Cookie Consent par FreePrivacyPolicy.com
Chine
Action

Le corps d’un évêque détenu au secret depuis 14 ans doit être rendu à sa famille.

Shi Enxiang avait 94 ans. Il aura passé plus de 54 ans de sa vie en détention. Camps de travaux forcés, prisons, lavages de cerveau à travers des « cours de rééducation patriotique », résidence surveillée, rien n’y a fait : il a souhaité rester fidèle à sa foi et au Vatican et n’a jamais voulu rejoindre l’Église dite « officielle », contrôlée par le pouvoir chinois.
mgr-come-shi-enxiang_article_large

Le 23 / 02 / 2015

Shi Enxiang, un évêque soutenu par l’ACAT depuis de longues années, serait décédé en détention. Kidnappé à Pékin en 2001, il était détenu au secret depuis 14 ans. Au cours de toutes ces années, malgré de nombreuses démarches, sa famille n’a jamais obtenu aucune information sur son sort jusqu’à ce 30 janvier 2015, date à laquelle le maire de la ville de Baoding ‑ où Shi avait été ordonné clandestinement évêque ‑ l’aurait informée du décès de Shi Enxiang. Samedi 31 janvier, elle annonçait que la dépouille de l'évêque devait leur être restituée prochainement.

La nouvelle de sa mort s’est répandue dans toute la Chine et de très nombreux messages de commémoration ont fleuri sur Internet. La famille s’attendait à recevoir le corps ou les cendres pour organiser des funérailles ‑ en vain. Non seulement, elle n’a plus aucune nouvelle, mais les autorités nient désormais le décès de l’évêque et disent ne rien savoir à propos de cet homme.

Près d’un mois après l’annonce du décès, le mystère reste entier. Shi Enxiang est-il mort ou non ? Si oui, où et quand cela est-il arrivé ? Et quand ses restes seront-ils rendus à sa famille ?

Shi Enxiang avait 94 ans. Il aura passé plus de 54 ans de sa vie en détention. Camps de travaux forcés, prisons, lavages de cerveau à travers des « cours de rééducation patriotique », résidence surveillée, rien n’y a fait : il a souhaité rester fidèle à sa foi et au Vatican et n’a jamais voulu rejoindre l’Église dite « officielle », contrôlée par le pouvoir chinois.

Agissez pour que toute la lumière soit faite sur son décès !

Contexte

La persécution des chrétiens en Chine

La Constitution chinoise reconnaît officiellement le christianisme. La Chine compterait plus de 130 millions de chrétiens (officiels et clandestins).

Cependant, le gouvernement de Pékin a toujours cherché à contrôler les mouvements religieux et interdit les Églises non enregistrées auprès de l’État. Il existe ainsi deux communautés d’Église. L'une, « officielle », contrôlée par le pouvoir, est la seule reconnue et habilitée à nommer des évêques ou des pasteurs en Chine, et l’autre, « clandestine », refuse d’être dirigée par le régime chinois et mène des activités religieuses (célébrations, formations, rassemblements dans des lieux de culte) non déclarées, et donc illégales aux yeux du Parti. Certaines provinces de Chine sont particulièrement surveillées.

Depuis 2006, une centaine de groupes de militants de l’ACAT travaillent à la libération de responsables chrétiens qui sont réprimés en raison de leur foi. Harcèlement, enlèvement, arrestation, emprisonnement, condamnation arbitraire, camp de travail, torture, détention au secret et disparition forcée, les chrétiens de l’Église « clandestine » sont persécutés pour l’exercice pacifique de leur foi.

Torture et répression depuis l’arrivée du président Xi Jinping au pouvoir

La torture et les mauvais traitements à l’encontre de détenus en Chine sont endémiques. Le gouvernement a pris très peu de mesures pour combattre de façon efficace la torture. L’impunité des tortionnaires perdure largement. Depuis 2013, le président Xi Jinping promeut un agenda politique contre « les valeurs universelles » comme les droits de l’homme. Entre début 2013 et fin 2014, plus de  250 défenseurs des droits de l’homme dans toute la Chine ont été emprisonnés. Durant la même période, plus d’un millier d’autres ont été privés de liberté. Beaucoup d’entre eux allèguent avoir été torturés et traités de façon inhumaine et cruelle en garde à vue.

