Cookie Consent par FreePrivacyPolicy.com
France
Action

Les blessures par Flashball ne doivent pas rester sans suite

Le 22 février 2014, Quentin Torselli (29 ans), Damien Tessier (29 ans) et Emmanuel Derrien (24 ans) ont été grièvement blessés à Nantes, alors qu’ils participaient à une manifestation. Deux d’entre eux ont perdu un œil et le troisième a eu l’arcade sourcilière fracturée.
nantes_fb

Le 09 / 06 / 2015

Cette pétition est désormais fermée, merci à tous les signataires, nous vous tiendrons informés des développements futurs.

Le 22 février 2014, Quentin Torselli (29 ans), Damien Tessier (29 ans) et Emmanuel Derrien (24 ans) ont été grièvement blessés à Nantes, alors qu’ils participaient à une manifestation. Deux d’entre eux ont perdu un œil et le troisième a eu l’arcade sourcilière fracturée.

Ce jour-là, les policiers en service avaient violemment chargé les manifestants en utilisant un arsenal impressionnant : lanceurs de balles de défense, grenades de désencerclement, canons à eau, blessant de nombreux manifestants à des degrés divers. Six victimes, dont les trois jeunes hommes mutilés, ont porté plainte.

Plus d’un an après, et alors que les événements avaient été filmés, le procureur en charge n’a identifié aucun des responsables de ces tirs d’une violence inouïe. Les conclusions de l’enquête administrative de l’Inspection générale de la police nationale n’ont été ni publiées ni communiquées aux victimes.

Alors qu’un usage disproportionné de la force est fortement soupçonné et que de nombreuses vidéos et témoignages accréditent cette thèse, le parquet de Nantes a décidé, début mai, de classer sans suites les plaintes des victimes de ces tirs. Il considère que les faits ne sont pas clairement établis et que les preuves ne sont pas suffisantes. Cela réduit considérablement les chances, pour ces victimes, que des juges puissent se saisir de l’affaire.

Un collectif de soutien s’est formé pour demander à la garde des Sceaux que des enquêtes judiciaires soient systématiquement ouvertes en cas d’allégations de violences policières ayant entraîné un dommage grave. L’ACAT soutient son appel.

Une police de plus en plus armée

Depuis une dizaine d’années, les armes à disposition des forces de l’ordre ne cessent de se diversifier : Flashball Superpro®, LBD 40 x 46®, Taser... Leur utilisation est très fréquente dans les interventions de police lors de manifestations, matchs de football et autres rassemblements publics. Leur caractère supposé « non létal » en a fait des armes dont l’usage est banalisé. Elles sont pourtant à l’origine de blessures et de mutilations graves (perte d’un œil), parfois de décès. Leur utilisation doit être strictement nécessaire et proportionné sous peine de constituer un traitement cruel et inhumain.

De la difficulté d’obtenir une enquête effective…

Le droit d’obtenir une enquête effective et indépendante est la condition de la lutte contre l’impunité. La Convention des Nations unies contre la torture recommande qu'une enquête effective soit conduite dès qu'il existe un motif raisonnable de croire que des actes de torture ou des mauvais traitements ont été commis. Ces obligations sont peu respectées en France quand il s’agit de violences policières. Il s’avère extrêmement difficile d’obtenir une enquête effective. Les victimes de violences policières entendues par l’ACAT s’interrogent sur l'indépendance des enquêteurs et trouvent ces enquêtes trop souvent opaques. Les procédures d’enquête laissent peu de place au contrôle du public.

...en résultent de nombreux classements sans suite

En France, il est fréquent qu’à la suite d’enquêtes préliminaires, les plaintes pour violences policières soient classées sans suite par les procureurs de la République, comme ils en ont le pouvoir. Rares sont donc les affaires dans lesquelles la responsabilité des agents et de l’administration a été reconnue, voire juste mise en question. Le fait que  les policiers soient très rarement condamnés et qu’ils n’aient jamais à rendre de comptes révèle un réel problème. Pourtant, quand une opération de maintien de l’ordre se termine par une atteinte corporelle irréversible, connaître les conditions dans lesquelles les forces de police ont opéré est légitime.

Articles associés

Actualité
Remise-ADM-asile-Europe_Photo-Site-02
France

5 000 signatures pour une autre politique européenne de l'asile

Le 09 / 05 / 2022
Alors que la Conférence sur l’avenir de l’Europe se clôture avec le discours du président Emmanuel Macron, nous lui remettons sur son bureau à l’Élysée plus de 5 000 courriers demandant la mise en place d’un droit d’asile effectif en Europe.
Actualité
QMP main site
France

Que m’est-il permis d’espérer

Le 26 / 04 / 2022
Le film coréalisé par Vincent Gaullier et Raphael Girardot rejoint la liste des longs-métrages promus par l’ACAT dans le cadre de son engagement pour l’éducation populaire au travers des outils culturels.
Communiqué
Tribune_Organisations-Chrétiennes-Présidentielles-2022
France

Appel à un sursaut citoyen au service du bien commun

Le 19 / 04 / 2022
À l’occasion de l’élection présidentielle, nous, responsables d’organisations chrétiennes, protestantes et catholiques, et le représentant de la Métropole grec-orthodoxe de France, Patriarcat Œcuménique, appelions à un large débat démocratique. Nous insistions sur trois défis majeurs : le scandale des inégalités qui frappent en premier lieu les plus vulnérables, l’urgence écologique, et la paix et le vivre ensemble dans une société fracturée.
Communiqué
Communiqué-Presse_CFDA-Ukraine
FranceUkraine

Protection temporaire pour l’Ukraine : encore des efforts

Le 18 / 03 / 2022
Les ministres de l’Intérieur, de la Santé, du Logement et de la Citoyenneté ont diffusé une instruction conjointe en date du 10 mars 2022 sur l’application de la protection temporaire pour les personnes en provenance d’Ukraine. Plus de trois millions de personnes ont fui l’invasion du pays par l’armée russe. Les pays d’Europe centrale et orientale en accueillent le plus grand nombre. Parce que la France a une tradition d’asile et parce qu’elle préside le conseil de l’Union européenne pour six mois, elle doit être exemplaire dans la réponse à celles et ceux qui fuient la guerre et les persécutions.