentalIranIrakIsraëlJordanieKoweïtLibanLibyeMarocOmanPalestineQatarArabie SaouditeSyrieTunisieYémen

COVID-19 : Appel à protéger les prisonniers de la Région ANMO

Le 24 / 03 / 2020
À la lumière de la pandémie de COVID-19 − qualifiée « d'urgence de santé publique de portée internationale » par l'Organisation mondiale de la santé (OMS) − nous, les organisations soussignées, exprimons notre vive inquiétude quant à la situation des détenu·e·s et des prisonnier.e.s dans la région de l'Afrique du Nord et du Moyen-Orient (ANMO). Si certains États de la région ont pris des mesures positives pour protéger la population dans son ensemble, la population carcérale reste particulièrement exposée à la propagation du virus.
Actualité
tunisie_rached_jaidane_mer_1
Tunisie

Rached Jaïdane attend toujours que justice soit faite

Le 23 / 05 / 2019
Après quatre audiences devant la Chambre criminelle spécialisée de Tunis, Rached Jaïdane doit attendre 6 mois pour la reprise de son procès. Mais les menaces qui pèsent sur le processus de justice transitionnelle se font plus menaçantes.
Actualité
tunisie_rached_jaidane_mer_1
Tunisie

Rached Jaïdane obtiendra-t-il enfin justice ?

Le 09 / 10 / 2018
Le processus de justice transitionnelle pourrait permettre à Rached Jaïdane d’obtenir enfin justice après de nombreuses déconvenues face à une justice tunisienne dysfonctionnelle. Cependant, plusieurs manœuvres cherchent à retarder voir à empêcher ce processus de fonctionner.
Communiqué
tunisie_rached_jaidane_mer_1
Tunisie

Affaire Jaïdane : Un nouveau pas vers la recherche de la just...

Le 04 / 10 / 2018
La première audience dans le cadre du processus de justice transitionnelle pour l’affaire Jaïdane a eu lieu aujourd’hui, jeudi 04 octobre 2018 à Tunis. En raison du mouvement des magistrats qui a touché la quasi-totalité des chambres spécialisées, la chambre de Tunis, composée en partie de magistrats remplaçants, a dû prononcer le report de l’audience après 45 minutes d’échanges introductifs alors même que 5 accusés étaient présents.