Cookie Consent par FreePrivacyPolicy.com
Colombie
Action

Un détenu atteint d’un cancer laissé sans soins

Atteint d'un cancer en phase terminale, Jésus Miguel Velandia León est à l'isolement. Les autorités ne le soignent pas et refusent de lui accorder le bénéfice de la détention à domicile.
Colombie_prison_JMVelandiaLeon

Le 18 / 08 / 2014

Cette action est désormais fermée. Merci à tous les signataires de la pétition ! Votre mobilisation a permis le transfert de M. Velandia a l'hôpital puis l'obtention de son assignation à résidence pour raisons humanitaires.

Détenu à la prison de Palogordo (département de Santander), Jésus Miguel Velandia León souffre d’un cancer du pancréas. Bien qu’il soit à l’évidence en phase terminale, les autorités ne le soignent pas et refusent de lui accorder le bénéfice de la détention à domicile.

Paysan de 52 ans, M. Velandia León a été arrêté pour rébellion et homicide, il a clamé son innocence. Cependant, poussé par son avocat, il a plaidé coupable et a été condamné. Il est considéré comme un prisonnier politique.

Depuis le diagnostic du cancer, il y a deux ans, l’état de santé du détenu n’a cessé de se dégrader. Il souffre à présent de douleurs osseuses permanentes qui l’empêchent de marcher ou de s’asseoir. Il ne peut plus manger qu’allongé. Les autorités le maintiennent pourtant à l’isolement et sans soins dans une cellule de l’infirmerie, c’est-à-dire dans des conditions assimilables à un traitement cruel, inhumain et dégradant.

Á la demande de l’ONG Comité de solidarité avec les prisonniers politiques (FCSPP), une professionnelle de santé indépendante a rendu visite au détenu et révisé son dossier médical. Elle a relevé des incohérences (résultats, dates) et des négligences (chirurgicales, en chimiothérapie) qui prouvent l’absence de soins réels et expliquent l’état actuel du détenu.

Pourtant début juin 2014, l’Institut national de médecine légale a osé diagnostiquer la rémission de M. Velandia León. Cet avis permet aux autorités de justifier le refus d’un transfert du détenu à l’hôpital ou son assignation à résidence pour raison humanitaire.

Des prisonniers politiques colombiens meurent régulièrement en prison faute de soins. José Albeiro Manjarres Cupitre est ainsi décédé à la prison de Palogordo en janvier 2011.

Contexte

Système carcéral en crise

Plus de 120 000 détenus sont entassés dans les prisons du pays. Ils souffrent de la promiscuité et de la violence, engendrées par la surpopulation carcérale, des conditions d’hygiène déplorables propices à la propagation de maladies (tuberculose, lèpre, hépatite, VIH, etc.) et aux intoxications alimentaires, du manque d’accès à l’eau potable et aux soins. S’ajoutent à cela des tortures et mauvais traitements infligés par des fonctionnaires de l’Institut national pénitentiaire et carcéral (INPEC) ‑ parfois même par certains directeurs de prison ‑ et par des membres de l’armée. Punitions collectives (restriction d’accès au téléphone, aux cellules, à l’électricité, à la nourriture, à l’eau potable), mises à l’isolement, pressions sur les proches en visite, simulacres d’exécution, passages à tabac, mises à nu, placements dans la position du « scorpion » (pieds et poings menottés ensemble), aspersions de gaz lacrymogène, agressions sexuelles et asphyxies sont les pratiques tortionnaires les plus courantes.

Les prisonniers politiques

Le sort réservé aux quelque 8 000 prisonniers politiques est dramatique. Il s’agit non seulement de guérilleros, de défenseurs des droits de l’homme, de militants accusés d’insurrection ou d’infractions pénales, mais aussi de personnes sans engagement particulier qui, pour servir la politique du chiffre, sont taxées de rébellion. Le conflit armé se transpose dans les prisons dont la plupart sont dirigées par des militaires à la retraite qui voient les détenus politiques comme des ennemis jurés. Ces derniers sont régulièrement agressés par des paramilitaires incarcérés bénéficiant du soutien des gardiens. Officiellement pour les protéger, en réalité pour les punir, l’administration pénitentiaire les met alors à l’isolement.

Articles associés

Communiqué
Ensemble-Pour-La-Paix
Colombie

Soutien à la Comisión Intereclesial de Justicia y Paz

Le 05 / 05 / 2022
Les organisations qui composent le programme franco-colombien Ensemble pour la Paix - Vamos por la paz, ainsi que les autres organisations signataires, rejettent catégoriquement les accusations par lesquelles on a tenté de diffamer et de discréditer le précieux travail de la Comisión Intereclesial de Justicia y Paz et, plus particulièrement, de son secrétaire exécutif et représentant légal Danilo Rueda.
Communiqué
49195320112_cbde7f21ca_o
Colombie

En soutien à la Commission pour la vérité

Le 28 / 07 / 2020
Avec le Réseau France Colombie Solidarités, l’ACAT réaffirme son soutien aux 11 membres de la Commission pour l’éclaircissement de la vérité et demande des garanties pour la poursuite sereine de leur mission essentielle à la paix.
Actualité
Capture d’écran 2020-05-13 à 16.49.39
Colombie

Surveillance illégale de défenseurs des droits humains

Le 13 / 05 / 2020
L'ACAT dénonce les agissements illégaux du renseignement militaire colombien à l'encontre d'au moins 130 défenseurs des droits humains, dirigeants sociaux, opposants politiques, signataires de l'accord de paix, magistrats et journalistes. Des garanties doivent être apportées pour protéger les personnes visées et empêcher que de telles pratiques ne se répètent.
Actualité
contagio radio
Colombie

Recrudescence des menaces contre les défenseur.e.s de la paix

Le 04 / 02 / 2020
Plus d’une trentaine de personnes et d’organisations mobilisées pour la paix et le respect des droits humains ont été menacées de mort récemment. La situation n’a cessé de se dégrader depuis la signature de l’accord de paix fin 2016 : selon les dernières statistiques de 2020, il y a pratiquement un assassinat de défenseur.e par jour. Les autorités doivent mettre en place des mesures rapides et efficaces pour assurer leur protection.