Cookie Consent par FreePrivacyPolicy.com
Angola
Action

Faisons libérer le musicien engagé Luaty Beirão

Pour avoir organisé à son domicile un atelier de réflexion sur l'alternance démocratique en Angola, le jeune rappeur angolais Luaty Beirão a été arrêté en juin. Il est détenu depuis lors, accusé de "rébellion" et de "tentative de coup d'Etat".
luaty

Le 19 / 10 / 2015

Mise à jour du 5 janvier 2016 : Luaty Beirao et les activistes arrêtés en même temps que lui ont été assignés à résidence à la mi-décembre. Bien qu'il s'agisse d'un signe encourageant, nous continuons à demander leur libération immédiate, cette assignation à résidence étant elle aussi abusive.

Luaty Beirao nous a adressé un message de remerciement : "C'est beau de voir cette solidarité en France, pays qui m'a accueilli pendant 4 ans et dont je garde de très beaux souvenirs. Cela fait du bien de se rendre compte que nos actions ciblées à un niveau local finissent par avoir une répercussion globale. Gros merci pour cette mobilisation."

Débattre n’est pas un crime

20 juin 2015, banlieue de Luanda, Angola. Le rappeur engagé Luaty Beirão organise à son domicile un atelier de réflexion sur l’alternance démocratique. 13 autres jeunes activistes, pour la plupart membre de Central Angola 7311, une plateforme en ligne créée pour dénoncer les violations des droits de l’homme, y sont réunis pour disserter de techniques pacifiques de protestation.

Quelques heures plus tard, ils sont tous arrêtés illégalement, accusés de « rébellion » et de « tentative de coup d’État ».

Cette arrestation arbitraire, menée sans mandat, a été justifiée par le procureur de la République de l’Angola comme une opération visant à « prévenir un coup d’État ».

Pourtant, personne n’est dupe. Cette répression a pour unique but de restreindre l’espace de la liberté d’expression, de réunion et d’association, et d’étouffer tout mouvement contestataire.

Luaty Beirão : un combat pour la liberté et la justice

Depuis des années, Luaty Beirão utilise sa musique pour sensibiliser la jeunesse et porter des messages critiques sur le régime en place.

La misère s'immisce dans la masse critique

La critique se raréfie

Se dilue avec l'excès de démocratie

La démocratie se prostitue en flirtant avec la tyrannie

Et distribue ses graines au bétail pour ne pas fausser l'économie

Extrait de la chanson « La mort de l’artiste » de Luaty Beirão

Luaty a été à l’origine des grandes manifestations de 2011 contre la volonté du président de se maintenir au pouvoir. A ce titre, il a été pris pour cible à de nombreuses reprises par des militants pro-régime et par les autorités elles-mêmes. Au cours des quatre dernières années, son engagement et ses convictions lui ont ainsi valu diverses attaques à son domicile, agressions en pleine rue, menaces auprès de sa famille, passages à tabac, arrestations… Luaty Beirão paye cher le prix de son combat pour la liberté et la justice.

Etouffer les voix dissidentes

Le président de l’Angola, José Eduardo dos Santos, assis depuis plus de 30 ans sur une grande fortune, est peu disposé à engager une réflexion sur l’alternance politique.

En conséquence, les membres des mouvements citoyens qui prônent l’alternance font l’objet d’une répression continue. Un grand nombre de leurs militants ayant participé à des manifestations de contestation ont été intimidés, enlevés, frappés et torturés. Tout est entrepris par l’État pour les faire taire, et éviter une contagion de ces idées à l’ensemble de la jeunesse angolaise.

Emblème de cette résistance, Luaty Beirão est détenu dans une prison loin de ses proches depuis un délai bien supérieur à celui prévu par la loi.

Grève de la faim

Le 21 septembre, Luaty Beirão a débuté une grève de la faim pour dénoncer l’illégalité de sa détention. Le 2 octobre, il a été brièvement transféré à l’hôpital carcéral de São Paulo, mais il n’a reçu aucun soin. De retour à la prison de Calomboloca, son état de santé s’est détérioré. Le 5 octobre, Luaty Beirão a été officiellement informé qu’il était inculpé de « préparation d’une rébellion » et de « tentative de coup d’État ». Ces infractions sont passibles de trois ans d’emprisonnement. Le 9 octobre, Luaty Beirão a été, à nouveau, transféré à l’hôpital carcéral de São Paulo. Il a mis fin à sa grève de la faim le 27 octobre.

Ensemble, exigeons sa libération immédiate !

TWEETS À DIFFUSER

Angola: Faisons libérer Luaty Beirão, rappeur détenu pour son engagement pour la démocratie http://www.acatfrance.fr/action/je-soutiens-luaty-beirao pic.twitter.com/IUcANTW3nP
Angola : faisons libérer le rappeur Luaty Beirão, détenu pour ses opinions http://www.acatfrance.fr/action/je-soutiens-luaty-beirao pic.twitter.com/rnNu4YusJ2

Articles associés

Rapport
actu-rt-1160x600
AngolaCongoFranceMexiqueMauritaniePhilippinesÉtats-UnisVietnam

12 éclairages pays pour comprendre le recours à la torture

Le 01 / 09 / 2021
Le 26 juin 2021, à l’occasion de la Journée internationale des Nations unies pour le soutien aux victimes de la torture, l’ACAT-France a publié la 6ème édition de son rapport Un monde tortionnaire. Douze États font l’objet d’un éclairage sur les pratiques tortionnaires et sur ce que leur acceptation, leur légitimation et leur banalisation disent des sociétés.
Appel urgent
Angola Cafunfo
Angola

Répression d’une manifestation à Cafunfo : au moins 10 morts

Le 04 / 03 / 2021
Le 30 janvier 2021, des incidents graves ont eu lieu à Cafunfo, village minier de la commune de Cuango dans le Lunda Norte. Selon les premiers témoignages, informations et vidéos récoltés par la société civile, des éléments des forces de défense et de sécurité angolaises auraient tiré à balles réelles sur des manifestants non armés et tué plusieurs d’entre eux. Particulièrement marquante, une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux montre plusieurs civils ensanglantés au sol. Certains bougent, d’autres non. Un policier angolais donne alors des coups de pied et marche sur la tête d’une victime grièvement blessée.
Actualité
AM 2020-04 MonteSume COVER
Angola

Je demande justice pour les victimes de Monté Sumé

Le 23 / 03 / 2020
En avril 2015, la Police d’intervention rapide débarque au campement de l’église évangélique du pasteur José Julino Kalupeteka, accusé de pratiques sectaires. Son interpellation tourne au massacre de fidèles. Cinq ans plus tard, les forces de l’ordre impliquées dans ces graves violations des droits humains n’ont toujours pas été jugées.
Actualité
Angola UPR 2014
Angola

Angola : Le HCDH prend en compte le rapport de l'ACAT

Le 27 / 12 / 2019
Lors de l’Examen périodique universel de l’Angola au Conseil des droits de l’Homme à Genève, en novembre 2019, le sujet de la situation des migrants expulsés avec violence du pays a été abordé. L’ACAT-France a apporté sa contribution au débat en soumettant un rapport alternatif sur le sujet. Le Haut-commissariat des Nations unies aux droits de l’homme a présenté une partie de notre analyse dans son rapport résumant les communications des parties prenantes et plusieurs États ont émis des recommandations en relation avec cette thématique.