Cookie Consent par FreePrivacyPolicy.com
Japon
Action

Peine de mort : les couloirs de l’angoisse

Il est seul dans une cellule minuscule. Chaque matin, il guette les pas des gardiens et le tintement des clefs qui s’approchent. Chaque matin, il se demande si son tour est venu, s’il va être exécuté aujourd’hui. Chaque matin, pendant 46 ans.
japon_peine_mort

Le 01 / 10 / 2014

Cette pétition est désormais fermée. Merci à tous les signataires de la pétition, nous vous informerons en cas de nouvelles évolutions.

« Il attend chaque matin qu’on lui annonce sa pendaison »

Hakamada Iwao a été condamné à mort au Japon en 1968. Pendant 46 ans, il s’est demandé, en se levant le matin, si son tour était venu. Si le jour qui se levait allait-être celui de son exécution. Au Japon, les détenus des couloirs de la mort ne sont informés du moment de leur exécution que quelques heures auparavant. Leurs familles et leurs avocats ne sont prévenus qu’après la pendaison. Soi disant pour respecter leur intimité et diminuer leur stress.

En réalité, l’insuportable angoisse quotidienne et la souffrance causée par des conditions de détention extrêmement dures entraînent très souvent chez les condamnés à mort un déséquilibre mental. Ils deviennent suicidaires, délirants et déments. C’est le syndrome dit du couloir de la mort.

Arrêté en 1966, Hakamada Iwao a été condamné en 1968 à la pendaison, au terme d’un procès inique, pour le meurtre de son patron, de l’épouse de celui-ci et de leurs deux enfants. Sa sœur s’est battue pour qu’il soit rejugé et innocenté repoussant ainsi son exécution tant que la procédure n’était pas terminée. Une exécution dépend également du seul pouvoir discrétionnaire du ministre de la Justice qui donne l’ordre à son gré. Depuis l’arrivée du gouvernement Shinzo Abe au pouvoir en décembre 2012, 11 exécutions ont été prononcées. 126 condamnés attendent dans le couloir de la mort.

La santé mentale d’Hakamada Iwao s’est rapidement dégradée. Sa sœur reçoit de sa part des courriers quotidiens et constate que ses propos deviennent rapidement étranges et incohérents. Hakamada Iwao perd progressivement son discernement et refuse toute visite pendant douze ans. Il faut attendre 2008 pour qu’il bénéficie d’un examen médical indépendant qui conclut qu’il souffre d’une maladie mentale. Même si le droit japonais interdit l’exécution des personnes souffrant de troubles mentaux, il reste dans le couloir de la mort sans bénéficier de soins médicaux adaptés. Ce n’est qu’en mars 2014, après 46 ans de détention, qu’il est remis en liberté – il est âgé de 78 ans - et est enfin admis à l’hôpital. Mais Hakamada Iwao n’est pas encore au bout de ses peines.

Il s’est vu accordé le bénéfice d’un nouveau procès en raison des irrégularités constatées lors de son procès en première instance. Une nouvelle bataille à mener après avoir passé près d’un demi-siècle dans l’antichambre de la mort.

Le calvaire quotidien du couloir de la mort

L’isolement complet et prolongé dans lequel sont placés les condamnés à mort au Japon est une forme de torture. Pendant 46 ans, Hakamada Iwao a passé ces journées assis à ne rien faire ou, lorsqu’il en avait l’autorisation, à marcher en rond dans sa cellule. Mouvements qu’il reproduit au quotidien, même s’il est aujourd’hui physiquement sorti de prison. Interdiction de discuter avec des gardiens, aucun contact avec d’autres détenus, très peu de visites autorisées de la famille et de l’avocat (et d’une durée courte 5 à 30 minutes, toujours en présence d’un gardien). Pas de télévision. Très peu de livres. Et pour seule activité autorisée : quelques minutes d’exercice, seul dans une petite cour de la prison, deux fois par semaine.

Abolir la peine de mort

Le Japon doit en finir avec la peine de mort. Une peine intolérable en démocratie.

En attendant, il est urgent que le Japon mette fin à ces terribles conditions de détention aux conséquences humaines dramatiques. Et, tant qu’il ne le fera pas, les autorités japonaises doivent pleinement prendre en compte l’altération de la santé mentale des condamnés à mort et ne pas exécuter des prisonniers qu’ils ont conduit aux portes de la folie.

Lire le Chapitre "Japon" dans le rapport de l'ACAT "Un monde tortionnaire" 2014 pour en savoir plus sur le traitement réservé aux condamnés à mort.

Articles associés

Appel à mobilisation
 Félix-Tshisekedi_Thumbnail_20221020
République Dém. du Congo

Condamné à mort à l’issue d’un procès non équitable

Le 19 / 10 / 2022
Joseph Mwamba Nkongo est l’une des nombreuses personnes condamnées à mort en République démocratique du Congo (RDC). Bien que ce pays n’ait plus exécuté la moindre personne depuis 2003, il continue de condamner régulièrement des personnes à la peine capitale. Depuis décembre 2021, Joseph Mwamba Mwamba fait partie des plus de 500 personnes détenues dans les « couloirs de la mort » de ce pays et attend son exécution, sans en connaître la date.
Actualité
image pdm coal - site

30 ans de correspondances pour dire non à la peine de mort

Le 10 / 10 / 2022
À l'occasion de la 20e journée mondiale contre la peine de mort consacrée à la torture, l'ACAT-France qui a mis en place une action de correspondance avec les condamnés à mort aux Etats-Unis il y a plus de 30 ans, a interrogé Paa Kofi, chargé de mobilisation et responsable de l'animation du programme. Il nous explique en quoi le lien tissé entre les correspondants et les détenus est essentiel.
Notre magazine
H26_Cover

HUMAINS N°26 - JOURNÉE MONDIALE CONTRE LA PEINE DE MORT

Le 29 / 09 / 2022
En juin 2001 la déclaration pour une abolition universelle de la peine de mort était adoptée à Strasbourg lors du premier congrès mondial contre cette barbarie. Même si des progrès ont été accomplis et des victoires obtenues çà et là, la peine de mort reste hélas d’actualité. Ce dossier revient sur 20 ans d’actions. Plus que jamais, la Coalition mondiale contre la peine de mort est un lieu indispensable d’échanges et de soutien aux abolitionnistes du monde entier
Appel du mois
AM 2022-10-CARROUSEL-Bahrein-web2
Bahreïn

J’agis pour Mohamed Ramadan et Hussein Ali Moosa dans les co...

Le 23 / 09 / 2022
Accusés d’avoir participé à un attentat, Mohamed Ramadan et Hussein Ali Moosa ont été arrêtés et forcés de signer des aveux sous la torture. Le 13 juillet 2020, la Cour de cassation du Bahreïn a confirmé leur condamnation à mort. Ayant épuisé tous les recours internes, ils risquent d’être exécutés.