Signez la pétition

Monsieur le Directeur de la Sécurité publique
Shijiazhuangshi 050051
Hebeisheng

 

Monsieur le Directeur,

Je vous demande de :

  • rendre publique toute information concernant la situation de Shi Enxiang et la localisation de son corps si son décès est confirmé ;
  • rendre son corps immédiatement à sa famille pour que des funérailles puissent être organisées ;
  • conduire une enquête impartiale et indépendante sur son enlèvement, sa disparition forcée pendant 14 ans et  les circonstances de son décès et de publier les conclusions ;
  • mettre un terme immédiat à la torture et aux détentions secrètes visant des chrétiens exerçant pacifiquement leur foi.
champ obligatoire
doit être une adresse email valide
champ obligatoire
champ obligatoire
champ obligatoire
Déjà
1356
Signatures

TWEETS À DIFFUSER

#Chine L'évêque Shi Enxiang mort après 14 ans de disparition forcée. Une enquête doit être menée. http://www.acatfrance.fr/action/corps-eveque via @ACAT_France
Pétition #Chine L'évêque Shi Enxiang, mort en prison à 94 ans, dont 54 ans derrière les barreaux. http://www.acatfrance.fr/action/corps-eveque via @ACAT_France

Articles associés

Appel à mobilisation
Ding Jiaxi
Chine

3 ans de détention arbitraire, 1 procès au secret, et... rien

Le 28 / 11 / 2022
Ding Jiaxi, ancien avocat spécialisé dans la défense des droits humains et membre actif du Mouvement des nouveaux citoyens, un réseau informel de militants cherchant à promouvoir la transparence des affaires publiques et à dénoncer la corruption, est détenu arbitrairement depuis trois ans. Après plusieurs reports de son procès, il a finalement été jugé le 24 juin 2022, au secret, pour « subversion du pouvoir de l’État ». Depuis, le verdict reste inconnu.
Appel à mobilisation
Zhang-Zhan_Thumbnail
Chine

L’état de santé de Zhang Zhan est toujours inquiétant

Le 02 / 11 / 2022
Zhang Zhan est une journaliste indépendante, avocate et défenseuse des droits humains, détenue arbitrairement depuis mai 2020, pour le seul fait d’avoir exercé sa liberté d’expression en informant ses concitoyens de la réalité de la situation à Wuhan, lors du pic de la pandémie de Covid-19. D’abord portée disparue, elle a été officiellement inculpée en septembre 2020 et condamnée quelques mois plus tard à une peine de quatre ans de détention. Il y a un an, l’ACAT-France se mobilisait pour obtenir sa libération immédiate, d’autant que sa vie était en danger en raison de ses conditions de détention. Aujourd’hui, son état de santé reste inquiétant. Ne l’oublions pas.
Article
ThisIsXinjiang_Thumbnail
Chine

Ouïghours : l’effacement institutionnalisé d’une identité

Le 31 / 10 / 2022
Installés dans la région du Xinjiang, les Ouïghours sont l'une 56 ethnies officiellement reconnues par la République populaire de Chine. Pourtant, malgré cette officialisation, ils font l’objet de répressions de la part des autorités, fondées sur cette seule appartenance ethnique. Des crimes contre l’humanité, continuellement niés par les autorités chinoises.
Appel du mois
AM 2022-11-WEB-Sendinblue-ThisIsXynjang-BD2
Chine

Les Ouïghours, victimes de crimes contre l’humanité

Le 20 / 10 / 2022
Selon l’ONU, les Ouïghours sont victimes de violations massives de leurs droits fondamentaux, de crimes contre l’humanité. Toutefois, les autorités chinoises n’ont cessé de nier les répressions systémiques dont ils font l’objet.